Économie

Gitega/Giheta: Plus de 20 tonnes d’huile d’avocat invendues

22/01/2020 Jean Noël Manirakiza Commentaires fermés sur Gitega/Giheta: Plus de 20 tonnes d’huile d’avocat invendues
Gitega/Giheta: Plus de 20 tonnes d’huile d’avocat invendues
Renato, le propriétaire, expliquant le fonctionnement des machines.

Depuis 2019, les agriculteurs d’avocats de Giheta n’arrivent plus à écouler leurs produits. L’usine de l’Associazione Amici Dell Africa, ‘’Dutezanye imbere’’, qui achetait la plus grande partie de leur récolte pour en extraire de l’huile, est à l’arrêt. Elle a dans ses cuves des méventes de plus de 20 tonnes d’huile d’avocat.

Implantée à Murayi commune Giheta depuis 2007, l’usine de transformation semi-industrielle Associazione Amici Dell Africa «  Dutezanye imbere » fait partie des pionniers dans la  promotion de l’huile d’avocat fabriquée au Burundi, avec de la matière première locale. Aujourd’hui, les machines sont à l’arrêt, 50 travailleurs sont au chômage.  En attendant le déboucher, des dizaines de tonnes d’huile attendent dans les  cuves hermétiquement bien fermées.

« C’est un niveau qui devient critique puisque si on ne vend pas l’huile, l’argent ne rentre pas. On doit  arrêter d’acheter les avocats de nos clients, mettre au chômage technique les travailleurs d’ici deux mois voire même toute une année », a expliqué Renato, le propriétaire d’usine.

Selon lui, la cause de cette fermeture est due  en grande partie à des tonnes  d’huiles invendues et cela date des mois. Comme il l’indique, les Burundais habitués à consommer d’huile de palme ou de coton ne savent pas les bienfaits de l’huile d’avocat.  D’après cet  initiateur, c’est de l’ignorance, l’huile d’avocat est différente des autres huiles. L’avocat est le fruit qui contient la plus grande teneur en matières grasses de tous les fruits et légumes connus.  L’huile extraite contient  donc une bonne base d’acides gras insaturés et de vitamine E. L’huile d’avocat est également connue pour préserver le système cardiovasculaire et avoir un effet régulateur sur l’insuline. On recommande de l’intégrer dans le régime alimentaire des personnes souffrant de diabète de type 2.

« Utilisée crue, elle est aussi délicieuse dans les salades et dans le riz ou les légumineuses », ajoute-t-il. A part la concurrence avec les huiles importées, le producteur pointe du doigt une faible visibilité, les taxes ainsi que le coût d’exportation. « En attendant le développement du marché local, nous aurions pu les exporter mais les taxes et les frais de transport freinent toute amélioration possible de la situation. L’huile produite au Burundi est de loin la meilleure que celle venue d’Europe ou ailleurs. Mais  c’est très cher  de l’acheminer  jusqu’ au Dar- es-Salaam ou au Kenya

Elle assiste impuissamment

Aux alentours de Murayi ainsi qu’a Giheta, la population est déboussolée. Leurs avocats ne trouvent plus de  preneur comme à l’accoutumée. La seule solution qu’ils ont, c’est de les  laisser  mûrir sur l’avocatier ou les brader chez les commerçants qui les vendent à Bujumbura. L’idée d’une fermeture de cette usine  est un scénario catastrophique aussi bien au niveau du climat social qu’économique. L’ensemble des actions doit s’étendre  à une régulation  des conditionnalités en matière d’importation des autres huiles et aussi à veiller à ce que l’huile importée soit de grande qualité.

« Avec l’usine, tout le monde a planté  deux ou trois avocatiers chez lui. C’était un bon business mais aujourd’hui les avocats sont trop nombreux jusqu’à ce que même les porcs ne  les mangent plus », déplore Jacqueline rencontrée à Murayi venue s’enquérir des nouvelles de l’usine.  Que ce soit à Murayi ou au chef-lieu de la commune Giheta, la situation est la même, personne ne veut plus acheter un avocat.

« Comme il y a trop de  sacs d’avocat à amener vers Bujumbura tout le long de la route de Giheta jusqu’à Kibimba, les chauffeurs ont majoré le prix de transport. Un sac  était  à 10. 000Fbu, maintenant même à 15.000Fbu il arrive que les chauffeurs n’acceptent pas. Sans oublier aussi que les prix de vente ont chuté», souligne Egide.

Aujourd’hui, ce qui est sûr dans la ville de Gitega où ces fruits étaient très  cher, c’est qu’ils sont vendus comme des arachides. Au grand bonheur des citadins qui ne manquent plus un avocat  pour garnir leurs tables à manger.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 263 users online