Lundi 22 juillet 2024

Société

Des villages de plus de 900 maisons pour des vulnérables

10/11/2021 2
Des villages de plus de 900 maisons pour des vulnérables
Gervais Ndirakobuca : « Pour ces villages, construire en hauteur permettrait de dégager des terres cultivables »

Des villages de 916 maisons pour 4.580 personnes vulnérables, seront érigés dans les provinces de Kirundo, Cankuzo et Ruyigi, des localités de grand retour des réfugiés.

Le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Gervais Ndirakobuca indique que ces provinces sont pilotes. Il a demandé aux partenaires techniques et financiers à s’investir dans ce projet et construire en hauteur pour dégager des terres cultivables.

Selon lui, les gouverneurs sont impliqués dans ce projet pour implanter ces villages dans leurs circonscriptions. Ils sont appelés à chercher où ces villages seront érigés. « Ces provinces ont également été choisies parce qu’il y a encore là-bas des espaces ».

Le coût de ce projet pour ces 3 provinces est estimé à plus de 29 milliards de francs burundais. Il sera exécuté par le Fonds national d’investissement communal, Fonic.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Jereve

    Dans ce même journal, un article parlait du projet de construire pour les fonctionnaires à bas et moyens revenus des logements ou plutôt des immeubles (sur plusieurs niveaux) à loyers modestes dans certains quartiers de Bujumbura. Cela date d’il y a au moins une dizaine d’année. Nous attendons toujours ces maisons. Cette fois-ci, y’aura-t-il des miracles qui donneront plus de chances aux plus vulnérables de nous tous? Je le souhaite de tout cœur.

  2. arsène

    Il manque un élément qui nous aurait permis de juger si les actes suivront la bonne parole: quand ce projet débutera-t-il?
    Si le pays n’arrive pas à payer les frais concernant les test covid d’une équipe de volleyball, que des ponts se sont effondrés sur différents axes routiers, que les écoliers n’ont pas de manuels scolaires, …., il y a de fortes chances que cela se termine comme l’aéroport de Bugendana qui aurait dû « désengorger » celui de Bujumbura ou la construction d’un stade olympique alors que le pays n’a pas un seul stade de football aux normes internationales.
    Que de beaux discours! Pourtant, quand il s’agit de démolir, les choses vont vite, très vite et des délais sont fixés clairement.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 499 users online