Économie

Gitega/Zege : les Batwa remontés contre l’OBPE

Suite à une nouvelle réglementation sur l’exploitation des mines et des carrières, les Batwa de Zege n’ont plus accès à l’argile, leur seule source de survie.

Une femme mutwa de Zege fabriquant les pots avec l’argile creusée pendant la nuit

Selon cette catégorie de la population burundaise, les gouvernements qui se sont succédé n’ont rien fait pour que les Batwa vivent comme les autres Burundais à part entière. Ils font savoir que la poterie est la seule source de revenu pour eux.

« S’ils nous empêchent de nous procurer de l’argile, que vont devenir nos enfants ? Nous allons lutter jusqu’au dernier », fulmine Sylvana.

Pour ces familles batwa, ces mesures de l’Office burundais pour la protection de l’environnement (OBPE) visent à les discriminer. D’après eux, la poterie est un art ancestral qui leur a permis de survivre. Pour Margueritte, une maman de 6 enfants, toute sa vie est liée à la poterie.

« Nous n’avons pas de terre à cultiver, nous avons toujours mangé après avoir vendu les pots. » Elle dit qu’elle a été surprise par un groupe de jeunes gens qui l’ont empêchée de creuser l’argile. « Maintenant nous devons nous cacher la nuit pour creuser. »

Dans ce combat pour l’argile, même les hommes sont pour la levée de boucliers. « Nous devons défendre nos droits sinon nous allons disparaître», a observé un homme d’une trentaine d’années.

« Nous sommes acculés à voler ! »

L’Union chrétienne pour l’éducation et le développement des déshérités (UCEDD) crie au scandale. D’après Innocent Mahwikizi, coordinateur national, ces mesures viennent enfoncer de plus en plus les Batwa. Il indique qu’il fallait d’abord analyser les conséquences qu’elles entraînent sur la vie de la population batwa.

« En plus d’être leur source de vie, la poterie fait partie de leur culture. Avec ces mesures, c’est toute une communauté qui va disparaître. », Il souligne que les Batwa n’ont pas de terre à cultiver comme les autres composantes de la population.

« Nous empêcher de faire la poterie, c’est de nous condamner à mourir ou voler. »

Dans l’administration, le ton est plutôt mobilisateur. Selon Venant Manirambona, gouverneur de la province de Gitega, cette question n’est pas fondée. Il déclare que les Batwa sont des Burundais comme les autres et devraient s’initier aux autres activités de développement au lieu de se tenir à l’écart des autres.

« Ces mesures ne discriminent personne. Au lieu de s’apitoyer sur leur sort, ils devraient faire d’autres activités et ne pas s’accrocher sur la poterie qui ne donne presque rien. »

Devant cette situation, les Batwa indiquent qu’ils vont s’inscrire en faux contre ces mesures. Ils font appel aux élus batwa pour plaider leur cause.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Cacophonie dans un ministère

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Cacophonie dans un ministère

Qu’est-ce qui se passe réellement entre le ministre ayant l’Aménagement du Territoire dans ses attributions et son directeur général de l’Urbanisme et de l’Habitat ? Dans son communiqué du 29 mai, Madame le directeur général met en demeure les acquéreurs (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

535 utilisateurs en ligne