EN

Société

La traite des enfants existe toujours

24/11/2020 Cressia Dushime Commentaires fermés sur La traite des enfants existe toujours
La traite des enfants existe toujours
Selon Me Jacques Nshimirimana, commissaire à la CNIDH, cette commission doit fédérer tous les intervenants dans le cadre de la lutte contre la traite des enfants, au niveau local et international, gouvernemental et non gouvernemental.

La traite des enfants se pratique encore. Pourtant, depuis six ans, une loi pour réprimer cette pratique existe. La CNIDH veut la mise en place d’une commission spéciale de suivi de la mise en application de cette loi

« Que la commission spéciale soit mise en place », demande le chargé des droits l’enfance au sein de la CNIDH, à l’Etat burundais, pour un suivi permanent des cas de traite des personnes en général et sur mineur, en particulier.

Selon Me Jacques Nshimirimana, la commission existante comprend uniquement les cadres du gouvernement. Néanmoins, dans son article 7, la loi burundaise sur la prévention et la répression de la traite des personnes, « la commission de concertation prévue doit être mixte », plaide Me Nshimirimana.

Au lendemain de la 30e célébration de la ratification de la convention internationale relative aux droits de l’enfance par le Burundi, le phénomène de la traite des enfances subsiste. « 93 jeunes garçons et une fille », tels sont les chiffres actuels enregistrés comme cas de trafic humain sur mineur, au cours de l’an 2020.

Malgré ces chiffres, par rapport aux trois dernières années, Me Jacques Nshimirimana estime que c’est une avancée. Il explique que ces pratiques condamnables sont nombreuses dans les provinces de Rutana, Makamba, Ruyigi et Cankuzo. « Ces enfants sont acheminés en Tanzanie pour être exploités dans les champs, pour les jeunes garçons, les jeunes filles se retrouvent dans des maisons closes », explique Me Nshimirimana.

D’après la loi, la peine correspondante à une infraction de « traite sur un enfant s’inscrit dans la catégorie de circonstances aggravantes », précise Me Nshimirimana. En effet, l’article 19 est clair : l’auteur de l’infraction est puni de 15 à 20 ans de servitude pénale et une amende de 500 000 à 10 millions de francs burundais. Si l’infraction de traite d’un mineur, son auteur est puni d’une servitude pénale à perpétuité et d’une amende entre 750 000FBU à 20 millions de francs burundais.

La convention internationale relative aux droits de l’enfance a été adoptée le 20 novembre 1989 par l’assemblée générale des Nations Unies et a été ratifiée par le Burundi, en 1990. Elle comprend les droits à la protection contre l’exploitation au travail et le droit à la protection contre l’exploitation sexuelle sur mineur(e), respectivement dans les articles 32 et 34.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 338 users online