Éducation

Conseil interuniversitaire pour l’Afrique de l’Est : pour une harmonisation du système universitaire régional

Le Conseil interuniversitaire de la Communauté Est-africaine annonce qu’elle organise une grande rencontre du 24 au 25 octobre 2013 au Kenyatta International Conférence Centre, à Nairobi. Objectif : harmoniser le système universitaire régional.

Pontien Ndabaneze, secrétaire exécutif adjoint du Conseil inter-universitaire pour l’Afrique de l’Est pendant la conférence de presse ©Iwacu

Pontien Ndabaneze, secrétaire exécutif adjoint du Conseil inter-universitaire pour l’Afrique de l’Est pendant la conférence de presse ©Iwacu

Le constat, d’abord : « Des entreprises et sociétés de l’Afrique de l’Est se plaignent toujours de la mauvaise qualité des services rendus par les jeunes sortis fraîchement de l’université, leur difficulté de s’exprimer », confie Pontien Ndabaneze, secrétaire exécutif adjoint du Conseil interuniversitaire pour l’Afrique de l’Est. La solution, ensuite : associer les hommes d’affaires dans la confection des programmes dans les universités.
Comment ? « Par la création des liens entre les universités et le secteur privé, notamment quant à l’octroi des stages de trois mois et plus, développer le domaine de la recherche, insister sur la maîtrise des langues, etc », explique le Pr Ndabaneze.

Plus précisément, durant ce second forum organisé à Nairobi, la question de l’harmonisation du système d’enseignement supérieur des pays de la Communauté Est-africaine sera étudiée, ainsi que aspects connexes : définition d’un cadre de qualification régionale, considération du niveau des études en fonction des crédits, des compétences acquises par l’étudiant, etc.
Par ailleurs, ce conseil interuniversitaire va statuer sur l’opportunité d’accepter une université étrangère qui souhaite s’installer au Burundi pour ouvrir encore plus le marché régional aux étudiants burundais.

Pour rappel, la mission du Conseil interuniversitaire est d’harmoniser le système académique dans la région est-africaine, de promouvoir le développement des technologies de l’information et des communications dans les institutions d’enseignement supérieur de la région. Il a le pouvoir d’accréditer les programmes et le système d’enseignement supérieur dans la sous-région.

Publicité