Mardi 27 février 2024

Editorial

Citius, Altius, Fortius

04/01/2024 2

Redevabilité oblige, la plupart des ministres et autres hauts cadres du gouvernement redoutent la séance des questions orales à Kigobe devant les deux chambres du Parlement réunies. C’est parfois une expérience éprouvante.

Face au déchaînement de certains députés et sénateurs, notamment les deux « Très Honorables inquisiteurs de la République », maillet de président à la main, la séance ressemble à une sorte de « Jugement dernier ».

Parmi les ministres et autres hauts cadres soumis aux tirs croisés, il y a ceux qui s’en sortent haut la main, avec brio, juste un peu écornés. Disons-le, ils ne sont pas légion.

D’autres, quittent le « ring », groggy, chancelants, convaincus qu’ils viennent de vivre leur dernière apparition publique après cette comparution devant ce « tribunal du peuple ». Ils repartent penauds, pensant que leur sort est joué et qu’ils viennent de tomber de leur piédestal.

Malheur à ceux qui n’ont pas d’ange gardien ou d’intercesseur en haut lieu. Le sort est en effet scellé. Malheur à ceux qui n’ont pas eu le temps de se munir d’un parachute. Pour eux, c’est la sortie. Par la petite porte. Mais souvent, certains se préparent un parachute doré, rassurez-vous.

Sinon, nous le petit peuple, nous regardons avec le sourire l’ire du président de l’Assemblée nationale. C’est encore mieux quand il officie en duo avec le Très Honorable Président du Sénat. Le binôme est encore meilleur, détonant, avec des questions incisives pour les ministres ou hauts cadres de l’Etat hésitant avec les chiffres ou ânonnant des rapports approximatifs.

Le petit peuple se rappelle ces personnalités cafouillant lors de leur entrée en grande pompe dans l’Hémicycle de Kigobe, la traditionnelle photo de famille avec le Président, les honneurs, la puissance…

« On s’en lave les mains, il ne faut plus qu’on te croise dans la circulation », lancera dernièrement le Très Honorable Gélase Daniel Ndabirabe, à un cadre tombé en disgrâce.

Ce genre de cadres non respectueux des directives, dira le secrétaire général du CNDD-FDD, Révérien Ndikuriyo, il faut nous les renvoyer et « nous allons conjuguer un verbe ».

Il n’a pas précisé quel verbe et encore moins à quel temps. Pour rappel, il avait juré de ne plus parler français « depuis que certaines langues lui ont dit que ’’travailler’’ égal ’’tuer’’ », suite à son appel à ses militants en pleine crise de 2015 : ’’Kora !’’ (Travaillez ! NDLR).

Pour revenir sur les questions orales devant le parlement, disons que la démocratie, si elle est bien pratiquée, donne le pouvoir aux élus de demander des comptes aux cadres de l’Etat.

Voir ces « excellences » se faire « cuisiner » publiquement est quelque peu jouissif. Et on se met à rêver que les élus vont aller encore plus loin. Allez, honorables, faites vôtre la devise olympique : « Citius, Altius, Fortius ». Plus vite, plus haut, plus fort.
Abbas Mbazumutima

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Kibinakanwa

    Cher Abbas
    Je ne jetteraispas des fleurs aux deux très honorables.
    Les arguments qu’ils jettent à l’exécutif contiennent des analgames; approximations qui glacent les oreilles.
    On dirait que nous sommes dans un Etat de non droit.
    Ururimi rwunwe.
    Il y a des menaces que je n’oserais qualifier.
    Les 3 pouvoirs sont séparés.
    Que les 2 sires nettoient aussi dans leurs ….ries.

  2. Mafero

    Ca aurait encore plus de sens si ces cadres de l’Etat étaient « grilles » par des Députés issus d’une autre formation politique que la leur.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 1 445 users online