EN

Société

Des Burundais continuent de fuir le pays vers la RDC

28/08/2019 Jackson Bahati Commentaires fermés sur Des Burundais continuent de fuir le pays vers la RDC
Des Burundais continuent de fuir le pays vers la RDC
Ces Burundais réclament un statut de réfugié.

Ces derniers jours, les camps de transit des réfugiés de Sange et Kavimvira à l’est de la RDC accueillent des réfugiés burundais. Plus 20 familles sont enregistrées par jour. Le mouvement a commencé, il y a deux semaines. En attendant l’aide, ces réfugiés vivent de la mendicité.

Au camp de transit des réfugiés de Sange, situé à 15 km de la rivière Rusizi, à la frontière burundo-congolaise de la commune Buganda en province Cibitoke, des familles burundaises se rendent vers ce site situé dans la plaine de la Rusizi en territoire d’Uvira.

Pour avoir de quoi manger, ces réfugiés rencontrés sur place, adultes et enfants se livrent à la mendicité en attendant l’aide humanitaire. D’après un habitant de Sange, les enfants sillonnent les avenues, maison par maison pour demander de l’aide.

Fabien Nzoyihaya, un réfugié burundais originaire de la province Muyinga, affirme qu’il vient de passer trois mois dans le camp de transit de Sange et que la situation alimentaire va de mal en pis. Il a perdu l’espoir d’avoir l’asile.

Ce père de 6 enfants indique qu’il ne peut pas rentrer chez lui car rien ne prouve que la situation en matière de sécurité a changé. «A l’approche des élections, nous sommes de temps en temps confrontés à des perturbations de la sécurité».

Jeannette Ndikuriyo, originaire de la province de Bubanza, est une mère de 5 enfants. Elle est âgée de 45 ans et vit dans ce site de transit depuis deux semaines. Selon lui, des cas d’intolérance politique entre les militants du CNL et du Cndd-Fdd signalés dans différentes communes de sa province, ne rassurent pas : «Si rien n’est fait, la situation risque de dégénérer ».

C’est la même situation dans le camp de Kavimvira à moins d’une dizaine de km de la frontière de Gatumba. Les enfants et parents mendient tous pour trouver quoi mettre sous la dent dans la ville d’Uvira.

Outre le manque de nourriture, ces réfugiés burundais déplorent le manque de médicaments dans les deux camps de transit. Ces Burundais réclament d’être transférés dans un vrai camp de réfugiés afin que leurs enfants puissent aller à l’école d’autant plus que l’année scolaire approche.

Ces Burundais demandent le statut de réfugié

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et la Commisssion nationale pour les réfugiés (CNR) à Uvira se disent conscients de ces problèmes.

Franck Ngandu, responsable du CNR en charge de ce camp de transit de Sange, compte au moins 20 à 40 familles burundaises par jour qui sont enregistrées dans ce site.

Selon lui, les autorités pensent déjà comment leur accorder le statut de réfugiés afin que ces familles soient transférées dans les camps de Mulongwe et Lusenda se trouvant dans le territoire de Fizi. Cela leur permettra d’avoir accès à la nourriture, aux soins médicaux et à l’éducation pour les enfants. «En attendant, il faut que ces réfugiés burundais fassent preuve de patience », tient-il à souligner.

Certains Congolais interrogés ne veulent pas que ces réfugiés burundais soient transférés loin de chez eux car ils veulent les embaucher dans des activités champêtres. Malula Ndabwirwa Rukalisha, chef de la cité de Sange explique que les Burundais sont de bons agriculteurs. «Mais cette situation nous inquiète à Sange, il y a risque de surpopulation dans cette localité».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un recensement polémique

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un recensement polémique

Il est sous les feux de critiques, accusé de tout et de son contraire. Le recensement des fonctionnaires en cours est attaqué sur le fond et la forme. Ces derniers estiment que les questions sont trop nombreuses et manquent d’objectivité. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 256 users online