Samedi 04 février 2023

International

Journée diplomatique : «Le but était de montrer aux diplomates que le Burundi est en sécurité.»

01/07/2016 22

Le ministère des Relations Extérieures a organisé, ce jeudi 30 juin, une journée diplomatique. Une rencontre qui a réuni les diplomates accrédités au Burundi et à l’étranger et qui les a conduit dans les provinces de Bururi et Rutana.

Les diplomates ont eu droit à une visite guidée de la Sosumo   
Les diplomates ont eu droit à une visite guidée de la Sosumo

«Certains d’entre vous peuvent avoir été désabusés par les détracteurs du gouvernement et peut-être ont eu peur, soit de venir au Burundi, soit d’effectuer une visite à l’intérieur du pays. Par votre présence à Rutana, vous aurez été témoins oculaires du mouvement des populations sur votre trajet, signe qui ne trompe pas d’une situation sécuritaire paisible qui prévaut sur tout le parcours et dans d’autres provinces », souligne le ministre des Relations Extérieures, Alain Aimé Nyamitwe, dans son discours de circonstance. D’après lui, l’autre objectif de cette journée diplomatique, organisée chaque année depuis 2014, est d’affermir les liens d’amitié et de connaissance mutuelle entre le corps diplomatique et le pays hôte par des échanges d’informations sur diverses questions nationales, régionales et internationales.

Pour consolider cet état sécuritaire, le chef de la diplomatie burundaise indique qu’un dialogue inter-burundais se poursuit depuis quelques mois. «Ce dialogue se déroule dans l’inclusivité totale. Des politiciens de tous bords, hommes, femmes, jeunes du milieu rural et urbain, organisations de la société civile, confessions religieuses, forces de défense et de sécurité… donnent leurs opinions à cœur ouvert sur l’avenir d’un Burundi unifié et prospère.»

Arusha II pourrait reprendre prochainement

Alain Aimé Nyamitwe fait savoir qu’un dialogue complémentaire a été engagé sur le plan externe sous la facilitation de Benjamin Mkapa. Il se félicite de ce pas enclenché et souhaite que les protagonistes au conflit burundais s’asseyent ensemble très bientôt dans l’esprit des résolutions 2248 et 2279 du Conseil de sécurité des Nations unies.

«Nous avons eu l’occasion de rencontrer l’équipe de la facilitation la semaine dernière. Nous sommes informés qu’une prochaine session pourra être organisée probablement dans la deuxième semaine de juillet. Nous attendons donc les invitations à cette fin.» Est-ce que le gouvernement va y participer? «Attendons les invitations. Il faut aussi savoir comment ces invitations sont formulées. A ce moment vous aurez une réponse », répond le ministre.

Au nom de tous les diplomates, le doyen de ce corps, l’ambassadeur ougandais au Burundi, a remercié le ministre de l’attention dont ils ont fait l’objet. Il a exhorté les politiciens burundais à être responsables et à faire preuve de tolérance et de maturité.

Périple vers Bururi et Rutana

Journée diplomatique : un guide raconte aux diplomates l’histoire de la découverte de la source du Nil
Journée diplomatique : un guide raconte aux diplomates l’histoire de la découverte de la source du Nil

Vers 9h du matin, un cortège de plus d’une vingtaine de véhicules quittent Bujumbura vers la commune Rutovu de la province Bururi (sud du pays). Beaucoup de diplomates africains, européens et asiatiques avaient répondu au rendez-vous. Dans une ambiance bon enfant, les diplomates ont visité la source la plus méridionale du Nil située sur la colline Gikizi à 115 km de Bujumbura. Ils ont aussi visité la pyramide construite sur cette même colline par l’Allemand Burkhart Waldecker pour témoigner que c’est lui qui a découvert la source du Nil.

Le périple s’est poursuivi vers la province Rutana, plus précisément à la Société sucrière  du Moso (Sosumo). Les diplomates ont eu droit à une visite guidée. Certains diplomates paraissaient impressionnés par les installations. Le représentant du directeur général de la Sosumo a fait une brève présentation de la société ainsi que les difficultés auxquelles elle fait face. Le ministre Nyamitwe a incité les diplomates à mobiliser les investisseurs de leurs pays respectifs pour venir investir au Burundi en général et dans la Sosumo en particulier.
La tournée s’est clôturée par un déjeuner offert par la Sosumo et chaque invité a eu droit à quelques kilos de sucre.

Forum des lecteurs d'Iwacu

22 réactions
  1. Niyonsaba Caroline

    De tout les commentaires que je viens de lire c’est que le Ministre des affaires étrangères ne s’appel pas Cyprien Mbonimpa , ect ….. peut-être les différents internautes ne feraient pas autant de commentaires dépourvus de sens et de réalisme .
    Je suis fière de mon pays et j’espère que à l’horizon 2020 la situation que nous vivons actuellement ne sera plus qu’un mauvais rêve!!!!!

  2. Sindamare

    LES BAHIMAS SONT NOMBREUX A ECRIRE ICI. BRAVO CNDD-FDD, ON A FINALLEMENT DES INVESTISSEURS CHINOIS, RUSSES, INDES…….ON TRAVAILLENT AVEC DES AFRICAINS, ON N’EST PLUS DICTEES PAR LES BELGES, ******ON EST FINALLEMENT INDEPENDANT********,BRAVO CNDD-FDD.
    S’IL VOUS PLAIS, INCLUS, ET TRAVILLE AVEC LES BAGANWAS, LES BANYARUGURU AUSSI QUI ONT ETE ECARTEE. LE MESSAGE DE ILDEPHONSE RUGEMA M’AS VRAIMENT TOUCHEE.
    IMBONERAKURE, VOUS ETES HUMAINS, MAIS PLUS IMPORTANT- VOUS ETES BURUNDAIS. VOUS ETES LA JEUNESSE DE CNDD-FDD. CONTINUE VOTRE TRAVAILLE.

    • Stan Siyomana

      @Sindimare
      Ko gushika ubu hari abantu 17 bamaze kwandika commentaires, ubu lero woshobora kutubwira uti  » uyu n’uriya ni abahima?
      Uzoba ukoze cane.

  3. roza kamikazi

    wewe mariya uriko ubaza ibinogo vyo 72 umenye ivyari magera vyageruye mbe ntubona ko ibintu vyisi vyahindutse nimwibandanirize munywa amaraso yabantu mumenye ko uwuzoba akiriho azobibazwa basha ntimwihenda na pinoshe yagendera kuri chaise roulante baramuzanye arabazwa, ivya baye 72 ntiwibaze navyone ngo bizohera uko ababikoze bazobibazwa ibi mururiko murakora ubu mwishimiriza mwica abantu izuba riva onu ivuga, mugire imana uwubahagarikiye imana imutware atamaramaraye imbere yabantu niwaba ukwirikira amakuru yahandi urazi ko hissen habre ubu yagirizwa na ba colonel yakoresha ubu sibo bamwagiriza yooh sha ibintu vyarahindutse ntawukora amaraso ngo agende ko ikimbabaza nuko muri mugirira nabi abana banyu.;

  4. NTAHOMPAGAZE

    Construisons un avenir meilleur

  5. duciryaninukuri

    Pourquoi tout le monde semble être frustré de quelque chose ?
    Les commentaires vont dans le sens que je n’attendais pas. Moins constructifs..

  6. J.Pierre

    Nyamitwe’s intention is nothing, but begging for money via these diplomats. There is no need to show them what is going on while they witness everyday cruel and violent treatment of people committed by police and imbonerakure all over the country just for expressing their opinion ; what is unacceptable in the civilized countries. Of course, they cannot shoot the diplomats nor kidnap them. But these diplomats know well that imbonerakure and police are lurking at every corner of the street, waiting to arrest and kill whoever they call
    their King’s enemies. They do not ignore that there are poor citizens out there who envy those kg of sugar
    given to them. Nothing is shameful than living and working in the lie thinking you are smarter than everyone in this world.

  7. Facecachée

    Sans le savoir, Nyamitwe a montré aux diplomates l’envers du décors du pays: la misère dans laquelle son maître a plongé la population. Ces gens-là ne sont pas de petits gamins qu’on peut faire gober n’importe quoi.

    • Niyonsaba Caroline

      Le Burundi est un pays Africain , aucun diplomate ne peu ignorer qu’il y a la pauvreté !!!! On est plus à l’époque où on montrait aux étrangers que Bujumbura . Facecachée le Burundi est très beau et il faut le montrer tel qu’il est !!!!!

  8. Naif

    En exposant aux diplomates accrédités à Bujumbura l’historique de la découverte du de la source du Nil, en leur offrant quelques kilos de sucres, ils vont enfin bêtement accepter que la paix règne au Burundi, que les exécutions extrajudiciaires sont une vue d’esprit des ennemis de la démocratie, que le discours haineux est une inventions des abrutis, que la mascarade d’élections de 20100 était crédible, que N’gourou n’a pas violé la constitution en représentant une troisième fois, que la corruption ne gangrène pas toute l’administartion ou plutôt n’est devenue un mode de gouvernance, ….

  9. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Mr A.Nyamitwe, comme son frère, pense que le Burundi est fermé au monde. Les deux oublient qu’a l’heure des technologies de l’information et de la communication, cette dernière circule d’un coin de la planète à un autre à une vitesse grand V. Ceux qui s’intéressent au Burundi connaissent très bien les maux que les Burundais subissent depuis avril 2015. Le viol, les enlèvements pour faire disparaitre ou rançonner, les exécutions extrajudiciaires qui continuent à ce jour comme l’a affirmé récemment à Genève le Haut-Commissaire des NU aux droits de l’Homme, le silence assourdissant de la justice burundaise devant cette inacceptable situation, tous ces maux font de notre pays une vraie république bananière.
    Dans un souci de totale transparence, je conseille a Mr NYAMITWE de laisser les diplomates visiter les fosses communes récemment révélées par les satellites des NU mais protégées jalousement par les Imbonerakure.
    Mr NYAMITWE, comment pouvez-vous cautionner un Gouvernement qui tue et torture ses propres citoyens, qui emprisonne des enfants et les empêche de suivre leurs études et se prétendre diplomate de haut rang ?
    Je pense que depuis avril 2015, avec tout ce que le monde a vu comme violences presque en direct a la télévision ou sur les réseaux sociaux, le Burundi a perdu définitivement sa crédibilité diplomatique internationale. Comme si cela ne vous suffisait pas, ce pays continue de s’enfoncer avec les discours incendiaires, mensongers, démagogiques mas surtout inutiles de Mr NDABIRABE. Comment le Ministre des Affaires étrangères peut laisser passer de telles hérésies sur les ondes nationales et internationales ? Le ridicule ne tue pas.

    • Mariya Budangwa

      @Rugamba Rutaganzwa

      J’ai juste une question pour toi, est-ce que les satellites des NU voient seulement les fosses communes de 2015 et ne sont pas capables de voir ceux de 1972?

      • mandela

        Arreter de faire des parallelisme bidons 45 ans apres. Il faut evoluer si non on reste abruti et on evoluera jamais.

    • Niyonsaba Caroline

      Ces diplopmates n’étaient pas obliger de participer à cette journée !!!

  10. Bundes

    Cette Sosumo est l´oeuvre de Bagaza, et quoi pour vous les DD ? Vous dites que c´est pour montrer aux diplomate que la paix est là, détrompez -vous,! Tant que les imbones sèment le terreur, les militaires et policiers ex-Fab sont ménacés , Red-Tabara et les autres s´organisent, match iko dur mujicalmer!!

  11. MUGABARABONA

    Il fallait donner rendez-vous à chacun sur place et ne pas y aller en cortège ! C’est que le vrai visage se dévoile.

  12. MIZA
    • nunu

      Penurie de sucre!!!!!!!!!!! et tres cher!!!!!!!!!!Pourquoi donner cadeau (quelques kilo. de sucre) a ses riches qui ne vont pas vous remercier , alors qu’il y a des pauvres mamans qui ne peuvent pas en trouver pour leurs bebes? RIDICULE !!!!!!

      • Stan Siyomana

        @nunu
        Quand une usine vous fait visiter ses installations, le meilleur moyen de vous convaincre que son produit est bon est de vous donner quelques echantillons de ce qu’elle fabrique (quand c’est possible). Ca se fait partout au monde.
        Peut-etre que Sosumo a deja un programme ou elle donne quelque sucre gratuitement a des gens vulnerables (comme a Noel or lors du Ramadan).

  13. Jereve

    Les diplomates n’ont pas besoin qu’on leur montre que le pays est en sécurité. Ils le voient. Cette mise en scène ne change rien. Mais que voulez-vous, dans les républiques bananières, les diplomates apprennent aussi à jouer le jeux de caméléon.

  14. Kabingo Dora

    Mr Nyamitwe peut toujours se permettre d’affirmer de manière péremptoire que c’est la sécurité totale au Burundi, en fait on ne voit pas les tutsi partout à tout coin de rue . Nyamitwe et Nkurunziza savent ou les trouver : à Mugamba ou certains quartiers de Bujumbura. Vous les tuez en silence et personne ne bouge , vous en porterez les responsabilités

    • NTAHOMPAGAZE

      NTAHOMPAGAZE

      Je crois que le mieux serait de chercher à vivre ensemble comme des frères. Si non, demander où se trouvent les tutsi à tout coin de rue , c’est avoir un côté penchant qui n’aboutira pas à la bonne cohabitation. On ne peut pas voir ces gens à tout coin de rue alors qu’ils représentent juste 14% de la population si ce n’est pas moins. On pouvait se demander cela inversement depuis 40 ans de règne par cette minorité où ne pouvait pas voir un peuple qui représente 85% de population à tout coin de rue. Donc essayons de construire un avenir meilleur qui n’est pas dicté par les mêmes colons (belges en particulier) qui ont, malheureusement,semé de mauvaises graines et continuent à le faire maintenant.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Allo ? Econet Wireless ? Ne raccrochez pas

« La téléphonie mobile, facteur de développement. » Au moins dans deux ateliers, les professionnels des compagnies de téléphonie mobile démontraient noir sur blanc le lien entre sa pénétration et la croissance économique. Entre autres avantages : investissements directs, rentrées fiscales, inclusion financière, (…)

Online Users

Total 2 714 users online