EN

Culture

Au Coin du feu avec Léopold Gisage

28/12/2020 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Au Coin du feu avec Léopold Gisage
Au Coin du feu avec Léopold Gisage

Dans le Burundi traditionnel, le soir, au coin du feu, la famille réunie discutait librement. Tout le monde avait droit à la parole et chacun laissait parler son cœur. C’était l’heure des grandes et des petites histoires. Des vérités subtiles ou crues. L’occasion pour les anciens d’enseigner, l’air de rien, la sagesse ancestrale. Mais au coin du feu, les jeunes s’interrogeaient, contestaient, car tout le monde avait droit à la parole. Désormais, toutes les semaines, Iwacu renoue avec la tradition et transmettra, sans filtre, la parole longue ou lapidaire reçue au coin du feu. Cette semaine, au coin du feu, Léopold Gisage.

Votre qualité principale ?

Je suis sportif, je suis à l’écoute d’autrui

Votre défaut principal ?

Des fois, je suis têtu. Et je dois reconnaître que je peine m’en défaire.

La qualité que vous préférez chez les autres ?

La sociabilité.

Le défaut que vous ne supportez pas chez les autres ?

L’orgueil.

La femme que vous admirez le plus ?

Angela Merkel. Sa longévité au pouvoir témoigne combien elle est appréciée par  son peuple.

 Votre plus beau souvenir ?

La naissance de mon 1er enfant. C’était en 1981. Impossible de décrire les émotions senties ce jour-là.

Votre plus triste souvenir ?

Toutes  les fois, où un être cher s’en va.

Quel serait votre plus grand malheur ?

De mon vivant, perdre ma femme, mes enfants.

Le plus haut fait de l’histoire burundaise ?

L’agrandissement des frontières du pays par Ntare Rugamba.

De la lignée Ganwa, vous sentez-vous fier d’y appartenir ?

On ne choisit pas sa famille, dit-on. Sinon, c’est le cas. Je me sens fier parce que depuis la nuit des temps, nous perpétrons la tradition, l’Ubuntu. Toutefois, actuellement, la grande question, c’est par rapport à notre contribution en tant que communauté  pour apporter notre pierre à l’édifice d’un Burundi meilleur. A ce niveau, je trouve que s’il l’on veut jouer un rôle, il  faut nous réincarner.

La plus belle date de l’histoire burundaise ?

L’accession à l’indépendance du Burundi, le 1er juillet 1962.

Le métier que vous auriez aimé exercer ?

Chauffeur de poids lourds. Malheureusement, avec l’âge, un rêve qui semble s’envoler. Toutefois, je dois vous dire que conduire les voitures m’a toujours  passionné.Jeune, j’ai même fait des courses automobiles(les rallyes).

Votre passe-temps préféré ?

Le sport et la musique

Votre lieu préféré au Burundi ?

Le lac Tanganyika. Un endroit exaltant.

Au cours de votre vie, quel est votre plus grand regret ?

Ne pas rester jeune éternellement.

Le pays où vous aimeriez vivre ?

Nulle part ailleurs qu’au Burundi.

Le voyage que vous aimeriez faire ?

Sans prétention, je n’en ai  pas.

Votre rêve de bonheur ?

Vieillir tranquillement, entouré des miens.

Votre plat préféré ?

Comme tout « umubo » qui se respecte, la pâte de manioc (ugali) avec un bon Mukeke.

Votre chanson préférée ?

Malgré que je sois un vrai mélomane, je n’ai pas de chanson particulière.

Quelle radio écoutez-vous ?

La RFI lorsque je veux écouter l’actualité internationale. Sinon, localement, c’est la radio nationale.

Ancien capitaine de la sélection nationale, quel souvenir gardez-vous des Intamba ?

Que de bons souvenirs. Mis de côté, le fait qu’il n’y avait pas d’argent, c’était exaltant de défendre les couleurs nationales. A cette époque, dans la sous-région, on s’était fait un nom. Ni du Rwanda, ni de la Tanzanie pouvaient nous battre.  Les seuls pays avec lesquels  nous pouvions rivaliser, quoi que souvent, ils nous battent, c’étaient les pays de l’Afrique de l’Ouest. A l’instar du Ghana, Sénégal, etc.

En tant qu’ancien président de la FFB, quel souvenir gardez-vous lors de votre passage ?

Si je vous disais  que nous n’avions  même pas de chaises convenables. Toutes les correspondances, elles étaient dactylographiées. Pour tout dire,  à défaut d’être passionné, on laissait directement tout tomber.

Actuellement, trouvez-vous l’institution (FFB) à la hauteur de sa mission ?

Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Cependant, une grande marge d’amélioration reste.

Entrepreneur, y-a-t-il des qualités requises pour entreprendre ?

Dès que l’on a une idée, il faut la mettre sur papier et se lancer. Dans ce domaine, le problème avec les gens est qu’elles veulent avoir de gros capitaux pour débuter  leur business. Une terrible erreur. Au moment où vous avez fini de murir votre  idée, il faut tâter le terrain.

Votre souvenir du 1er juin 1993(le jour où le président Ndadaye a été élu) ?

Un souvenir extraordinaire. Pour la 1ère fois, le Burundi devrait être gouverné par un président démocratiquement élu. Et contrairement à ce que laissaient entrevoir certains de mes amis, j’avais déjà prédit la victoire du Frodebu.

Votre définition de l’indépendance ?

Ne pas dépendre des autres. Mais, ceci ne signifie pas que l’on doit se priver  des autres

Votre définition de la démocratie ?

Le choix du peuple en toute transparence.

Votre définition de la justice ?

Lorsque tout le monde (petit, moyen, grand) est traité de la même manière par l’institution judiciaire.

Si vous étiez ministre de l’Industrie et du Tourisme, quelles seraient vos premières mesures ?

Des questions que je ne me pose pas. La raison : je ne le serai jamais. Je suis un homme libre, et par rapport aux responsabilités publiques, je pense que j’ai fait mon temps.

Croyez-vous à la bonté humaine ?

Je pense que de temps  à autre, on la rencontre. Mais, elle tend à disparaître. La raison, les difficultés auxquelles fait face le monde. A ce moment, chacun a tendance a tiré la couverture  de son côté.

Pensez-vous à la mort ?

Bien que je m’abstienne encore d’acheter mon cercueil (rires), j’y pense de temps en temps. Et comme c’est un passage obligé, une certitude absolue, je dois vous avouer qu’elle ne me fait pas peur.

Si vous comparaissiez devant Dieu, que lui diriez-vous ?

En tout cas, je pense que l’on discutera à bâtons rompus. Certes, je lui dirais merci pour tous ses bienfaits. Mais, sur certains aspects, je lui demanderais ce qui fait qu’il agisse ainsi.

   

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Bio-express

L’homme qui dit vivre sans prétention aucune  et partager ses réussites avec les autres, est  né à  Kabezi en 1953. Ancien du collège du Saint Esprit, ses études primaires, il les a faites à Kabezi. Ancien directeur gérant du Club des Vacances (actuel Club du lac Tanganyika), après une riche carrière dans les agences onusiennes, ses premiers amours le rattrapent. Actuellement en  retraite, il s’est reconverti dans l’hôtellerie et la restauration. Gisage est Père de 4 enfants et deux petits enfants (un garçon et une fille).

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Online Users

Total 1 275 users online