Mardi 23 avril 2024

Société

Des taxi-vélos corvéables à merci fâchés

28/12/2017 Commentaires fermés sur Des taxi-vélos corvéables à merci fâchés

Cotisations abusives, prix exorbitants pour l’acquisition des plaques et gilets de sécurité fluorescents avec des bandes réfléchissantes. Telles sont leurs lamentations contre le Collectif des associations des taxis-vélo du Burundi (Coatavebu).

L’un des parkings de taxi-vélos dans la ville de Bujumbura

Celui-ci regroupe en son sein deux associations : Solidarité pour les taxi-vélos et le développement du Burundi (Sotavedebu) et Solidarité des taxi-vélos du Burundi (Sotavebu).

Chacun doit donner une contribution de 50 Fbu à la première et de 100 Fbu à la seconde. D’après ces taxi-vélos, ils s’en acquittent malgré eux. «Leurs agents malmènent les récalcitrants».

En cas de non-paiement, les vélos sont confisqués. «Il faut soudoyer ces agents, verser des pots-de-vin pour récupérer notre unique gagne-pain, un billet de 2 mille Fbu».

Pour B.F, exerçant dans la zone de Cibitoke, commune Ntahangwa de la mairie de Bujumbura, les taxi-vélos sont victimes de leur dénuement. «Nous ne sommes à même de nous procurer ni des gilets ni des plaques d’immatriculation». Les prix sont respectivement de 13 mille Fbu et de 10 mille Fbu.

Pour un taxi-vélo rencontré à Mutakura de la même zone, l’exigence de 23 mille Fbu d’un taxi-vélo est un vol. Son vélo a été saisi à plusieurs reprises. Il lui manquait une plaque. «Je n’avais qu’un gilet», confie-t-il.

Aussitôt de fustiger que leurs associations ne visent que des intérêts de leurs fondateurs. «Elles n’assistent pas leurs membres même en cas d’accidents».

Emmanuel Nimbona, représentant légal de la Sotavebu parle d’un malentendu. Ces lamentations ne sont pas fondées. Car, souligne-t-il, les agents dont ils dénoncent l’attitude sont désignés au niveau des parkings. «Ils sont issus des taxi-vélos eux-mêmes».

Au sujet des plaques et des gilets, il invoque le nouveau Code routier en son article 434 : «Toute bicyclette affiliée au transport rémunéré doit être munie d’une plaque d’identification délivrée par la commune».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 2 947 users online