Lundi 03 octobre 2022

Économie

Des commerçantes des fruits travaillent à perte

02/08/2022 1
Des commerçantes des fruits travaillent à perte
Des fruits pourrissent suite au manque des clients

Avec la pénurie de carburant, le coût élevé de transport, les fruits sont devenus très chers et les vendeuses de fruits vivent le calvaire.

Lundi le 1er août, des vendeuses de fruits étalent leurs produits sur le bord de la rue qui passe en bas du marché. Leur fatigue frappe le regard des passants.

Sans carburant, le commerce est impossible et elles travaillent à perte. Avec le coût élevé du transport, elles ne font plus de bénéfice. Elles déboursent 5000 BIF pour charger un panier de fruits qu’elles payaient naguère 2500 BIF pour le transport de Bubanza à Bujumbura. Une autre femme qui achète en gros des bananes mûres à Kinama de la commune Mubimbi en province Bujumbura indique qu’elle paie aujourd’hui 15000 BIF ; contre 4000 BIF pour un voyage aller-retour avant la pénurie du carburant.

Et les prix se sont envolés. Ainsi, une seule banane mûre coûte entre 200 et 300BIF.

L’absence de moyens de transport empêche certains clients d’acheter les fruits. « Les clients qui veulent s’approvisionner en grande quantité n’achètent pas faute de véhicules de transport ».

Le manque à gagner est terrible pour ces femmes. Naguère, elles gagnaient entre 7000 et 10000 par jour. Maintenant elles touchent difficilement un bénéfice de 2000 et 3000 BIF. Souvent, elles ne parviennent pas à écouler tous les fruits et ceux-ci finissent par pourrir faute de clients. Parfois, pour parvenir à subvenir aux besoins des familles, elles vendent les fruits à vil prix et elles tombent en faillite.

La crise provoque parfois des conflits conjugaux. « Des femmes qui ont contracté des crédits dans une association sans aviser leurs maris, risquent de divorcer. Plus d’entente dans leur foyer », regrette une détaillante des fruits. Selon cette femme, certaines familles sont le point de vendre leurs parcelles pour payer leurs dettes. « Celles qui n’ont pas trouvé de moyens pour rembourser la dette vivent en cachette ».

Le manque du carburant est devenu un casse-tête depuis le mois d’avril.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Nsamirizi

    Les fabricants des jus de fruits ne peuvent rien en faire ?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 441 users online