Vendredi 01 mars 2024

Les billets d'Antoine Kaburahe

La paille et la poutre

27/08/2018 Commentaires fermés sur La paille et la poutre
La paille et la poutre

Les déboires du CNARED font jubiler une partie de la classe politique burundaise. En privé, un ami, membre assez influent du parti au pouvoir m’a écrit pour me féliciter, dans mon billet d’hier, d’avoir pointé les « minables petits politiciens du CNARED ». Sur les réseaux sociaux, c’est la curée. Les qualificatifs, les uns plus infamants que les autres, fleurissent. Eh ! Attendez, « relax » ,comme disent les jeunes. Il n’y a pas de quoi pavoiser, les amis ! Ces « types » du CNARED (le mot est employé à dessein) sont le reflet de la crasse, pardon, de la classe politique burundaise. Certains jubilent avec cette histoire d’un petit laptop litigieux. Oui, c’est vrai que ce n’est pas glorieux…Mais arrêtez de jouer les vierges effarouchées, il y’a suffisamment de casseroles dans tous les camps. «Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ! » dit la Bible, souvent citée ces derniers temps.Tiens, il n’y a pas très longtemps par exemple, un petit avion, un joli petit Falcon a disparu de tous les radars. Il ne faut pas avoir la mémoire courte.
Ce qui se passe doit interpeller tout le monde. Le CNARED n’est pas constitué par des étrangers, ce sont des connaissances, des amis, des frères, ce sont des anciens membres du parti au pouvoir. Le CNARED, ce ne sont pas des extraterrestres. C’est un peu notre miroir. En Kirundi on dit que « uwawe atamba nabi ukiyaga… » , c’est intraduisible. Seuls les « Kirundiphones » comprendront et tant mieux. Le mauvais linge se lave en famille.
Nous sommes des frères. Au lieu de se réjouir, il faudrait plutôt essayer de trouver des solutions. Comme disait Luther King, « nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 214 users online