Politique

Lusenda : le ventre vide et la peur au ventre

31/01/2018 Abbas Mbazumutima 0

Les réfugiés burundais du camp de Lusenda situé à 60 km au sud d’Uvira à l’Est de la RDC viennent de passer deux semaines sans vivres. Et comme si cela ne suffisait pas comme malheur, des crépitements d’armes se font entendre non loin de ce camp.

La distribution de vivres se fait attendre

La colère couvait depuis la semaine dernière quand il leur a été signifié qu’il fallait encore attendre l’assistance alimentaire. La distribution de vivres était annoncée pour la deuxième quinzaine de ce mois de janvier.

Une manifestation était prévue ce lundi, elle a été étouffée dans l’œuf. Des centaines de réfugiés s’étaient déjà rassemblés, les regards fulminants, quand un groupe de jeune a séquestré l’administrateur du camp. Il appelait ces réfugiés à la patience mais ces derniers ont continué à hausser le ton réclamant des vivres.

Craignant un débordement, les militaires assurant la garde dans ce camp ont tiré en l’air pour disperser ces manifestants. «Deux semaines sans vivres c’est intenable. Nous avons perdu tout espoir.

L’attente se fait longue. Si ce mois passe sans vivres, rien ne nous garantit qu’il y aura distribution pour février», se lamente Emmanuel Ntirampeba, représentant des réfugiés burundais de ce camp de Lusenda.

Selon lui, il y a des promesses que la distribution peut se faire d’un moment à l’autre. Mais ce qui est pire, déplore-t-il, c’est que les militaires assurant la garde ne laissent personne sortir du camp pour aller chercher quelque chose à se mettre sous la dent, ces derniers jours. «C’est suite à la situation d’insécurité prévalant dans les environs. Des affrontements entre les FARDC et les Maï-Maï sont signalés dans des localités situées à environ 25 km du camp».

Signalons que ce camp de Lusenda abrite environ 30 mille réfugiés burundais. Ils sont partis en exil suite à la crise politico-sécuritaire de 2015.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Un round des « leaders »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un round des « leaders »

Enfin, c’est officiel : le 5ème et « dernier » round du dialogue inter-burundais est fixé du 24 au 29 octobre. Les Burundais commençaient à se lasser de l’éternel report. Aussitôt annoncé, les politiques se creusent les méninges sur l’agenda (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

285 utilisateurs en ligne