Économie

« La corruption, nous nous en accommodons !»

06/12/2016 Egide Nikiza 4

Le Parcem en appelle à la responsabilité du gouvernement de réprimer les crimes économiques.

Le président de Parcem en train de dresser l’état des lieux de la corruption au Burundi.
Le président de Parcem en train de dresser l’état des lieux de la corruption au Burundi.

« La corruption nourrit l’impunité au Burundi et à son tour, l’impunité nourrit la corruption », dixit Faustin Ndikumana, président de Parcem, lundi 5 décembre, lors d’une conférence publique dans le cadre de la semaine dédiée à la lutte contre la corruption au Burundi. Cet activiste de la société civile s’est inquiété du fait que les Burundais semblent ne pas remarquer l’astuce privilégiée des corrompus. « Ils engrangent illicitement des richesses et en font, par la suite, le blanchiment.

Etonnamment, nous nous en accommodons. » A Mamère Manirakiza, conseiller économique à la première vice-présidence, qui a soutenu que les origines de la corruption au Burundi plongeaient leurs racines dans la colonisation d’expression française, le président de Parcem lui a rétorqué que ce phénomène n’a rien à voir avec la colonisation. « Le Rwanda a été colonisé, tout comme le Burundi, par la Belgique, pays francophone. » Signalons que tous les intervenants ont insisté sur le laxisme des institutions répressives de la corruption. Ils ont recommandé notamment un engagement franc des autorités en vue de réussir à juguler ce fléau nuisible sur tous les aspects.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Maya

    [Ndlr: « Le Rwanda a été colonisé, tout comme le Burundi, par la Belgique, pays francophone. » ]. Ceux qui disent qu’au Rwanda il n’y pas de corruption, ils ne connaissent peut être pas suffisamment le Rwanda et les rwandais eux-mêmes. Ceux qui ont vécu avec les rwandais peuvent le confirmer, de nature les rwandais sont plus corrompus et corrupteurs que les burundais ne le sont! Seulement, le Rwanda de Kagame n’a fait qu’inverser la donne: Au lieu de corrompre les dirigeants publiquement, ce sont ceux derniers qui corrompent la population!

  2. KAHISE

    Il est impossible de demander aux hautes autorités du pays de s’impliquer dans la lutte contre la corruption alors qu’ils sont les plus corrompus. Ngo ababoko kamenyereye gufyeta kama gahese! Les hautes institutions de l’Etat burundais (Présidence de la République, Ministère de la Justice, Police, Armée, Santé publique, Marchés publics, Ministère des travaux publics etc… sont des champions en matière de corruption. Ne parlons pas du Ministère de l’enseignement!

  3. Rurihose

    Le probleme est que le Burundi n est pas un Etat de droit.
    La corruption est une infraction punie par la loi. Period.
    La justifier comme ce Mamert est une honte.
    Mais j ai toujours les oreilles qui sifflent apres la justification du Ministre de la justice. Je cite: C est la responsabilite de la BRB de me demander le loyer. Nyakabiga ou se trouve mon etage n est pas securise.
    DOUX JESUS

  4. Rurihose

    Ecoutez moi ce Mamert. Pourqoui parler de la colonisation. Trump a raison quand il voit et entend des insanites pareilles. On mange deux avions et on accuse les les colonisateurs. Good God

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 370 users online