Samedi 20 juillet 2024

Économie

Visite du 2ème vice-président à l’OBR : un avant et un après pour les commerçants?

Les commerçants ont profité de la visite du Deuxième Vice-président de la République à l’OBR, jeudi 30 juillet, pour exprimer leur colère contre cette institution.

Entre autres griefs, la lenteur qui se manifeste lorsque les commerçants veulent sortir leurs marchandises du port de Bujumbura (Global Port). Les commerçants se plaignent aussi que le montant annoncé comme taxes aux frontières change lorsqu’ils arrivent au port. Cette hausse de taxes de la part de l’OBR risque d’exclure les petits commerçants qui achètent leurs marchandises à l’étranger, notamment dans les pays de la Communauté Est Africaine.

Le 2ème Vice-président de la République a demandé à l’OBR de faire tout son possible pour répondre favorablement aux lamentations des commerçants. L’OBR n’a pas tardé à réagir via Joas Katanga, Directeur des Opérations Douanières : « Que l’OBR traîne dans le traitement des dossiers des marchandises à sortir du port est un mensonge pur et simple. La question réside chez les commerçants eux-mêmes. Ils ne veulent pas déclarer leurs marchandises. S’ils les déclaraient, même dix minutes ne passeraient pas sans qu’ils aient sorti leurs marchandises. »
Il poursuit en déclarant qu’il n y a pas de hausse de taxes de la part de l’OBR. Selon lui, les soi-disant commissionnaires font croire aux commerçants qu’ils peuvent faire sortir leurs marchandises en payant moins de taxes. Il a exhorté les commerçants à respecter les procédures en vigueur. Ainsi, tout ira bien.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Diaspora

    Vraiment… ??? « L’OBR n’a pas tardé à réagir via Joas Katanga, Directeur des Opérations Douanières : « Que l’OBR traîne dans le traitement des dossiers des marchandises à sortir du port est un mensonge pur et simple… »
    Heureusement ou malheureusement selon le bord de la piste où on se trouve, le tango de la corruption se danse à deux (ou à plusieurs) et les commerçants laisés ne vont pas démontrent le contraire preuves à l’appui…

    Je connais un membre de la diaspora qui avait le droit à toutes les exonérations dont bénéficient les privilégies du système mais dont les marchandises viennent de passer plus de deux ans au port, après avoir payé toutes les redevances douanières mais refusé de payer des sommes supplémentaires injutifiées!
    Si Monsieur Katanga lit ceci, il sait bien de quel dossier il s’agit… Le propriétaire qui ne m’a pas mandaté voudra bien m’excuser de parler ici de sa mésaventure… Mais ceci est pour l’encourager à ne pas céder au chantage car le cas est bien connu et beaucoup guettent et attendent en silence le dénouement de cette affaire qui fait honte à l’OBR et rend démagogique le discours officiel sur la diaspora la diaspora.

    • mauvaisegouvernance

      Oh Pauvre Burundi, le pays va mal! nous savons bien tous que l’OBR ne divulgue que mensonges et escroque les commercants, prions pr k’un jour le Burundi retrouve justice et paix!

  2. Commission = corruption

    C’est quoi cette histoire de m…de commission mêlée à toutes les sauces au Burundi? Dans tous les domaines au Burundi, on parle de commissionnaires. Comment voulez-vous que les gens s’y retrouvent!
    Pourquoi le commerçant ne peut pas suivre ses marchandises sans passer par des intermédiaires.
    Vive la corruption, Vive la corruption, Vive la corruption.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 784 users online