Samedi 02 mars 2024

Culture

Au Coin du Feu avec Dr Léonard Bivahagumye

01/07/2023 8
Au Coin du Feu avec Dr Léonard Bivahagumye

Dans le Burundi traditionnel, le soir, au coin du feu, la famille réunie discutait librement. Tout le monde avait droit à la parole et chacun laissait parler son cœur. C’était l’heure des grandes et des petites histoires. Des vérités subtiles ou crues. L’occasion pour les anciens d’enseigner, l’air de rien, la sagesse ancestrale. Mais au coin du feu, les jeunes s’interrogeaient, contestaient, car tout le monde avait droit à la parole. Désormais, toutes les semaines, Iwacu renoue avec la tradition et transmettra, sans filtre, la parole longue ou lapidaire reçue au coin du feu. Cette semaine, au coin du feu, Dr Léonard Bivahagumye.

Votre qualité principale ?

L’humilité, je pense. Mais il est très difficile de se juger, c’est aux autres de le dire.

Votre défaut principal ?

Je suis anticonformiste

La qualité que vous préférez chez les autres ?

L’audace, la détermination.

Le défaut que vous ne supportez pas chez les autres ?

La malhonnêteté

Qu’est-ce qu’il faut pour faire un bon médecin ?

Beaucoup travailler, mais à la base, il faut avoir de l’empathie.

Pourquoi avoir choisi ORL comme spécialisation ?

J’aurais pu faire une autre spécialité, on avait 3 choix : l’ORL était un challenge, une spécialité à la fois médicale et chirurgicale, pour enfants et pour adultes.

Dans une autre vie, quel métier auriez-vous aimé exercer ?

Sans doute, la médecine.

Vous vous intéressez également à l’addictologie. Comment devient-on accro à l’alcool, par exemple ?

J’ai effectivement passé un diplôme universitaire d’alcoologie. On devient accro à l’alcool en le consommant régulièrement, comme on s’attache à un ami en le fréquentant. Les symptômes, c’est ne pas pouvoir s’en passer, ou se sentir mal à l’aise quand on n’a pas consommé la substance.

Des médecins chômeurs au Burundi, n’est-ce pas inquiétant ?

Des jeunes au chômage, ce n’est pas bien. Des médecins au chômage, ce n’est pas bien non plus. S’il y a des jeunes au chômage, le contexte économique y est pour quelque chose. Le gouvernement devrait encourager l’entrepreneuriat et la promotion du secteur privé, pour que ce dernier contribue, aux côtés du gouvernement, à l’exploitation du capital humain disponible.

Des patients se plaignent de certains médecins spécialistes qui privilégieraient leurs cabinets privés plutôt que les hôpitaux publics dans lesquels ils prestent. Votre commentaire.

S’il fallait blâmer des médecins spécialistes, ceux qui « privilégient leurs cabinets privés » ne devraient pas être les premiers à blâmer. Ils soignent des gens, des Burundais pour la majorité. Ce sont des choix motivés, évidemment. Ces patients ont raison de s’inquiéter, mais c’est un débat qui est aussi bien entre patients qu’entre médecins, et même entre médecins et responsables des politiques de santé. Une solution devrait être initiée par le système de santé en collaboration avec les autres partenaires et le corps médical, avec l’organisation de la couverture des soins de santé par assureurs et autres tiers payants d’une part, via l’amélioration des conditions de vie du médecin d’autre part.

De plus en plus de médecins partent prester à l’étranger. Que peut faire le gouvernement pour arrêter cette « hémorragie » ?

Vivre chez soi est de loin mieux que vivre à l’étranger, y prester aussi. Partir est parfois un choix, parfois une contrainte. Tout choix implique un renoncement, un sacrifice.

De façon globale, l’amélioration des conditions de vie ou de l’environnement de travail freine les exodes de toutes sortes, c’est valable pour les médecins et pour les autres secteurs de la vie professionnelle.

Récemment nommé par décret professeur associé à l’Université de Clermont Auvergne. Quelle a été votre réaction lorsque l’on vous a annoncé la nouvelle ?

Une réaction de satisfaction. Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est l’engouement avec lequel les réseaux sociaux (du Burundi) se sont emparés de la nouvelle et en ont fait tout un fromage.

Si jamais vous étiez nommé ministre de la Santé, quelles seraient vos urgentes mesures ?

C’est une question que je ne me suis jamais posée, être ministre n’a jamais été mon ambition. Le ministère est très vaste. Les mesures que je chéris sont celles dont le but est de permettre un accès intégral de la population à des soins de qualité. J’ai parfois apporté des contributions dans ce sens, dans le secteur où je prestais.

La femme que vous admirez le plus ?

Sans hésiter, ma mère.

L’homme que vous admirez le plus ?

Nelson Mandela

Quel serait votre plus grand malheur ?

La solitude absolue.

Votre plus beau souvenir ?

Le jour où je suis devenu médecin, un certain après-midi du vendredi 1er septembre 2000. C’était pour moi l’aboutissement d’un parcours, le début d’une carrière. J’étais fier de l’avoir fait pour moi, mais également pour ceux qui m’avaient soutenu : mes parents, mes frères et sœurs, etc.

Votre plus triste souvenir ?

La mort de mon père, un lundi du 4 janvier 2016, en début d’après-midi. J’avais cette impression qu’il y avait toujours ces moments qu’on aurait pu partager, des choses qu’on aurait encore pu se dire. C’était comme s’il gâchait un programme ou un rendez-vous. J’avais un fort sentiment d’un passage au goût inachevé.

Votre passe-temps préféré ?

Faire une partie de « Tic Tac Boum », « Uno », … avec ma femme et mes enfants, assis autour d’une table ou à même le sol, et causer à bâtons rompus. Parler de souvenirs ou se remémorer des anecdotes entre nous, rivaliser à faire des vannes et en rire.

Votre lieu préféré au Burundi ?

Ma colline natale, Kigina-Mugomera, c’est ma colline natale, en zone Vyuya, de la commune Mugamba, sûrement en raison des souvenirs d’enfance qu’elle fait ressurgir, mais que je ne peux rematérialiser.

Le pays où vous aimeriez vivre ?

Le Burundi.

Le voyage que vous aimeriez faire ?

Zanzibar. L’on me dit toujours que c’est beau.

Votre rêve de bonheur ?

Avoir toujours près de moi les gens qui m’aiment et que j’aime

Votre plat préféré ?

Ubugari bw’ingano n’amata ( pâte de blé et du lait)

Votre chanson préférée ?

Queen of Sheba de Meddy ( chanteur rwandais)

Plus de 20 ans au chevet des malades en tant que médecin, quel est votre plus grand regret ?

Avoir vu une personne attendant de moi une solution, puis la voir mourir, sachant que je n’avais pas les moyens de la sauver.

Croyez-vous à la bonté humaine ?

J’y ai toujours cru, et j’y crois toujours. Cependant, il faut admettre qu’elle n’est pas absolue.

Pensez-vous à la mort ?

Tout le monde pense à la mort. J’y suis confronté en tant que médecin, car je vois des patients mourir, et d’autres attendre la mort. C’est une évidence. Mais, je dois dire que je pense très peu à la mienne. Devrais-je avoir peur d’y penser ? J’y suis confronté en tant qu’humain, car on perd des amis, des membres de la famille et des inconnus meurent de guerres, de maladies ou de catastrophes naturelles.

Si vous comparaissez devant Dieu, que lui direz-vous ?

« Merci pour ma vie et ce que tu fais pour moi. Tu es trop fort (intelligent) ! La nature est tellement complexe, et c’est ton œuvre. Tu es trop bon ! Tu accordes la joie aux bons et aux méchants. » Je lui dirais néanmoins qu’il est quelque peu injuste ! Pourquoi donne-t-il la liberté aux injustes de perpétrer l’injustice ?

Propos recueillis par Hervé Mugisha

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Charles Nihorimbere

    Dr Bivahagumye très très intelligent ,humble et avec de l humour.
    Pour moi ntambogamizi

  2. Nyandwi

    Pirrre claver nyandwi .je suis tres content du passage du dr bivahagumye je l’encourage

  3. Nikson

    je suis à ma 14e année de connaissance avec cet homme, il a été sa propre description. un homme dévoué à son travail et quelques peu frustré pour ne l’avoir jamais été en mauvaise humeur. un caractère de sérénité et d’une écoute enviable. Seul l’aveugle dirait le contraire pour sa personnalité. il nous manque dans notre CHUK et plus en ORL.

  4. Nahimana Serges

    Dr Bivahagumye Léonard, d’une part au petit séminaire de Buta,’autre part à l’université du Burundi, puis dans la vie active est un homme plein d’humilité, serviable, intelligent.
    Ça ne m’a pas étonné quand il a été appelé à travailler en France.

    Que le Tout Puissant te garde et te protège.
    Longue vie mon frère.

  5. Azad

    sur cette photo, on ne dirait pas qu’il a 50 ans, et qu’il a pratiqué la médecine pendant plus de 20 ans. Il a l’air jeune.

  6. NITUNGA NESTOR

    Comme il le dit lui-même, c’est un Dr très humble, sérieux, compétent et trés calme, je lui reconnait sa disponibilité permanente aux patients

  7. SIYOMVO Cyprien

    Dr Bivahagumye est, au-delà d’être un excellent médecin, un homme aux grandes vertus comme on n’en trouve pas beaucoup les temps qui courent.

  8. Simon NISABWE

    Dr Léonard BIVAHAGUMYE est un humble homme, je l’ai vu et je l’avoue.
    Du bon succès à lui!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Bio-express

Né à Kigina-Mugomera, zone Vyuya, commune Mugamba, province Bururi, Dr Léonard Bihavagumye, 50 ans, ancien élève du Petit Séminaire de Buta, est médecin depuis 2000. Comme poste d’attache, il a travaillé à l’hôpital de Muramvya en tant que médecin généraliste jusque fin 2002 afin de commencer les études de 3ème cycle au CHUK. En 2004, il part en France poursuivre sa formation d’ORL. Il profite de ce séjour pour décrocher un diplôme interuniversitaire en santé publique. A son retour en 2007, il est affecté à l’Hôpital Prince Regent Charles, comme médecin spécialiste en ORL. De 2010 à septembre 2011, il est retourné en France pour faire le DU d’Alcoologie. Actuellement enseignant à la faculté de médecine de l’Université de Clermont Auvergne depuis fin août 2022, Bivahagumye était jusque-là enseignant à la faculté de médecine de l’Université du Burundi depuis 2013, en même temps directeur chargé des soins à l’hôpital Roi Khaled à Bujumbura depuis 2014.

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Charles Nihorimbere

    Dr Bivahagumye très très intelligent ,humble et avec de l humour.
    Pour moi ntambogamizi

  2. Nyandwi

    Pirrre claver nyandwi .je suis tres content du passage du dr bivahagumye je l’encourage

  3. Nikson

    je suis à ma 14e année de connaissance avec cet homme, il a été sa propre description. un homme dévoué à son travail et quelques peu frustré pour ne l’avoir jamais été en mauvaise humeur. un caractère de sérénité et d’une écoute enviable. Seul l’aveugle dirait le contraire pour sa personnalité. il nous manque dans notre CHUK et plus en ORL.

  4. Nahimana Serges

    Dr Bivahagumye Léonard, d’une part au petit séminaire de Buta,’autre part à l’université du Burundi, puis dans la vie active est un homme plein d’humilité, serviable, intelligent.
    Ça ne m’a pas étonné quand il a été appelé à travailler en France.

    Que le Tout Puissant te garde et te protège.
    Longue vie mon frère.

  5. Azad

    sur cette photo, on ne dirait pas qu’il a 50 ans, et qu’il a pratiqué la médecine pendant plus de 20 ans. Il a l’air jeune.

  6. NITUNGA NESTOR

    Comme il le dit lui-même, c’est un Dr très humble, sérieux, compétent et trés calme, je lui reconnait sa disponibilité permanente aux patients

  7. SIYOMVO Cyprien

    Dr Bivahagumye est, au-delà d’être un excellent médecin, un homme aux grandes vertus comme on n’en trouve pas beaucoup les temps qui courent.

  8. Simon NISABWE

    Dr Léonard BIVAHAGUMYE est un humble homme, je l’ai vu et je l’avoue.
    Du bon succès à lui!

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 071 users online