Samedi 16 octobre 2021

Editorial

Covid- 19, le laxisme risque de nous coûter cher

13/08/2021 Commentaires fermés sur Covid- 19, le laxisme risque de nous coûter cher

Jusque-là relativement épargné par la pandémie de Covid-19, le Burundi n’a jamais dénombré autant de contamination qu’aujourd’hui. Le rapport de situation sur la réponse à la pandémie due au coronavirus publié le 10 août en dit long : « Au cours des dernières 24 heures, le pays a rapporté 330 cas de Covid-19, chiffre le plus élevé depuis le début de la pandémie au Burundi avec un taux de positivité de 8,13%. »

Par Léandre Sikuyavuga

La présence ou dirais-je, la virulence du coronavirus est une terrible réalité. Alors que Bujumbura, capitale économique, était qualifiée d’épicentre de la pandémie, les provinces continuent d’enregistrer de nombreux cas (voir les chiffres dans notre dernière édition). L’heure est grave, tout le monde devrait faire montre de rigueur et de fermeté dans la lutte contre la propagation de ce fléau. Cependant, force est de constater qu’il y a relâchement par rapport aux mesures sanitaires, une apparente insouciance collective.

Les reporters d’Iwacu viennent de sillonner plusieurs provinces du pays comme Kirundo, Muyinga, Ngozi, Makamba, en vue de se rendre compte de la gravité du fléau et de la riposte des autorités de la base pour y faire face. Le constat est amer : un relâchement par rapport aux mesures sanitaires, un abandon quasi complet des mesures de distanciation, un abandon du port de masque dans les transports, etc.

D’après les habitants, l’administration est presque absente dans la lutte contre la propagation de la Covid-19. « En paroles, ils s’activent mais la rigueur dans le suivi du respect des mesures barrières, c’est une autre paire de manche. » La situation est presque similaire en Mairie de Bujumbura.

Certes, le ministre chargé l’Intérieur avait pris des mesures fermes : «Tous les évènements qui rassemblent beaucoup de monde comme les karaokés et les boîtes de nuit, restent interdits, sur tout le territoire du Burundi, pour mieux poursuivre la lutte contre la pandémie de Covid-19.» Cependant, de grands rassemblements comme les croisades religieuses, les matches, les réunions, se poursuivent au grand jour. Il y a trop de laxisme, trop de tolérance, trop de mesures dérogatoires.

Beaucoup de gens jugent les responsables habilités à lutter contre la propagation de la Covid-19 trop laxistes ces derniers temps alors que l’ennemi invisible, insaisissable rôde et progresse. Moins on est rigoureux et plus le risque est grand de voir la pandémie se propager à une très grande vitesse. Chaque personne, où qu’elle se trouve, peut jouer un rôle en prenant des précautions afin de prévenir la transmission. Le gouvernement doit serrer la vis, sinon ce laxisme risque de nous coûter cher…

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 1 019 users online