Vendredi 07 octobre 2022

Politique

A Butezi, la peur change de camp : les Imbonerakure demandent de l’aide face aux membres du MSD

03/04/2014 16

Les Imbonerakure de la commune Butezi en province Ruyigi ont sorti un rapport confidentiel, le 23 mars, dans lequel ils demandent de l’aide pour stopper l’élan du parti MSD. Ce dernier demande à ces Imbonerakure d’arrêter ces intimidations.

Le dit rapport des Imbonerakure ©Iwacu
Le dit rapport des Imbonerakure ©Iwacu

« Nous avons demandé à tous les Imbonerakure de toutes collines de suivre de près les activités du parti MSD. » Ainsi commence le troisième point de ce rapport, qui s’étale sur quatre pages, envoyé au président des Imbonerakure en province Ruyigi avec copie au président du parti Cndd-Fdd en commune Butezi. Selon ce rapport, le parti MSD enseigne ses idées dans la clandestinité.
Entre autres : arrêter toutes les personnes trempées dans le plan SAFISHA, suspendre les travaux de la CNTB, restaurer la bourse des étudiants des universités publiques, fermer définitivement l’école fondamentale, suspendre les taxes communales et l’OBR, soigner gratuitement les Burundais et ramener la Carte d’assistance médicale (CAM) à 500Fbu, suspendre les travaux communautaires, etc.

Sur ce, les Imbonerakure de Butezi sollicitent une aide pour stopper l’élan du MSD («…vyoba vyiza mudufashije mukugabanya inguvu zabo… »). Ils demandent aussi au président provincial de la Ligue des jeunes de consentir aux doléances qu’ils lui soumettent tout le temps en mutant certains travailleurs de l’Etat qui, au lieu de faire leur travail, font l’éloge du parti MSD. «Comme ça, il nous sera facile de redresser certains Bagumyabanga (militants du Cndd-Fdd, ndlr) qui commencent à douter», poursuit le rapport.

« Que veut dire kubagabanya inguvu

Cette question taraude les militants des partis de l’opposition, notamment les membres du parti d’Alexis Sinduhije. «Cela peut signifier beaucoup de choses : nous tuer, nous emprisonner…», s’exclame un militant de ce parti en commune Butezi. Léonidas Mushita, président du parti MSD à Ruyigi, parle de mensonges. «Le MSD n’a jamais enseigné cela à la population.» Il exhorte plutôt les jeunes militants du parti présidentiel à arrêter ces intimidations et cette habitude déplorable de toujours muter leurs opposants politiques.

«Le rapport t’était-il destiné?», réagit Donatien Bandirubusa, président de la Ligue des jeunes en commune Butezi (rédacteur et signataire de ce rapport). Il nous a ensuite renvoyé au destinataire du rapport. Ce dernier, Gérard Barutwanayo, indique qu’il n’a jamais reçu un tel rapport.

Forum des lecteurs d'Iwacu

16 réactions
  1. Jamahaar

    @Karayenga Athanase:Je tiens a m’excuser pour la faute de frappe et le tort que cela t’aurait cause.Je voulais dire Karenga Ramadhan, l’ancien journaliste et ancient Ministre et porte-parole du Gouvernement.Tous mes respect mon grand.

  2. YAKO

    Cfr Athanase [email protected], je viens tout juste de lire «  »tuliponeya bahati » », voilà quelques extraits qui tirent mon attention.
    …nous allons éliminer systématiquement les hutus susceptibles de nous gener et de nous empecher de rester au pouvoir aussi longtemps que possible »… ne vous en faites pas lui répond son interlocuteur, nous avons aussi un plan pour les tutsis »
    Ce témoignage de Domitien NDAYIZEYE est vrai car moi aussi , j’étais un jour dans un atelier de formation en 2010 après les élections communales , et j’ai demandé à mon collegue Hutu pourquoi les hutus au pouvoir continuent à tuer les autres hutus, et il m’a répondu de cette manière mais il a quand meme en peu exagéré en disant » » nous allons tout faire(CNDD FDD) pour rester au pouvoir jusqu’à la venue de JESUS CHRIST » haaaaaa, franchement moi je comprends très bien pourquoi Pita NKURUNZIZA veut rester au pouvoir car il des mauvais conseillers et il agit sous pressions des extremistes hutus et des pions tutsi, et d’ailleurs c’est ce qu’il a dit au Pays Bas très recemment en visite d’Etat, mais quoi qu’il en soit il doit partir en 2015, vyanka bikunda ategerezwa kubisikanya nuwundi murundi, que son entourage le veuille ou pas ça c’est une obligation pour lui, ntavyo guca hirya nohino mandats ziwe zibiri zizoba zirangiye , et on va recommencer à zéro après une décenie perdue pour le développement car tous les indices humains de développement sont largement négatifs

  3. Ukuri gushirira mukuyaga

    Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse. La peur est dans tous les camps. Amatora de 2015 pourraient surprendre plus d’un. Mugabo abo bantu baguma basha gu transforma leur opposition au CNDD dans les discours ethnistes bariko bara renda service au CNDD sans s’en rendre compte. Iyo numvirije ama discours, les commentaires sur les medias en ligne, de certains opposants, sociétés civiles, moi en tant que Hutu, je ne me sens pas rassuré par ces propos. Umengo l’opposition est là pour défendre seulement les intérêts de Tutsi. Comment voulez-vous, même si je veux le changement, noja gutora abantu bafise de tels discours. Iyo wihenze ukagira un commentaire kuri facebook itaja muri sens yabo bakwita Imbonerakure. Il n’y a qu’à voir le compte facebook de Pacifique Nininahazwe, qui est supposé nous représenté tous, hutu, tutsi, twa pour s’en rendre compte. En fait, mwese muri cokimwe…des politiciens !

  4. Bihizi Norbert

    Je ne coprends rien dans le contenu de cet article.

  5. Prosper

    Comments zanje ntizirimo zitambuka kuri runo rubuga. Why ?

    • Primaire

      They might be gibberish! Just guessing! Btw, u sound like a Rwandese. I’ve never heard a Burundian uttering “ntizirimo”.

      • Prosper

        At least now you are emproving …. aho ubaye umugabo kubera ko unkosoye mu kirundi …Nivyo twita kwihesha agaciro , gukunda , gubahisha ururimi rwawe….
        Just answering Your question it would be better to re-visit the history and find out yourself why some burundians might be speaking not 100% original Kirundi… But you made a very good point this time .

    • akira

      you sound like a damn rwandan that’s why

  6. Chris

    Hahaha batanguye kugira ubwoba kare,rindira 2015 igere,bazotaha zirayoye

  7. Jamahaar

    Transpose sur l’echellon national, la peur a aussi deja gagne les instances dirigeantes du pays ou le spectre de la defaite et de la perte du pouvoir après les elections de 2015hanterait les spheres dirigeantes.D’ou les divers coups montes pour destabiliser et arreter les responsables influents des partis de l’opposition et en designant des responsables facilement mareables comme Concilie Nibigira et Gaston Sindimwo.Il faut aussi ajouter a cela la violence dans le discours politique et des interventions radiophoniques et ecrites des dirigeants comme les deputes Ntanyungu et Karayenga sans oublier le sinistre Ministre de l’Inteirieur, Edouard Nduwimana, le griot et superflic du regime charge des basses besognes de mener la vie dure a l’opposition et a la societe civile.Ils n’ont rien encore vu.Chacun a son tour chez le coiffeur et le compte a rebours a deja commence…

    • Athanase Karayenga

      Je pense qu’il s’agit d’une erreur. A ma connaissance et si je ne m’abuse, il n’y a pas de Député portant le nom Karayenga à l’Assemblée Nationale. S’il en existe, je serais ravi de faire sa connaissance et découvrir ses positions politiques.

      Par ailleurs,, pour ceux qui seraient intéressés de connaître mon sentiment sur les risques de génocide au Burundi, je les invite à découvrir le témoignage très éclairant du Président Domitien Ndayizeye publié dans une chronique intitulée  » Tuliponeya bahati » sur le site internet http://www.isangi.info

    • KABISA JOSEPH

      @Jamahaar,
      Très bonne analyse..! Is ne savent plus où donner de la tête ces DD la car ces derniers jours, rien ne semble leur réussir…après tout ce qu’ils ont déployé comme manœuvres et autres ruses et interventions honteuses pour manipuler et diviser l’Uprona et s’assurer de son soutien au 3ème mandat de Nkurunziza mais en vain… ! Si malgré tout S.E. NKURUNZIZA se présente aux élections de 2015 en dépit du refus du Parlement de changer la constitution en sa faveur, ce sera un coup d’Etat constitutionnel, un acte qualifie en droit de haute trahison et tout peut arriver y compris sortir du pouvoir par la plus petite porte qui soit… ! Attendons voir…!!!

  8. Uwarugwanye

    Ah oui, les choses commencent à bouger. En réalité, la peur n’a pas changé de camp. Je suis un ancien combattant abandonné par le ministère de la défense. Ce sont par contre toujours les imbonerakure qui ont eu peur des autres partis de l’opposition. Seulement, on les a trop laissé faire et ils se sont cru plus forts soutenus par tous les policiers. Est-ce vrai? Non, la PNB n’est pas faite uniquement des ex FDD. On a de plus en plus des policiers qui ne supportent plus que leur carrière soit salie par des hors la loi. Ceux qui sont issus des ex FNL et ex FAB digèrent mal la complaisance de certains de leurs collègues. J’aime dire qu’il ne faut jamais dire que celui qui est violent est nécessairement plus fort. Les pratiquants des arts martiaux ne me contrediront pas. En alignant les jeunes et moins jeunes des collines du Burundi, je parie que les Imbonerakure se compteraient sur les bouts des doigts. Alignés, organisés et déterminés à répondre par la violence à la violence, les membres de l’opposition ou de la société civile victimes des agressions répétées des imbonerakure écraseraient en un laps de temps ces derniers. Bref, les Imbonerakure viennent de comprendre qu’à Butezi comme ailleurs dans le pays, la violence ( cris guerriers, rondes nocturnes, rançonner,.. n’égale pas la force. Et que les populations calmes ne sont pas du tout faibles. Attention aux eaux tranquilles. Les ténors du parti présidentiel le comprennent-ils ainsi? Tant pis pour eux.

    • bito

      …C’est très sage et très intellectuel comme analyse..

      • true

        C’est franchement très bien dit.

    • Nibarize

      Uwarugwanye, merci beaucoup pour cette analyse bien argumentée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 017 users online