Lundi 15 juillet 2024

Économie

Déblaiement et confusion à l’ancien marché central

04/07/2024 2
Déblaiement et confusion à l’ancien marché central
L'ex marché central de Bujumbura

Dix ans après l’incendie dévastateur de janvier 2013, l’ancien marché central de Bujumbura demeure en ruines, n’ayant jamais été reconstruit. Cependant, les travaux de déblaiement en cours d’une partie du marché continuent de semer la confusion quant à une éventuelle réhabilitation. Malgré les attentes des citoyens, les clarifications du chef du quartier Rohero indiquent que ces efforts ne représentent pas le début des travaux de reconstruction attendus depuis longtemps.

Ce mercredi 2 juillet 2024, des travaux de déblaiement d’une partie de l’ancien marché central de Bujumbura, près du parking desservant le nord de la ville, ont suscité de la confusion parmi les citadins. Beaucoup pensaient que ces opérations marquaient enfin le début de la réhabilitation tant attendue du marché central. John, un résident local, a partagé sa déception : « Je pensais que le gouvernement avait décidé de réhabiliter le marché central, mais malheureusement ce n’est pas le cas. » Un autre témoin a exprimé des sentiments similaires : « Franchement, à première vue, j’ai immédiatement pensé que les travaux de réhabilitation venaient de débuter. Plus de dix ans que le marché a pris feu, c’est vraiment triste qu’il n’ait pas encore été réhabilité. »

Cependant, le chef de quartier de Rohero a clarifié la situation en déclarant que ces travaux de déblaiement ne constituent en aucun cas des travaux de réhabilitation. « C’est un ancien locataire qui est en train de récupérer ses biens », a-t-il précisé.

Il convient de rappeler qu’une note d’information sur les conceptions préliminaires en vue de la reconstruction de l’ancien marché central de Bujumbura a été présentée par le ministre des Infrastructures, de l’Équipement et des Logements sociaux lors du Conseil des ministres du 8 mai 2024. Malgré cela, l’attente continue pour les habitants de Bujumbura qui espèrent voir un jour leur marché central restauré à son ancienne gloire.

La persistance de l’inaction face à la réhabilitation de ce site crucial soulève des questions sur la planification et la priorité accordée à ce projet par les autorités. En attendant, les travaux de déblaiement rappellent douloureusement aux citadins le long chemin qu’il reste à parcourir pour la reconstruction de leur marché central.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Casimir NDIKURIYO

    Les pratiques sociales nous défendent de nier les propos d’une autorité mais je suis dans l’obligation de dire qu’il n’y a rien à récupérer après 11ans.

  2. Nsanze

    « C’est un ancien locataire qui est en train de récupérer ses biens »

    1) Quels biens qui, ayant subi la furie des flammes pendant des heures, les pillages et les intempéries pendant plus de 10 ans, peuvent encore être récupérés ?

    2) Pourquoi ce seul ancien locataire a été autorisé à récupérer ses biens ? Peut-il encore les identifier ?
    Je sens de la peine pour les anciens locataires s’ils regardent encore les ruines et se disent qu’ils ont encore des biens à récupérer dedans. On devrait laisser tout le monde « récupérer » les biens qu’ils pensent encore détenir à cet endroit, pour qu’ils fassent le deuil de ceux qui n’y sont finalement plus.

    3) Mais quelles raisons peut-on trouver pour justifier le maintien de cette ruine dans cet état, en plein centre-ville pendant 10 ans ? Au début je pensais que c’est pour ne pas priver aux enquêteurs des indices pouvant conduire à la cause de l’incendie.
    Après ça on aurait dû nettoyer la place de toute urgence, ne fut-ce que pour des raisons de salubrité, de beauté de la ville, d’exploitation provisoire comme parking des bus, et même de simple bienséance.
    La place est particulièrement moche, et donne au tableau un ton de négligence inouïe.
    En tout cas pour un visiteur ceci pourrait bien expliquer beaucoup de cela.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 184 users online