Société

Le châtiment corporel « strictement interdit !»

31/10/2019 Clarisse Shaka Commentaires fermés sur Le châtiment corporel « strictement interdit !»
Le châtiment corporel « strictement interdit !»
Cette écolière de l’Ecofo Carama est morte après des coups de bâton lui infligés par sa maîtresse.

Les défenseurs des droits de l’enfant déplorent la mort de Chadia Nishimwe, écolière battue à mort par son enseignante, lundi 28 octobre. En 5e année à l’Ecole fondamentale Carama, elle n’a pas survécu après les coups de bâton de sa maîtresse « pour n’avoir pas fait son devoir».

« C’est très triste », réagit David Ninganza, président de l’association Sojpae, qui défend les droits de l’enfant. Il regrette ce caractère animal qui habite certains enseignants qui ont perdu les valeurs d’un éducateur.

De surcroît, M. Ninganza affirme que le châtiment corporel est strictement interdit par la loi et le règlement scolaire. « La convocation d’un parent est l’une des punitions prévues dans le règlement».

Pour ce défenseur des enfants, la faute incombe aussi aux directeurs qui ne contrôlent pas ces violences au sein de leurs établissements.
David Ninganza estime qu’il faut une grande sensibilisation des éducateurs sur les droits de l’enfant. Le problème majeur, pour lui, réside au niveau du ministère de l’Education qui a un grand rôle dans la prévention et la répression des violences en milieu scolaire.

Quant aux défenseurs des droits de l’enfant, ils devraient insérer dans leurs programmes des séances de sensibilisation dans les milieux scolaires pour faire comprendre aux éducateurs ce que sont les droits de l’enfant.

Jacques Nshimirimana, chargé des questions de l’enfance à la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), indique que la commission suit de près cette affaire.

D’après lui, la police est en train de mener des enquêtes sur les raisons de la mort de cette écolière. « S’il advient qu’elle est morte à cause des coups de bâton, l’auteure sera punie pour violation aux droits de l’homme». Il évoque l’ordonnance ministérielle du 17 juillet 2017 qui interdit le châtiment corporel.

L’auteure de ce châtiment reste introuvable. La directrice de cette école est détenue, depuis mardi 29 octobre, au cachot de la zone Kinama.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 358 users online