http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Médias

Pas de répit pour les radios privées

19-06-2015

En moins d’un mois, Valentin Bagorikunda, procureur général de la République, vient d’écrire trois correspondances pour réduire au silence certains medias privés et indépendants du Burundi.

Le 10 juin 2015, M. Bagorikunda a écrit au président de la Maison de la Presse pour lui « signifier la levée de la mesure de fermeture du studio de la Maison de la presse ». Dans cette correspondance, le procureur général a souligné que, pour des raisons d’enquête, l’accès à ce studio était interdit aux radios Isanganiro, Bonesha, RPA et a la radio télévision Renaissance. Ce qui a provoque un tollé de l’Association Burundaise des Radiodiffuseurs, propriétaire dudit studio, dont sont membres les radios interdites d’accès. Dans une autre correspondance du 17 juin 2015, Valentin Bagorikunda, s’adressant cette fois-ci au président de l’ABR, a repris le contenu de sa première correspondance en oubliant d’inclure la radio Isanganiro parmi celles interdites d’accès au studio CERA de l’ABR. Sûrement un simple oubli, puisqu’une nouvelle correspondance du procureur général de la République de ce jeudi 18 juin, adressée toujours au président de l’ABR, a corrigé cette erreur en incluant la radio Isanganiro aux medias qui n’ont pas le droit d’utiliser ce studio. « Subsidiairement, à ma correspondance du (…), j’ai l’honneur de vous informer que l’accès au Studio CERA est aussi interdit à la radio Isanganiro ainsi qu’à son personnel, objets d’enquêtes judiciaires en cours », indique cette correspondance. Ces radios sont accusées par le gouvernement d’avoir encouragé les manifestations contre le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza et d’avoir trempé dans la tentative de coup d’Etat de la mi-mai dans le pays.

  • Le 10 juin 2015, M. Bagorikunda a écrit au président de la Maison de la Presse pour lui « signifier la levée de la mesure de fermeture du studio de la Maison de la presse ». Dans cette correspondance, le procureur général a souligné que, pour des raisons d’enquête, l’accès à ce studio était interdit aux radios Isanganiro, Bonesha, RPA et a la radio télévision Renaissance.
  • Dans une autre correspondance du 17 juin 2015, Valentin Bagorikunda, s’adressant cette fois-ci au président de l’ABR, a repris le contenu de sa première correspondance en oubliant d’inclure la radio Isanganiro parmi celles interdites d’accès au studio CERA de l’ABR.
  • Sûrement un simple oubli, puisqu’une nouvelle correspondance du procureur général de la République de ce jeudi 18 juin, adressée toujours au président de l’ABR, a corrigé cette erreur en incluant la radio Isanganiro aux medias qui n’ont pas le droit d’utiliser ce studio.

  9   Vos commentaires
  1. Jereve

    Comment peut-on décréter la levée de fermeture du studio et en même temps en interdire accès aux usagers? C’est du pur bricolage, illogique et profondément décevant.

  2. chris

    lol

  3. Gilles Nininahazwe

    Avant que le plan macabre préparé par l’équipe que vous allez entendre sur le lien suivant ne soit anéanti, il n’y aura pas de répit.
    Suivez:
    https://soundcloud.com/search?q=moise%20bucumi

  4. Bajita

    Sous le regne de ce procureur, je pense que la justice (qui n’etait pas ange deja) s’est empire dans tous! Elle est plus utilisee dans les dosiers politiques que regler les differents des citoyens. Azohava na Butasi yaribagiwe!

  5. Yves

    Nouvel exemple de la démocratie à la sauce Nkurunziza où seul le pouvoir est habilité à communiquer, où toute forme d’opposition est priée de se taire, et om tout est bon pour arriver à ces fins : que ce soit par la persécution judiciaire des médias, la persécution policière des manifestants, ou tout simplement l’assassinat ciblé.

  6. Jambo

    La rumeur a remplacé les média privées mais au profit de qui?Surement pas au pouvoir qui ne sera pas en mesure de la contenir et la démentir du fait que la population n’a plus confiance en lui.Avec son propre canal (RTNB),le gouvernement ne parvient pas à stopper l’exil des burundais vers l’étranger.Enfin,si le gouvernement préfère le silence des média privées,qu’il sache que la rumeur n’a ni ami ni partenaire politique et qu’à la longue elle peut lui être fatale.

  7. Sacrifice

    Ils ont le pouvoir qu’ils sont incapable de gérer. Cette personne qui décide de fermer nos médias vient de nous maintenir dans un deuil permanent depuis son acte. En tout cas, avec la réouverture de la RPA ce 13 Mai et l’ambiance populaire qui est allée avec, on peux dire qu’il y’a une certaine haine contre ces médias populaires parce que leur refermeture n’a enchanté personne!

  8. kibwa jean

    Avez-vous vu le nombre de fautes de français dans cette correspondance d’à peine 10 lignes???? Cet aventurier de procureur a toujours une excuse sur sa bouche: le tutsi!!!. Ce tripatouillage dans la gouvernance nous mènera très loin, hutu et tutsi dans un même panier. On sent l’irrésistible envie de nous faire retomber dans l’irrationnel antagonisme hutu-tutsi mais ça ne marchera pas. Les crimes de ces dernières années ont visé les hutu par les hutu et ce n’est pas la volonté d’une petitesse clique qui changera cela.
    Kibwa

    • Marisa

      Ne perdez pas votre temps avec ce Monsieur, il n’a rien d’étique dans ce qu’il fait. Seul la soif d’argent le pousse a faire n’importe quoi. Il est corrompu jusqu’a la moelle épinière et pour ce qui se passe actuellement au Burundi, Adolphe est devenu son maitre a penser! Et pour assurer sa sécurité, un véhicule blinde, acheté par tous ces citoyens malmenes par ce meme regime!
      Inda ndende ihumira indya, uragira imana ivyo usahura uzoronke aho ubirira M. le procureur. Si vous aviez la conscience vous devriez penser a ce que vous laisseriez derriere vous pour votre progéniture!!!

Publicité