Mardi 18 juin 2024

Société

Génération Grands lacs : « Cultivons la paix ! Nous sommes des frères. »

19/05/2023 1
Génération Grands lacs : « Cultivons la paix ! Nous sommes des frères. »
Aimable Nduwimana, médecin burundais vivant à Uvira depuis 1993 salue la collaboration et l'hospitalité des Congolais

Malgré les tensions dans la région des grands lacs, tout n’est pas dépeint au noir. Aimable Nduwimana, médecin burundais vivant à Uvira en RDC  depuis 1993 fait vivre son expérience et la bonne collaboration avec les Congolais.

Dans la région des grands lacs en proie aux tensions et conflits interminables, tout n’est pas noir. Des citoyens des pays de la sous-région vivant dans d’autres pays de la sous-région donnent un témoignage réconfortant. Aimable Nduwimana, médecin burundais vivant à Uvira s’exprime au micro de Sifa Munyaka Angèle de la radio notre dame du Tanganyika, RNDT d’Uvira. L’entretien a été réalisé en swahili et traduit en français par Jovial Eliezer, journaliste de la radio Colombe de Goma.

Pourquoi le choix de la RDC ? Quelle a été ton intégration ?

Je m’appelle aimable Nduwimana. Je suis médecin. J’ai quitté mon pays d’origine le Burundi pour venir en RDC en 1993. Suite aux multiples guerres qui se sont passées dans le pays, les tueries et bien autres violences que les victimes ont subies. Cette situation a fait qu’on fui y compris moi. Certains Burundais se sont réfugiés en RDC et  les autres ailleurs. J’ai jugé de venir en RDC quand ce pays s’appelait encore Zaïre. Ce qui m’attire dans ce pays, c’est l’hospitalité du peuple congolais qui m’a accueilli. Ensemble, nous vivons sans problème pendant tout ce temps.

Comment ont été vos débuts ? Quelles difficultés dans votre intégration ?

Vous savez une fois que vous devenez réfugié ou déplacé vous n’avez pas de joie dans le pays hôte. Vous êtes confrontés aux problèmes de la non-maîtrise de la langue locale. Des gens venaient, mais la non maîtrise de la langue était un défi et l’intégration est devenue difficile. La vie est difficile au commencement.

Comment vous voyez la collaboration avec le peuple hôte 

Notre collaboration avec le peuple résident de la RDC est bonne. Mais les problèmes et les mésententes avec les voisins ne manquent jamais. Ces mésententes peuvent avoir un impact sur la cohabitation. Je peux dire que notre collaboration est bonne.

Lorsque vous étiez encore au Burundi qu’est-ce que vous entendiez dire de la RDC ?

Quand nous avons décidé de quitter le Burundi pour venir ici en RDC, nous avons entendu que les militaires congolais maltraitaient les gens. On disait qu’il y a beaucoup de sorciers. Malgré ces informations, on n’avait pas d’autres choix que de venir ici vue la situation qui prévalait chez nous. Un réfugié n’a pas de choix.

Maintenant, que vous êtes ici ce que vous voyez par rapport à ce que vous entendiez ?

Une fois arrivé, nous avons confirmé certains faits. D’autres étaient justes des rumeurs. C’est pas comparaison des cas de sorcellerie  c’est la même partout même chez nous au Burundi.

Quelles  sont les opportunités que vous avez vues dans ce pays?

Dans ce pays, il y a beaucoup d’opportunités. Certains pratiquent l’agriculture, le commerce et d’autres domaines. Cela nous facilite la vie. C’est mon cas. Je travaille à la polyclinique du docteur Yves. Je suis ophtalmologue. Je travaille dans le service d’ophtalmologie au quartier Kavinvira sur la route Bujumbura. La collaboration avec mes collègues est bonne. Il n’y a pas de problèmes professionnels. Nous nous aidons mutuellement autant que ce métier l’exige.

Qu’avez-vous appris de la population congolaise avec qui vous vivez ensemble ?

Ce que j’ai appris du peuple congolais est l’hospitalité. Ils parlent et collaborent avec les gens. Les mésententes ne vont jamais manquer, mais les habitants d’Uvura sont accueillants.

Quel votre  regard sur les tensions observées actuellement dans la région des grands lacs?

Mon message à toutes les communautés est de cultiver l’amour. Avec l’amour, on ne peut pas maltraiter ton voisin ou ton frère. Cultivons la paix ! Nous sommes des frères.

Quel message pour les Congolais qui pense qu’au Burundi, on fait du mal aux  Congolais ?

Ceux qui disent que les Burundais maltraitent les Congolais n’ont jamais quitté la RDC pour s’installer ailleurs. Je sais que le Burundi est un pays qui accueille bien les Congolais. Ils sont bien traités et vivent en toute tranquillité au Burundi.

L’émission Génération Grands-Lacs est un rendez-vous hebdomadaire par les jeunes et pour les jeunes. C’est une occasion pour les jeunes de donner leurs avis et contribution sur des questions de leur région. C’est une production de Search for Common Ground en collaboration avec les radios, Bonesha FM de Bujumbura, radio Isango star de Kigali, mama radio de Bukavu, la radio notre dame de Tanganyika, RNDT d’Uvira et la radio Kivu star de Goma.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Nkurunziza Jessie

    Au Burundi nous n’avons jamais eu de problèmes avec les congolais.Il faut que les congolais arrêtent de tout politiser.Depuis Mathusalem le Burundi héberge des congolais anciennement zairois et il n’y a jamais eu de problèmes.Nous les avons toujours acceuilli à bras ouverts et n’attendons pas moins lorsque nous nous rendons chez eux!Ce sont nos frères qu’ils le veuillent ou non!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 6 093 users online