Santé

Gitega/Karusi : le calvaire des malades du Covid-19

17/08/2020 Jean Noël Manirakiza Commentaires fermés sur Gitega/Karusi : le calvaire des malades du Covid-19
Gitega/Karusi : le calvaire des malades du Covid-19
Au centre de dépistage de la Covid-19 à l’hôpital régional de Gitega.

Dans ces provinces, rares sont ceux qui se font dépister de la Covid-19 par peur d’être stigmatisés une fois que les résultats sont positifs.

Des témoignages des patients font froid dans le dos : les familles les fuient, les amis aussi. Au lieu de les soutenir dans leurs douleurs, ils les accusent d’être des porteurs de la mort.

Nous les appellerons Gilbert, Nestor, Patrice, etc pour leur anonymat. Ils ont fait le dépistage de la Covid-19 à l’hôpital régional de Gitega, les uns volontairement sans signes cliniques apparents, les autres sont venus après avoir soupçonné qu’ils auraient été contaminés mais sans savoir où et quand et par qui. Par malchance, le verdict tombe après deux jours, ils sont malades du coronavirus et commencent le confinement pour prendre les médicaments appropriés. Sur le lit de l´hôpital, Gilbert laisse son téléphone portable allumé espérant recevoir des appels ou les messages de soutien de la part de ses amis ou de sa famille. Mais la situation tourne au vinaigre. Les uns l’appellent même dans les heures avancées de la nuit pour le mettre en garde de ne plus venir à la colline, les autres demandent pourquoi il a attrapé le coronavirus.

« Il arrive que je prenne la décision de casser mon téléphone pour ne plus recevoir ces appels. Matin, midi, soir c’est le même scénario. Au lieu de me réconforter, ils m’enfoncent», nous a confié Gilbert à travers la fenêtre de sa chambre de confinement. D’après lui, même des personnes qu’il croyait être ses proches ne font que le déshumaniser.

« Même ma femme a regagné ce groupe de gens qui me demandent pourquoi j’ai attrapé cette maladie. Elle m’a révélé qu’elle ne viendra jamais à l’hôpital, que je meurs seul comme si j’ai été contaminé volontairement », déplore-t-il.

Une personne de Karusi a été contrôlée positive dernièrement. Comme il a des moyens pour s’auto- confiner et prendre des médicaments en suivant strictement les consignes des médecins, elle est retournée sur la colline, avec l’accord des médecins. Arrivée à Karusi, comme une traînée de poudre, les informations ont circulé à travers toute la commune et une sorte de frénésie calomnieuse anime les débats.

« Quelques-uns ont eu même le culot de m’injurier sur mon téléphone comme quoi j’emmène la mort chez eux. Ils juraient de venir me chasser de la maison dans laquelle je me confine », déclare Nestor.

Testé positif, il a fui

Dans une quête de vérité, Iwacu a approché des sources plus proches des patients à Karusi. D’après ces dernières, elles ont vécu un enfer plus que les patients malades dès les premiers jours.

« Nous avions peur que la population envahisse la maison. Les gens étaient en ébullition, ces jours- là », raconte un religieux.

D’après lui, ils leur intimaient l’ordre de faire sortir le malade qu’ils hébergent. « Ce qui m’a fort inquiété jusqu’aujourd’hui, c’est un chef de poste de la police qui nous intimait l’ordre de lui remettre le malade». Ce religieux dit qu’il a dû alerter le gouverneur de la province, le commissaire provincial de la police, le médecin chef de district pour leur parler de la situation.

Par suite de cette indexation et harcèlement moral, on observe un comportement anormal dans les deux provinces. Un exemple très frappant est un magistrat de Karusi qui a pris la fuite et reste introuvable après avoir été contrôlé positif de la Covid-19 à l’hôpital régional de Gitega.

Selon le gouverneur de la province de Gitega, cette attitude est à bannir et à décourager. Il fait savoir que la Covid-19 n’est pas mortelle si elle est traitée à temps et appelle quiconque connaîtra ce fugitif de le signaler aux autorités compétentes.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 197 users online