Mercredi 22 mai 2024

Société

Le gouvernement burundais préoccupé par la fuite des cerveaux

28/10/2020 Commentaires fermés sur Le gouvernement burundais préoccupé par la fuite des cerveaux
Le gouvernement burundais préoccupé par la fuite des cerveaux
"Déplorable de voir des jeunes qui partent en formation à l’étranger et qui ne rentrent pas au pays" a dit le Président Ndayishimiye.

D’après le président de la République, c’est regrettable qu’il y ait des jeunes qui partent en formation à l’étranger et qui ne rentrent pas au pays. Pour la plupart des professeurs d’université interrogés, c’est la faute à la pauvreté.

 

«C’est déplorable de voir un jeune partir à l’étranger pour continuer ses études avec une bourse d’études du gouvernement mais, à la fin de ses études, il décide de travailler  dans ce pays, au détriment de sa patrie qui a pourtant investi dans ses études », a regretté le président Evariste Ndayishimiye, ce mardi 27 octobre,  à l’occasion d’une retraite des jeunes intellectuels burundais.

D’après lui, le pays ne pourra jamais se développer aussi longtemps que cette fuite de cerveaux perdure. Il appelle les intellectuels burundais à rentrer au pays, car d’après lui, le capital humain est l’un des piliers d’un développement durable.

Les professeurs d’université, présents dans cette retraite, se disent eux aussi indignés  par cette fuite des cerveaux. Cependant, certains d’entre eux ont expliqué cet exode par la pauvreté qui s’observe dans le pays.  C’est elle qui pousse certains intellectuels à partir à la quête d’une vie meilleure ailleurs.

« Nous sommes parmi les pays  les moins développés avec des salaires très peu élevés. Nos jeunes qui partent en formation préfèrent y rester pour gagner mieux que ce qu’ils pourraient gagner au pays », a révélé professeur Léonidas Ndayizeye, professeur des Sciences économiques et gestion à l’Université du Burundi.

L’insuffisance d’infrastructures sera aussi évoquée par les professeurs, comme  une autre cause de cette fuite des cerveaux.

Ces professeurs d’université exhortent le gouvernement à investir dans la construction des infrastructures développées, cela  pourrait encourager les intellectuels burundais à regagner la mère patrie.

Cette retraite des jeunes intellectuels a vu la participation d’environ 600 jeunes, lauréats en master.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 3 785 users online