Samedi 24 février 2024

Politique

CENI : Le Sénat approuve une nouvelle équipe

06/12/2023 6
CENI : Le Sénat approuve une nouvelle équipe
Prosper Ntahorwamiye, approuvé par le Sénat pour piloter la nouvelle équipe de la CENI

Les noms des personnalités qui vont piloter les élections législatives et locales de 2025, de même que les présidentielles de 2027 ont été approuvés par le Sénat dans l’après-midi de ce mercredi 6 décembre.

Il s’agit de Prosper Ntahorwamiye, actuel secrétaire général et porte-parole du gouvernement et ancien porte-parole de la Ceni sous Pierre-Claver Ndayicariye. C’est le président de cette CENI, il sera secondé par Mme Victoire Nahimana, ancienne sénatrice.

Il y a également dans cette équipe, comme commissaire, François Bizimana, conseiller au Sénat, ancien député et porte-parole du Cndd de Léonard Nyangoma. Il est désormais chargé de la Communication et de l’Éducation électorale dans cette équipe.

Mme Odette Bizumuremyi fait partie de cette nouvelle CENI, elle sera chargée des Finances et de l’Administration au moment où Leonidas Ndayiragije sera chargé des Opérations, de l’Informatique électorale et de la Maintenance des équipements.

Cette nouvelle équipe comprend également l’ancien procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, il est chargé des Affaires juridiques et du Contentieux électoral.

Gaby Bugaga, conseiller au Sénat et ancien journaliste de la RTNB sera chargé de la Logistique électorale et des Approvisionnements au sein de cette nouvelle Commission électorale nationale indépendante.

Aucun commissaire de l’équipe précédente de la CENI présidée par le Dr Pierre-Claver Kazihise n’a été reconduit. Ses membres avaient été nommés par décret présidentiel du 31 août 2018. Leur mandat de cinq ans non renouvelables avait expiré.

Mais l’article 23 de la loi régissant la CENI prévoit qu’en cas de nécessité, le mandat des membres de la CENI peut être prorogé pour une période n’excédant pas six mois.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Herma

    Chose et intéressante, ils ( les CNDD-FDD) savent choisir! Veux qui s’y opposent n’ont que le seul choix :  » allez vous reconvertir ». La chaise vide ne se vend pas – elle est trompeuse. Entre deux maux, il faut choisir le moindre – CNDD FDD ou l’oppostion ( CNL : Dépositoire de tous les malheureux, ou/un carneau de bain des fossoyeurs – en tète y et z ». Ona l’a choisi et les a votés et/ de -là , le match est gagne d’avance !

  2. Hihi

    la sclérose s installe au seing de toute forme de cercles politiques liés au Pouvoir
    On s entre mêle, on se croise, on applique les mêmes méthodes anti- démocratiques.
    Pauvre pays qui s enfonce vers l’abîme…..

  3. Nyandwi Beni

    A quoi servent les élections en Afrique?A rien!Des corrompus se succèdent à la tête des institutions et s’accaparent des ressources communes et au bout de leur mandat les peuples sont plus pauvres qu’avant.L’africain a besoin d’un roi pas d’un gouvernement.Les rois du Burundi ont réussi à garder les burundais en paix et en bonne santé pendant des siècles.A réfléchir.

    • Témoin

      @Nyandwi Beni
      Tu nous dis que les rois ont réussi à garder les burundais en paix et en bonne santé? Comment le sais-tu?
      Il semble que vers 1950, la population burundaise était autour d’1 million, après des siècles de peuplement. Depuis lors la population a été multipliée par 13 en 70 ans. Quid?

  4. Jereve

    Les élections nationales sont pour tous les burundais. Je m’imagine donc que les personnes nommées dans cette tâche très délicate représentent globalement toutes les sensibilités politiques et sociales du pays. Ceci pour éviter que demain quand on sera en plein dans le processus, certains ne prennent prétexte de cette non représentativité pour crier aux fraudes et manipulations.

  5. arsène

    Prosper Ntahorwamiye, président de la CENI! Que ne verra-t-on pas? On risque de tomber de charybde en Scylla. Il a déjà montré ce dont il était capable quand il faisait équipe avec Ndayicariye. J’ai écouté une fois une interview de Ntahorwamiye à la RPA à l’époque où il était justement porte-parole de la CENI. Il défendait bec et ongle la position de Ndayicariye qui disait vouloir d’abord satisfaire celui qui l’avait nommé.
    Enfin, en rapport avec les élections et non pas de la CENI, comme le malheur de vient jamais seul, ce sera bientôt l’obligation de payer la contribution volontaire.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 713 users online