Politique

Cnared : «Il faut empêcher la tenue du référendum»

14/02/2018 Egide Nikiza 5

Le Cnared appelle les Etats membres de la Communauté est-africaine, l’Union Africaine, l’Union européenne et les Nations unies à prendre des sanctions contre Bujumbura pour l’empêcher la tenue du référendum.

Pancrace Cimpaye, porte-parole du Cnared

C’est ce qui ressort du communiqué sorti, ce mardi 13 février, par Pancrace Cimpaye, porte-parole de cette plateforme de partis politiques de l’opposition en exil.

Selon lui, ce référendum «ouvre une brèche à une nouvelle guerre civile avec une déflagration certaine sur la sous-région». La nouvelle Constitution mettra un terme aux pourparlers d’Arusha. Sur ce, Cnared appelle les Burundais à boycotter ce scrutin.

Cette plateforme dénonce une campagne d’enrôlement au forceps. D’après Pancrace Cimpaye, pour la première fois dans l’histoire du Burundi, plusieurs services publics ’’ne sont accessibles qu’aux détenteurs d’une preuve d’enrôlement’’.

En outre, M. Cimpaye fait savoir que tout soupçon de faire la propagande contre ce processus de révision constitutionnelle entraîne un ’’emprisonnement ou une menace d’exécution’’. Et de soutenir que ’’ce référendum est anticonstitutionnel’’.

Il invoque l’article 299 de la Constitution : «Aucune procédure de révision ne peut être retenue si elle porte atteinte à l’unité nationale, à la cohésion du peuple burundais, à la laïcité de l’Etat, à la réconciliation, à la démocratie, à l’intégrité du territoire de la République».

Et de lâcher aussitôt : «Ce référendum divise le peuple burundais en deux parties, les bons Burundais et les mauvais». Signalons que ce référendum est envisagé au mois de mai prochain.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. kabingo dora

    @ Ayahu
    Je ne suis pas Egide Nikiza et il ne m’a pas mandaté pour cela . C’est pluto votre réaction qui m’étonne et votre prise de position n’est pas nouvelle , elle est toujours la même et pourtant Iwacu la publie ! Il faudrait donc commencer par vous refuser de placer votre “mot ” . Remarquez bien que Iwacu n’est pas obligé d’offrir une tribune de réactions à ses lecteurs il existe beaucoup de sites sur le Burundi qui ne le font pas.
    Vous estimezz donc que Mr Cimpaye n’a pas le droit de s’exprimer ?
    Faites le journalisme vous apprendrez pourquoi Mr Nikiza a rédigé cet article

  2. Banza

    Source du Nil, qu’entendez-vous par “mobiliser le peuple”?
    La guerre et ses destructions? Avec tout ce qu’elle nous a déjà apporté depuis 1/2 siècle? Ceux qui en ont souffert vous disent “non merci” (à mon avis). User d’autres moyens; il doit y en avoir!

  3. Gacece

    Quelle intelligence ce Cimpaye!
    Faut-il empêcher la tenue du référendum? Ou faut-il convaincre les Burundais de bienfaits de ne pas voter « oui » à ce référendum?
    L’und de ces deux options est démocratiquement possible, l’autre ne l’est pas. Ce qui compte, c’est la démocratie!

  4. Ayahu Jean Pierre

    Cher Monsieur Egide Nikiza,
    Je suis régulièrement – et je commente aussi- l’actualité sur votre site. Il m’arrive souvent de me questionner sur l’importance des articles diffusés, leur portée en matière d’information et surtout l’apport de ceux-ci pour le bien être collectif des consommateurs de l’information.
    Allons droit au but…
    Le CNARED – un mouvement que je ne porte pas dans mon coeur mais pour lequel j’ai du respect envers les hommes et femmes qui le composent-, semble recevoir une place importante dans notre média, le votre aussi, Iwacu. Mais pourqoui?
    Je suis tenté de m’interroger sur vos attentes et vos besoins:
    – Iwacu, au service de ses lecteurs et par-là, au service des hommes et femmes qui le financent?
    – Iwacu, au service de la démocratie, de la consolidation du lien social pour le grand nombre?
    Pourqoui je dis ça?
    Quel interêt pour Iwacu de diffuser de manière brute les propos de Pancrace qui appelle à prendre des sanctions contre le Burundi pour empêcher la manifestation d’une expression démocratique: le referendum? Quel interêt pour Iwacu de rapporter que si cette expression devait avoir lieu, c’est la guerre civile à coup sur au Burundi, avec une extension de celle-ci dans la région?
    Or, il s’avère que ces prises de position ont été dit et redit et pour un observateur de bonne foi, ces guerres et pire, le génocide annoncé, n’ont pas eu lieu. Mais pourqoui alors persister à offrir de l’espace pour ce genre de prise de position et surtout de la part de quelques personnes, qui vivent à 8’000 km à vol d’oiseaux du Burundi?

  5. Source du Nil

    Par quel moyen?Le CNARED devriez cesser de croire que la pression venant du EAC,l’UA ou l’ONU seule,sans pression interieur du peuple Murundi,ne pourra mettre à genoux le pouvoir DD. Cessez de rêver,mobiliser le peuple de l’interieur et diaspora ou refugiés.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

En aval et en amont

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En aval et en amont

« Trois familles menacent de regagner l’exil. » C’est le titre d’un article du correspondant d’Iwacu à Rumonge. La Cour spéciale des terres et autres biens vient de donner gain de cause à un résident au cours d’un procès foncier (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 271 users online