Culture

Burundi : «Beaucoup d’intellectuels, peu d’écrivains»

24/04/2019 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Burundi : «Beaucoup d’intellectuels, peu d’écrivains»
Burundi : «Beaucoup d’intellectuels, peu d’écrivains»
Dénis Bukuru : «La littérature ancienne qui a été écrite est restée littérature grise».

Manque de dévouement, de maison d’édition et d’un programme clair de soutien aux écrivains, entre autres défis auxquels fait face le secteur du livre au Burundi.

«Nous avons beaucoup d’intellectuels au Burundi mais, peu d’écrivains», a indiqué Dénis Bukuru, enseignant au département des langues et cultures africaines de l’Université du Burundi.
C’était ce mardi 23 avril à Bujumbura lors de la célébration de la journée internationale du livre et du droit d’auteur organisée par l’Association des écrivains du Burundi.

Selon cet universitaire, une grande partie de la littérature du pays ancienne tout comme actuelle n’est pas encore transposée à l’écrit. «Même la littérature ancienne qui a été écrite est restée littérature grise. C’est-à- dire qu’elle existe mais, inconnue parce qu’elle n’est pas encore rendue publique via des maisons d’édition reconnues. D’autres sont introuvables pour le moment», a-t-il déploré.

Pour le professeur Bukuru, la littérature grise est composée notamment des livres anciens dont les exemplaires sont rares et en mauvais état. D’autres sont des travaux de fin d’études, des journaux ou périodiques produits à l’école ainsi que des manuscrits sur la vie sociale des gens. «Il s’agit notamment des épopées pastorales, des contes et légendes, de la poésie, etc.»

Joseph Mukubano, lui aussi enseignant à l’Université du Burundi, déplore que les Burundais ne soient pas initiés à l’écriture dans différentes langues dont le kirundi dès l’enfance : «Même ceux qui écrivent n’ont pas de techniques. Ils ne sont que des aventuriers».

Ces deux universitaires appellent les autorités à allouer des moyens particuliers à l’écriture pour encourager les écrivains. Notamment par l’instauration des prix littéraires. Ils suggèrent également la recherche de tous les écrits sur la littérature burundaise en voie de disparition. « Vue leur importance, ils méritent une réédition dans des maisons d’édition reconnues».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 073 users online