Lundi 19 avril 2021

Politique

Du statut d’adversaire à celui de partenaire

02/04/2021 2
Du statut d’adversaire à celui de partenaire
Pour Elias Sentamba, il est indispensable de toujours prôner la réconciliation

Dans une situation de crise, le comportement des acteurs peut faciliter ou rendre impossible la décrispation de la situation. Pour le politologue Elias Sentamba un appel considérant un adversaire comme un partenaire potentiel permet de construire une société juste.

La décrispation d’une situation conflictuelle n’est possible que si les protagonistes adoptent un langage réconciliant qui considère les adversaires comme des partenaires. « C’est un langage qui prend en compte les intérêts divergents entre différents acteurs. Il permet de trouver un compromis, une solution la moins mauvaise possible, faute de solution idéale qui n’est pas de ce monde. Les gens sont conscients que leurs intérêts sont nécessairement divergents, ils essaient de perdre un peu pour gagner plus », explique le politologue Elias Sentamba.

Pour lui, aucun intérêt ne peut toujours prédominer. Le détenteur du pouvoir peut soumettre ceux qui ne l’ont pas aujourd’hui, explique-t-il, mais ces derniers, un jour, le détiendront. « Il va se venger et malheureusement il ne va se venger sur celui qui avait le pouvoir, mais plutôt sur ceux qu’il croit être ses descendants et qui sont pourtant innocents. Et c’est un conflit perpétuel», déplore-t-il.

Ce politologue fait savoir qu’un langage réconciliateur n’est motivé que par la prise de conscience et une recherche de la paix commune. On est convaincu, poursuit-il, que dans la société aucun intérêt ne peut être défendu de façon rigide et unilatérale contre les intérêts des autres. « Il faut que toutes les parties prenantes soient conscientes qu’il faut chercher un terrain d’attente. C’est donc l’intelligence pratique qui recherche l’accord social».

Au cas contraire, relève M. Sentamba, si chacun campe sur sa position, c’est le statu quo, chacun des antagonistes défendant uniquement son intérêt et de façon rigide. Ainsi, le conflit persiste. Il note que toute tentative de rapprochement est remise en cause. « Nous sommes des citoyens qui dépendent des uns des autres. Il faut que les ennemis ne soient pas tués, mais transformés en partenaires».

Le professeur Elias Sentamba estime indispensable la pérennisation et la consolidation d’un langage rassurant : « En prendre conscience, enseigner les jeunes et former la société permettent de bâtir une société juste et prospère. » La compréhension mutuelle et la réconciliation, conclut-il, conduisent à un terrain d’attente pour un jeu gagnant-gagnant.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Frederic Nzeyimana

    Pour Elias Sentamba, Dans une situation de crise, il est indispensable de toujours prôner la réconciliation. D’accord. Mais qu’en est=il dans une situation de génocide ? Comme c’est le cas du Burundi ? Peut-on réconcilier sans même que ce soit reconnu qu’un génocide a été commis ?

    Pres de 50 ans apres, plus aucun doute. Plusieurs éléments mettent à l’évidence qu’en 1972 (avant et apres) le Gouvernement du Burundi à dominance Tutsi-Hima, dirigé par le Capitaine Michel Micombero a commis un génocide quand il s’est livré à des arrestations massives ciblées en journées normales, sur tout le territoire national, en suivant des listes préétablies, suivies d’éliminations physiques de près d’un demi-million (12%) de Citoyens Burundais qui ont été jetés dans près de cinq milles fosses communes avec pour unique crime était d’être d’appartenance clanique Hutu.

    Et ce n’est pas tout. Depuis le mois de décembre 2019 jusqu’en novembre 2020, la CVR a procédé à l’ouverture des fosses communes dans plusieurs provinces du pays. De 2014 à 2018, la CVR a pu recueillir des informations faisant état de 4163 fosses communes au Burundi. Selon la CVR, la cartographie se présente de la manière suivante : Bujumbura Mairie : 74 ; Ngozi: 179 ; Karusi: 91 ; Mwaro: 207 ; Muramvya: 315 ; Ruyigi: 133 ; Rumonge: 396 ; Bururi: 88 ; Makamba: 207 ; Cibitoke: 345 ; Bubanza: 240 ; 10 Kayanza: 322 ; Kirundo: 200 14. Rutana : 119 ; Gitega : 640 ; Muyinga: 184 ; Cankuzo: 41 ; Bujumbura Rural : 250.

    En février 2020, l’ouverture des fosses de la Ruvubu par l’équipe de la Commission vérité et Réconciliation (CVR), a ramené à la surface de la terre des hommes et femmes victimes de la folie meurtrière de 1972.

    Les dimensions de fosses, leur emplacement dans un lieu discret, leur alignement, l’empilement des corps par couches au fond des trous ont démontré la débauche d’intelligence et de moyens utilisés dans l’extermination des Hutus et dans la dissimulation de leurs corps. Lors d’une messe très solennelle organisée sur le site, le Primat de l’église catholique du Burundi Monseigneur Simon Ntamwama, n’a pas mâché ses mots : il a qualifié les faits de GÉNOCIDE. Bien qu’ayant une chaire de recherche, le département d’histoire de l’Université du Burundi n’a jamais révélé de tels faits. Pourquoi. Qu’est-ce qui l’en empêche
    .
    L’existence de la fosse commune de la Ruvubu dans laquelle une dizaine de milliers de corps de plusieurs provinces non environnantes ont été acheminés pour y être enfuis, constituent en elles seules une preuve de préméditation et de planification.
    Les autorités burundaises (dominees par les Bahima du Bututsi) de l’époque avaient bel et bien une intention claire de commettre un génocide.
    Bien plus, la quantité inouïe des ossements présents dans les fosses communes de la Ruvubu et leur variété de provenance, ne peut pas être le résultat d’un travail de quelques individus. Ça prend une logistique étatique pour réussir à inventorier les noms des cibles à tuer, savoir à quel endroit exact où les trouver à une période précise de la journée, instruire les personnes qui vont les chercher, louer les machines qui vont creuser les fosses et les camions qui vont transporter près 500 000 condamnés à mort (…).
    La planification de tout cela pour réussir à le faire doit avoir pris des mois. Voire des années pour y parvenir. Il est mathématiquement impossible que cela ait été fait après une attaque surprise de rebelles Hutu comme le veut la version officielle.
    Avec la quantité de documents, d’archives, de témoignages écrits et oraux, d’ossements sortis des fosses communes, la CVR dispose de toutes les clés pour analyser le dossier et pour se prononcer sur la qualification des tueries de 1972. Quiconque pourrait conclure sans se tromper que le gouvernement Micombero a planifié l’extermination des Hutus, qu’il a utilisé les moyens humains et matériels de l’État, qu’il a sciemment dissimulé les corps et qu’il a imposé le silence sur ces crimes par des actes d’intimidation, de torture et d’emprisonnement !

    Pour crise majeure c’en est une. Peut-on alors reconcilier scomme le propose le professeur Elias Sentamba sans meme declarer qu’il y a eu GENOCIDE? Un crime impardonnable aux yeux des Nations Unies! Que tous les Etas du monde doivent punir!

  2. roger crettol

    Inlassablement, IWACU poursuit son travail de prise de conscience. Le progrès de la société burundaise ne se fera pas sans une volonté sincère de réconciliation accompagnée de mesures tangibles de coopération pour le bien commun.

    C’était l’objectif poursuivi par les accords d’Arusha, accords qui n’ont jamais été intégrés dans la vision ou la stratégie du CNDD-FDD, sinon comme un mécanisme à quotas embarrassant et à abolir. Et il est fort probable que les opposants au CNDD-FDD n’ont pas fait preuve de conciliation, à l’époque.

    Cette hantise de s’emparer du pouvoir n’en finit pas de coûter à la société burundaise.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La grande muette invitée à redorer son image écornée

Ce ne sont pas des « faits divers ». Quelle mouche a piqué la grande « muette » ? L’armée burundaise occupe rarement les colonnes d’Iwacu. Elle s’exprime peu d’ailleurs. Mais jusqu’ici, la grande muette burundaise était relativement reconnue et (…)

Online Users

Total 1 064 users online