Lundi 02 octobre 2023

Société

La suppression du statut VIP inquiète les propriétaires des bars

19/10/2022 2
La suppression du statut VIP inquiète les propriétaires des bars
Un cabaret VIP se trouvant en Mairie de Bujumbura

L’annonce du Premier ministre, Gervais Ndirakobuca, que tous les bars sauf les hôtels doivent respecter les prix récemment fixés par la Brarudi suscite des remous. Les tenanciers de ces bars VIP ne sont pas rassurés.

« La mesure du Premier ministre annoncée à Gitega ce 17 octobre appelant les administratifs à supprimer le statut de bar VIP n’est pas du tout rassurante », indique, ce mardi 18 octobre, un tenancier d’un bar en plein centre-ville de Bujumbura et fréquenté par des hauts cadres de l’Etat.

D’après lui, les investissements sont largement différents dans les lieux où se vendent les boissons de Brarudi. Un autre propriétaire fait savoir que certains travaillent dans des bistrots de location et leurs services sont de bonne qualité. Cette dernière diffère de celle de simples bistrots  qui se trouvent dans tout le pays. « Les serveurs et tous les employés qui exercent pour que les clients vivent un moment plein de bonheur ont besoin d’être payés. Leur rémunération provient de ce statut. »

Pour lui, le gouvernement du Burundi devrait attendre avant de mettre en application cette mesure. Les prix des boissons de la Brasserie et limonaderie du Burundi (Brarudi) ont été revus à la hausse depuis ce 17 octobre.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Kamina

    « … un tenancier d’un bar se trouvant en plein centre-ville de Bujumbura et fréquenté par des hauts cadres de l’Etat… »
    Les hauts cadres de l’Etat sont plus riches que les autres ?
    Le premier ministre n’a-t-il pas raison s’il a un projet de juguler la corruption dans les services étatiques ?

    • Yan

      Je crois que le journaliste Eric Ndizeye voulais insinuer quelque chose d’autre car en principe les plus fortunés du pays ne devraient pas être à l’Etat. D’ailleurs nous disons souvent que les personnes qui vont travailler pour l’Etat n’y vont pas pour s’enrichir. Si c’est vraiment le cas, bonjour les dégâts: corruption, conflits d’intérêts, trafic d’influence, etc.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Immixtion inacceptable

« Indépendance de la justice », « séparation des pouvoirs », tels sont les grands mots inlassablement répétés par les professionnels du droit après l’intervention du ministre de l’Intérieur lors de la réunion du 25 septembre. En vue de juguler la fraude, les malversations (…)

Pôle annonces

  • Il n'y a actuellement aucune annonce à afficher.

Online Users

Total 1 932 users online