Mardi 21 septembre 2021

Politique

L’application de l’Accord d’Arusha différemment appréciée

29/08/2018 Commentaires fermés sur L’application de l’Accord d’Arusha différemment appréciée
L’application de l’Accord d’Arusha différemment appréciée
Différents participant lors de la signature de l’accord d’Arusha

Dix-huit ans après la signature de l’Accord d’Arusha, les politiques analysent différemment les résultats issus de son application.

Léonard Nyangoma, président du parti Cndd et signataire de cet accord, dénonce «un enterrement» des valeurs contenues dans cet Accord à travers la promulgation de la Constitution du 7 juin dernier.

Pour lui, cette dernière est aux antipodes de l’esprit de l’Accord d’Arusha. Il fustige notamment des pouvoirs exorbitants attribués au président de la République. Il parle également de la violation des quotas dans l’adoption des lois au Parlement. Pour rappel, les lois ordinaires sont adoptées à la majorité absolue selon cette nouvelle constitution. Elles l’étaient à deux tiers dans l’ancienne.

M. Nyangoma insiste sur le rétablissement de la Constitution de 2005 pour la préservation de l’esprit de l’Accord d’Arusha.

Abel Gashatsi, président du parti Uprona, autre parti signataire, ne l’entend pas de cette oreille. «La mise en place des institutions a obéi, depuis 2005, à la Constitution émanant de l’Accord d’Arusha».

Selon lui, la Constitution issue du dernier référendum est conforme à l’esprit de cet accord. Des quotas ethniques prévus dans l’Accord d’Arusha ont été maintenus dans la nouvelle Loi fondamentale.

Pour rappel, le président Nkurunziza, dans son discours d’inauguration de la nouvelle constitution, le 7 juin dernier, s’est réjoui de «la mise en application effective» de l’accord d’Arusha par son gouvernement.

Le chef de l’Exécutif burundais a parlé de la mise en place des commissions prévues dans l’accord d’Arusha. Notamment, la CVR et la Commission nationale de l’Unité et la réconciliation. Et d’ajouter une nouveauté dans la Constitution en vigueur : «Le respect des quotas ethniques recommandée par l’Accord d’Arusha dans le pouvoir judiciaire».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 595 users online