Archives

Un contrefacteur de billets de banque arrêté à Kinama

Accès réservé aux membres du Club des amis d'Iwacu

Pour accéder à l’ensemble de nos contenus numériques, abonnez-vous et devenez membre du Club des amis d’Iwacu

Votre abonnement vous donne accès à :
  • Toutes nos archives numériques (10 ans), soit près de 15.000 articles
  • Un moteur de recherche avancé, simple d'utilisation et performant
  • Notre newsletter quotidienne et nos alertes
  • Nos publications imprimées en accès numérique dès leur parution
  • Nos éditions spéciales imprimées et en ligne

Soutenez une presse indépendante et de qualité !

Abonnez-vous maintenant !

Consultez nos offres et bénéficiez de l’information la plus complète sur le Burundi

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Kirinyota

    Moi je connais quelqu’un qui utilise un Diplôme d’une personne morte depuis des années. Heureusement ko ntari umukuru ngo nzomukoreshe un jour. Il aurait du mal à m’expliquer son cas. Au boulot il s’appelle X, ailleurs il s’appelle Y. Mana uratubabarira ntituzi ivyo dukora.

  2. Semibira

    Avec un interrogatoire musclé et cadencé, ce garçon vous fera des révélations sans doute. Il doit en avoir sans nul doute!

  3. bornto

    Le Monde est petit.
    A. LES FAUX BILLETS
    Le faux billets : Difficile de travailler dans une clandestinité totale sans couverture suffisante. Cette dernière est difficile à assurer.
    B. LES DIPLÔMES
    Tout diplôme est traçable, en si peu de temps. Les faux diplômes peuvent être reconnus. Seules les peronnes les plus vielles peuvent tricher, parce que la traçabilité serait difficile, mais pour les années 2000+, impossible; à moins que ce soit la Commission qui fasse passer qui elle veut. Pourquoi je dis cela ? : Quel établissement secondaire actuel ne possède : 1) un téléphone fixe/mobile de la direction de contact ? 2) une adresse e-mail ? Les universités ont parfois leurs sites ou comptes facebook ! Tout est repérable. En RDC où l’on dit qu’il y a trop de fraudes ou que beaucoup de diplômes viennent de là, c’est pareil : les mêmes informations sont disponibles. Aussi il y a le journal officiel des résultats d’examen d’État (humanités), pourquoi le Ministère ne veut pas demander chaque année un exemplaire du Ministère correspondant ou même dans une Direction Provinciale de l’Enseignement Primaire et Secondaire correspondant.
    On doit disposer d’une base de données ou juste de cadres capables de s’acquitter de leurs missions. A moins que l’on fraude avec l’aval de tout un pays ou tout un Ministère ou de tout un Etablissement. Là, ce serait quand même très réduit. On peut aussi recourir aux anciens étudiants du même Etablissement. Exemple, je connais presque tous les Elèves burundais qui ont fait Mubjimayi (RDC) 1998-2003, tous les Étudiants burundais qui ont fait Lubumbashi de 2003-2009. On avait des associations, tout le monde connaît presque tout le monde. Le Burundi, il est si petit quand même pour laisser passer tout un Diplôme ! Et surtout et d’abord supprimer les diplômes que les Écoles burundaises délivrent : seul le Ministère devrait délivrer un diplôme valide et valable.

  4. Burundi

    Abo bantu nukubahana bimwe vyakarorero(sinzi??),mais ici il y a un problème nukuri.Un pays qui se permet de construire des stades en peu partout dans le pays,organiser des croisades de prière mais qui ne parvient pas de s’acheter un système informatique pour enregistrer tous les étudiants et élèves (du primaire à l’université).Comme ca il n’y aura plus de falsifications des diplômes kuko un employeur ou autre personne aura la possibilité de vérifier la validité de ces diplômes.L’autre question est la formation de nos policiers,les gens qui vont arrêter un criminel et qui se mettent à toquer à la porte comme si ils allaient rendre visite à leurs parents?Come on guys,it’s not rocket science!Il suffit d’utiliser vos meninges seulement si vous en avez.
    Une question à iwacu murashobora kudutohoreza amasoko amaze gusha dans ces 8 ans?Jewe ndabona harimwo ikibazo.

  5. Ce n’est qu”une guerre de gangs

  6. Karuhariwe

    Ce voyou était capable de tout! Il a menti à qui l’écoutait qu’il avait fait les études universitaires à Oxford, Manchester… quand il a été engagé à la Télévision Nationale, …… le salaud! On avait trop attendu! N’ibitari ivyo muzovyumva kuri uwo mushenzi akataraza kari mu nyuma murindire.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Le flambeau et non la torche !

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Le flambeau et non la torche !

« Rumuri », le flambeau. C’est ce nom élogieux que l’on donne à un universitaire. Tout un symbole. Pour les Burundais, un universitaire devrait être un modèle de la société, un éclaireur de ses petits frères et parents laissés à (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

535 utilisateurs en ligne