Mardi 13 avril 2021

Politique

L’appel du président à l’opposition à dénoncer les torts du Cndd-Fdd ne rassure pas tous

27/01/2021 Commentaires fermés sur L’appel du président à l’opposition à dénoncer les torts du Cndd-Fdd ne rassure pas tous
L’appel du président à l’opposition à dénoncer les torts du Cndd-Fdd ne rassure pas tous
Agathon Rwasa : « Tant qu’il y a confusion entre l’Etat et le parti, il serait difficile d’avoir des attentes positives »

Dans son discours lors du congrès extraordinaire du Cndd-Fdd, le président du conseil des sages de ce parti en même temps président de la République a demandé aux partis d’opposition d’être de bons observateurs, d’avoir un œil vigilant et de dénoncer tous les écarts et abus des militants du parti au pouvoir afin qu’ils soient redressés.

Cet appel a suscité des réactions des politiques. Il y en a qui se méfient de ce vœu mais d’autres comme les partis politiques de la mouvance saluent le message du président de la République.

Pour Kefa Nibizi, président du parti Frodebu Nyakuri, les partis politiques d’opposition doivent jouer un rôle de conseiller. « Les partis politiques doivent faire un suivi rigoureux des actions du gouvernement et du parti au pouvoir afin de soutenir les bonnes initiatives et donner des observations sur d’éventuels dérapages ».

Le parti APDR affirme avoir bien accueilli ce message du Chef de l’Etat, mais Gabriel Banzawitonde, son président se demande si le vœu exprimé par le président du Conseil des sages est le même pour ses collaborateurs.

Cependant, même si le parti Sahwanya Frodebu salue le message du président de la République, les inquiétudes ne manquent pas, fait savoir Phénias Nigaba, porte-parole de ce parti. Selon lui, émettre un vœu est une chose, le concrétiser est autre chose.

«Nous apprécions le message du chef de l’Etat même s’il y a quelques rectificatifs à faire mais la mise en application nécessite une prise de conscience de tout le monde », a-t-il fait remarquer.

«Il faut d’abord ouvrir l’espace politique»

« Nous voulons être pris comme des partenaires. Un parti d’opposition est là pour dénoncer des faits concrets. En dénonçant, l’objectif n’est pas de faire du mal au système mais de l’amener à se corriger », a rappelé le porte-parole du parti Sahwanya Frodebu.

Pour le CNL d’Agathon Rwasa, le principal parti d’opposition, seuls les dupes peuvent croire à ce message du président de la République. D’après lui, le gouvernement devrait d’abord ouvrir l’espace politique et penser à associer tout le monde dans la gestion des affaires publiques.

«Une opposition qui serait très critique, est-ce qu’elle serait bien vue lorsque l’espace politique est verrouillée ? Qu’on pense d’abord à ouvrir l’espace politique et que l’on associe tout le monde dans la gestion des affaires publiques sinon cela sera un discours comme tout autre qui ne fait que tromper les moins vigilants », a-t-il fait savoir.

Selon lui, il ne faut pas considérer l’opposition comme des parias de la société. «Si on devrait conseiller, on le ferait pour celui qui est prêt à l’écoute. Est-ce que le dialogue est le bienvenu pour ce régime ? Attendons voir».

Les partis politiques d’opposition interrogés confient qu’ils s’attendent de la part du nouveau secrétaire général du Cndd-Fdd, le renforcement de la bonne cohabitation entre les partis politiques. Une attente non partagée par le parti CNL.

«Tant qu’il y a confusion entre l’Etat et le parti, il serait difficile d’avoir des attentes positives», a conclu Agathon Rwasa, le président du CNL, le principal parti d’opposition, sceptique avec un brin de pessimisme.

CNL

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 089 users online