Mardi 27 septembre 2022

Société

Campagne électorale des notables : les candidats font face à mille et un défis

12/09/2022 0
Campagne électorale des notables : les candidats font face à mille et un défis
Domine Banyankimbona : « La réinstauration du conseil des notables collinaires au Burundi va contribuer à la réduction des conflits fonciers.»

La campagne électorale pour la mise en place des notables collinaires a débuté, mardi 6 septembre. Malgré quelques difficultés, les candidats parcourent les ménages pour convaincre l’électorat. Pour les politiques, il faut éviter la politisation de cette institution. Ils demandent à la population d’élire des gens épris de paix et de justice.

La campagne pour les élections des notables collinaires bat son plein. Nous avons fait le tour dans quelques quartiers. Il est 11h dans le quartier Nyabagere dans la zone Gihosha, commune Ntahangwa, en mairie de Bujumbura.

Noël Ntakarutimana s’est porté candidat. Il est de la cellule III. Sous un soleil de plomb, il est en train d’afficher ses portraits sur les poteaux électriques. Il passe d’une porte à l’autre pour vanter ses projets. « Ce n’est pas facile. C’est fatigant de sillonner tout le quartier », se désole-t-il.

Interrogé sur ses projets, il répond qu’il a posé sa candidature pour donner son coup de main dans le règlement des différends sociaux, et surtout les conflits fonciers.

« Nous demandons à la population de ne plus porter les conflits sociaux chez les OPJ », a-t-il interpellé.

M. Ntakarutimana demande à l’Etat de soutenir financièrement ceux qui seront élus dans cette noble mission, tout en exhortant les notables de ne pas mettre en avant leurs intérêts personnels.

Les femmes n’ont pas manqué au rendez-vous

Patricia Dusabe, la cinquantaine, habite la cellule III du quartier Nyabagere. Elle a l’envie d’intégrer le conseil des notables. Elle est déterminée à contribuer dans la résolution des conflits sociaux : « Nous sommes au courant de tout ce qui se passe dans les familles. Donc, nous sommes bien placées pour régler tout différend qui surgirait.» Elle assure de mettre en avant l’équité et la vérité.

Mais elle évoque aussi les problèmes rencontrés dans la campagne : « Nous devons parcourir tout le quartier à longueur de la journée, et pendant la soirée pour attirer l’électorat.» Elle demande des moyens financiers pour bien mener sa campagne.

Même détermination du côté de Bernardine Nkorerimana, habitante du même quartier. Elle assure qu’une fois élue, elle va se pencher surtout dans le règlement des conflits devenus récurrents entre les couples. Et de regretter que c’est un mal qui ronge la société.

Cap sur le quartier Taba

Selon un habitant de ce quartier, la campagne électorale a bien débuté. Il informe que les candidats mènent la campagne dans les ménages surtout pendant la soirée où la majorité des gens sont de retour. Cet habitant s’interroge sur les critères de sélection des candidats. Il déplore l’implication des conseillers collinaires, la majorité appartenant, selon lui, au parti au pouvoir. Et de déplorer : « Il y a risque de politisation de l’institution des notables dans notre quartier.». Nous avons essayé de contacter le chef de quartier sur ce risque de politisation, sans succès.

Signalons que Domine Banyankimbona, ministre de la Justice, a lancé les activités liées aux élections des membres du conseil des notables collinaires, lundi 29 août à Gitega.

Elle a fait savoir que la réinstauration du conseil des notables collinaires au Burundi va contribuer à la réduction des conflits fonciers et autres conflits qui s’observent fréquemment dans la société.

Rappelons aussi que c’est le 23 janvier 2021 que le président Evariste Ndayishimiye a promulgué la loi portant complément des dispositions du code de procédure civile relatif à la réinstitution du conseil des notables collinaires.


Réactions

Phénias Nigaba : « Les élections risquent d’être caractérisées par les aspects politiques.»

« Nous étions habitués à voir ces notables. Ils travaillaient bénévolement pour le bien-être de la population. La différence d’aujourd’hui c’est qu’il y a l’enjeu électoral. Quand on fait des élections, il y a l’enjeu politique qui entre là-dedans », a déploré Phénias Nigaba, porte-parole du Frodebu.
Selon lui, les élections des membres du conseil des notables collinaires risquent d’être caractérisées par les aspects politiques, tout en précisant que ces élections sont en train d’être organisées par les élus collinaires qui sont pour la plupart du parti au pouvoir.
En outre, il redoute un chevauchement entre les attributions de élus collinaires et les notables : « A la base, il y aura de la confusion parce que la population pourra avoir une confusion à qui s’adressait pour l’une ou l’autre question.»*

Le porte-parole du Frodebu recommande à la population d’être vigilante pour qu’elle élise des personnes intègres. Du reste, M. Nigaba demande au parti au pouvoir de ne pas s’ingérer dans le fonctionnement de cette institution : « Il faut que ces notables travaillent dans la neutralité et en toute indépendance.»

Kefa Nibizi : « Dans cette élection, on devra éviter toute manipulation politique.»

Le président du parti Conseil pour la démocratie et le développement durable au Burundi (Codebu) fait savoir que c’est une institution qui a été réhabilitée dans le but de réduire les procédures judiciaires relatives aux conflits fonciers : « Nous espérons que ces notables vont bien accomplir leurs missions afin d’amoindrir les procédures qui devenaient de plus en lourdes en rapport avec les litiges fonciers, notamment parce que les notables seront proches de là où les conflits se trouvent.»
Pour qu’ils parviennent à cette mission, fait-il observer, il faut que ces notables soient des personnes responsables qui ont une certaine probité au sein de la population et qui inspirent la confiance.
Pour Kefa Nibizi, il faut éviter toute manipulation politique pour que les notables soient élus sur des critères de probité, de responsabilité et non sur des critères politiques.

Interrogé sur le risque de chevauchement entre les attributions des élus collinaires et les notables, Kefa Nibizi appelle l’autorité habilitée à délimiter les compétences des uns et des autres : « Il faut que les élus collinaires gèrent les actes administratifs, mais pour ce qui est des conflits qui nécessitent d’être tranchés par des jugements, ils devraient être attribués aux notables pour éviter justement l’ingérence ou la confusion.»

Il exhorte les notables qui seront élus de mettre en avant une justice qui réconcilie : « Il faut que ces notables sachent que la justice est un pilier très important pour une cohabitation entre les différentes composantes d’une société. Si elle est mal rendue, elle créera un sentiment de malaise jusque même à provoquer une vengeance populaire.»
Il fait remarquer qu’ils seront chargés d’une mission très importante parce qu’ils sont d’abord à proximité des justiciables. Et de renchérir : « Ils devront être neutres, éviter la corruption qui gangrène l’appareil judiciaire et trancher en toute neutralité sans considération des appartenances politiques, familiales et se fonder uniquement sur la vérité.»

Simon Bizimungu : « Il faut que le tissu social soit sauvegardé.»
« Nous attendons de cette institution qu’elle fasse son travail correctement et que les différends qui opposent les gens sur les collines soient tranchés pour que le tissu social soit sauvegardé », a indiqué Simon Bizimungu, vice-président du Cnl. Il exhorte les organisateurs des élections à ne pas politiser le processus : « Nous avons l’habitude de voir dans ce pays que tout doit être politisé. Si cette institution est politisée, cela sera dommage.» Il recommande aux notables de servir tout le monde sans distinction aucune : « Nous avons besoin des hommes et des femmes intègres qui sachent bien le travail qu’ils vont faire et non travailler comme des politiciens.»

Gabriel Banzawitonde : « Cette institution va renforcer la cohésion sociale.»

Pour le président du parti Alliance pour la paix, la démocratie et la réconciliation (Apdr), la mise en place des notables collinaires va aider à diminuer les procès au niveau des tribunaux et des parquets. Certains différends vont être réglés au niveau des collines. « Il y aura une sorte de réconciliation de la population et cela va renforcer la cohabitation sociale ». M. Banzawintonde invite les notables à ne pas politiser les procès et à éviter de tremper dans la corruption : « Ils n’auront pas de salaire, mais ils ont une mission de soutenir le gouvernement. Il faut qu’ils soient impartiaux.»

Quid des attributions du conseil des notables de la colline ?

Article 3 : Le conseil des notables de la colline a une mission générale de conciliation des parties en litige. Le conseil des notables est particulièrement chargé de : 1° recevoir les plaintes des parties en litige et donner son avis sur toutes les affaires civiles de la compétence des tribunaux de résidence. 2° procéder à la conciliation des parties en conflit lorsque le litige n’est pas de l’ordre public ou ne touche pas les bonnes mœurs. Le conseil des notables peut également aplanir un conflit résultant d’une infraction en se prononçant sur l’octroi des dommages-intérêts qui en résulte pour autant que l’action civile y afférente soit de la compétence du tribunal de résidence. Article 6 : Le conseil des notables ne peut en aucun cas se prononcer sur les peines.

Sources : Loi n°1/03 du 23 janvier 2021 portant complément des dispositions du code de procédure civile relative à la réinstitution du conseil des notables de la colline

Quid des conditions d’éligibilité du conseil des notables ?

Article 3 :Le conseil des notables est composé de quinze membres élus par l’assemblée collinaire et remplissant notamment les critères suivants : 1° être de nationalité burundaise ; 2° être âgé d’au moins 35 ans ; 3° avoir le sens de la vérité et de la justice ; 4° avoir le sens de l’honneur et de la responsabilité ; 5° avoir le sens élevé d’empathie ; 6° être de bonne moralité et n’avoir pas fait objet d’une condamnation qui entache la confiance de la population ; 7° avoir le sens de neutralité et d’impartialité ; 8° avoir le sens du bien communautaire et d’abandon du gain personnel.

Source : Décret n° 100/188 du 29 juillet 2021 portant mode d’élection des membres du conseil des notables de la colline.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 253 users online