Mercredi 05 octobre 2022

Économie

Foire d’exposition : désillusions des commerçants

12/07/2017 Commentaires fermés sur Foire d’exposition : désillusions des commerçants

Depuis le 30 juin, le ministère du Commerce, l’API et la CFCIB ont organisé une foire d’exposition «Made in Burundi » au terrain Tempête en mairie de Bujumbura. Pas d’engouement des citadins.

Trois vendeurs en attente de clients.

«Les clients ne viennent qu’au compte-gouttes», témoigne Boniface Habonimana, directeur d’une société chargée du développement et transformation des plantes oléagineuses basée en commune Rugombo de la province Cibitoke. Il indique avoir payé quatre cent mille Fbu pour avoir un stand. Et il précise que cette somme varie en fonction de la nature des marchandises.

M. Habonimana explique que sa société fabrique des huiles d’olive, de soja, de tournesol et de sésame. Et espère que cette foire va lui permettre de faire la promotion de ses produits. Il fustige la place qui a été choisie pour accueillir cet évènement : «Elle n’est pas stratégique car loin du centre-ville de Bujumbura». Avant de participer à cet événement, poursuit-il, il espérait réaliser des profits énormes.

Evelyne Kwizera, une cultivatrice de produits vivriers en commune Gashikanwa de la province Ngozi, indique avoir pris connaissance de cette foire par la Confédération des associations des producteurs agricoles pour le développement(CAPAD). Cette vendeuse du riz et de bananes révèle que c’est cette organisation qui a payé les frais d’installation. Elle témoigne que ses bananes se sont avariées faute de clients. Elle précise qu’un kg du riz s’obtient à 1800 Fbu et celui de bananes à 700 Fbu. «Les pertes dues au manque de clients sont énormes.» Elle aussi met en cause cet endroit choisi pour abriter cette exposition. Et de demander aux organisateurs de réduire les frais des stands afin que tout le monde participe.

Des promotions, mais pas de ventes

Pascal Itangishaka, directeur commercial de Burundi cleans, entreprise de fabrication des briques, soutient que la foire a été mal préparée : « La sensibilisation a été limitée à quelques jours.» Il ajoute que les frais exigés pour avoir un stand ne permettent pas la participation de tout le monde. L’objectif de sa participation ne vise pas la vente, mais plutôt la promotion de ses produits.

«Les prix des marchandises sont très élevés», constate Nestor Nduwayo, un acheteur rencontré au terrain Tempête. Il déplore que cette foire soit dominée par les produits vivriers. « Pourquoi venir acheter ces produits ici, alors qu’ils sont disponibles dans différentes boutiques de la capitale ? »

Pelate Niyonkuru, ministre du Commerce, affirme que cette foire permettra aux producteurs nationaux de faire connaître leurs produits au niveau national et international. Elle recommande aux producteurs nationaux d’améliorer la qualité de leurs produits, surtout pour ceux destinés à l’exportation. La ministre les exhorte à respecter les normes recommandées par le bureau burundais de la normalisation et contrôle de la qualité (BBN).
Signalons que cette foire se clôturera dimanche 9 juillet 2017.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 447 users online