Samedi 27 février 2021

Politique

Uprona : décrié, il reste quand même dans les institutions

Avec l’adoption de la loi sur la CNTB, le parti de Rwagasore est attaqué de tous côtés. Il se dédouane sur le parti Cndd-Fdd, son partenaire dans les institutions. Partira partira pas ? Il semble qu’il ne veut pas lâcher prise.

> Qui veut la peau de Nditije ?
> Quand plusieurs responsables de la CNTB sont de l’Uprona …

Charles Nditije : « Quitter le gouvernement ne veut pas dire que les choses iraient mieux » ©Iwacu
Charles Nditije : « Quitter le gouvernement ne veut pas dire que les choses iraient mieux » ©Iwacu

Pour son président, Honorable Charles Nditije, « quitter les institutions ne veut pas dire que les choses iraient mieux. » Contrairement à ce qu’affirme Evariste Ngayimpenda du courant de réhabilitation, Honorable Nditije affirme que rester dans les institutions ne veut pas dire non plus que les upronistes sont en coalition avec le Cndd-Fdd. Il explique : « Le retrait du gouvernement aurait des conséquences incalculables au niveau du pays et sur les militants. » Il explicite : « Ho kuvyara Bitinya wovyara Bineshwa », dira-t-il (traduction libre : Plutôt que d’engendrer un couard, mieux vaut engendrer un vaincu à une bataille.)

Il s’indigne. Quand à l’Assemblée Nationale l’Uprona perd devant le dictat du nombre du parti Cndd-Fdd, son parti devient la risée de tous, tandis que quand il gagne, l’opinion ne reconnaît pas à juste titre les efforts déployés pour faire face au groupe parlementaire du parti au pouvoir. « Toutefois, observe-t-il, cela ne veut pas dire que nous resterons éternellement au Gouvernement ». il indique qu’une décision de retrait demande une longue réflexion pour un parti mûr comme l’Uprona. « Avant la prise d’une si grave décision, il faut d’abord mener des consultations au niveau des organes du parti et élargir le débat aux non upronistes », dira-t-il.
Honorable Nditije menace d’attaquer la loi sur la Cntb en inconstitutionalité devant la cour constitutionnelle et révèle déjà que la question est devant les juristes pour un relevé des dispositions à attaquer.

Des dispositions pouvant être qualifiées d’anticonstitutionnelles

Après une lecture cursive de la loi portant missions, composition, organisation et fonctionnement de la commission nationale des terres et autre biens, le constitutionnaliste Pascal Rwankara relève quelques lacunes de fond et de forme.
Au point de vue formel, « la loi sur la Cntb est une loi importante car issue de l’Accord d’Arusha. Par ce fait, il appartient à la cour constitutionnelle de se prononcer si la CNTB devrait être régie par une loi organique ou par une loi ordinaire, comme c’est le cas pour la présente loi », indique-t-il. Il relève que l’article 3 est anticonstitutionnel dans la mesure où il est contraire à l’article 205 de la constitution qui confère des pouvoirs juridictionnels seulement aux cours et tribunaux et non à une quelque commission. Selon lui, même les articles 22, 24 et 25 sont anticonstitutionnels tandis que l’article 23 contredit l’article 22.

Rwankara : « Même les articles 22, 24 et 25 sont anticonstitutionnels tandis que l’article 23 contredit l’article 22 » ©Iwacu
Rwankara : « Même les articles 22, 24 et 25 sont anticonstitutionnels tandis que l’article 23 contredit l’article 22 » ©Iwacu

Réaction du Cndd-Fdd : la loi est excellente et constitutionnelle

Félicien Nduwuburundi, président du groupe parlementaire de son parti soutient que la nouvelle loi régissant la CNTB est une émanation de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation qui a été versée dans la Constitution du Burundi. Il précise qu’avec la cour spéciale des terres et autres biens, le parlement n’a fait qu’énoncer le principe de son institution mais qu’il peut être amendé le cas échéant.
Ce principe est qu’il faut « protéger des sinistrés qui sont plus faibles par rapport aux personnes économiquement fortes ». La loi se veut de « protéger aussi l’intérêt général par une justice rapide et équitable ».

Le parti Uprona indexé

Honorable Félicien Nduwuburundi s’insurge contre l’Uprona qui, selon lui, reconnaît la compétence de la CNTB, car parmi les membres de la commission, certains cadres proviennent de ce parti. Il ironise : « Ce qui est étonnant et difficile à comprendre, c’est le fait pour l’Uprona de se contredire en désorientant injustement l’opinion puisque l’idée de restituer les biens des sinistrés n’est pas nouvelle. »

Honorable Nditije accusé d’être en pleine campagne électorale

En son nom propre, le président de l’Uprona est accusé d’avoir « un agenda caché. » M. Nduwuburundi illustre ses propos : « Le député Charles Nditije ethnise la question des terres et autres biens,  il brandit chaque fois le spectre de la guerre et l’anarchie  alors qu’il a publiquement soutenu les recommandations de 3 ateliers qui ont proposé la mise en place de la cour spéciale ». Et de lâcher : « Le groupe parlementaire Cndd-Fdd pense qu’il est animé par des mobiles politiques dans l’espoir de gagner facilement les élections de 2015. »

Félicien hausse le ton : «  le président de l’Uprona s’illustre par une arrogance verbale caractérisant les anciens gestionnaires de la chose publique, le dénigrement des institutions et de ses organes, la remise en cause du mandat populaire, une critique acerbe et virulente des personnalités physiques pour des visions et calculs simplement électoralistes. ». Et de marteler que Nditije se singularise par son « extrémisme politique ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Kabaza I

    Il y a plus pertinent que cet inutile debat sur le maintien de l,Uprona dans les institutions.
    Nous attendons en effet la verité sur l’embarrassant rapport que la Presidence refuse de rendre public, sur les 30 cas d,irregularités indexées a la CNTB par le parti Uprona.

    Augustin Nsanze de la Presidence se moque du citoyen en declarant que ce dossier est deja classé. Les co-enqueteurs de la 1ere VP n,attendent que les journalistes pour “declasser” cette fumisterie.

  2. YABUKO

    CNTB n’est un cour , c’est une commission , alors comment une commission peut juger en premier et dernier ressort c’esi inconstitutionnel, pour les membres du CNDD mangez , buvez et dormez bien , mettez mm vos KITOKO, l’UPRONA est entrain de vous épier meme la communauté internationale ,,vous etez ivres de pouvoir , vous faites du n’importe quoi, vous compte sur la majorité hutu analphabete que vous allez rester au pouvoir eternellement mais desillusionnez vous, les circonstances changent, l’initiateur de l’accord d’arusha ne s’est jamais prononcé sur l’abrogation de l’accord d’arusha et la constitution pour permettre à P.NK de brigguer un troisieme mandat illegal ou un coup d’etat de lui meme, interrogé sur RFI par le journaliste francais CHristophe Babouvier en rapport avec la democratie au burundi, il arepondu je cite”” pas de democratie au burundi”” en 2015 il faut recommencer à zero””, conceranant la modification de la constitution “” il a repondu j’attends les textes de lois et je vais m’exprimer le moment venu”” donc le moment est venu pour s’exprimer, P.B est basé au mali esperons qu’il va s’exprimer,
    pour le dd , l’Uprona vous guetez , et faisant attention de ce que vous etre entrain de faire, il va vous mouiller , vous secher, vous peser pour enfin vous chasser , ne soyez pas etonner un jour
    Le déluge viendra pour sauver nos enfants que vous avez affamés injustement

  3. Birarura

    Abatabizi, l’Uprona et Le Cndd-Fdd forment au niveau gouvernemental et parlementaire un couple/duel politique du genre amis-ennemis, et ils sont au Burundi pour y rester indéfiniment. Vous avez beau décrier ce qui ne va pas, sortir ou rentrer les vice-présidents upronistes à votre guise, fusionner ou scinder vos formations politiques, mais personne ne pourra séparer ce duo Uprona-Cndd/Fdd à moins de vouloir se détruire soi-même. Rwasa n’y est pas parvenu et ce n’est pas l’ADC-Ikibiri qui réussira le coup. Inutile alors de leur parler ou d’évoquer dans leurs oreilles les haines et guerres ethniques dont ils sont responsables car pour eux cela c’est du passé, ils ont même déjà mis une croix là-dessus. S’il est même question d’instaurer les CVR et cours spéciales pour juger les génocidaires et spoliateurs des biens et terres usurpés, ça ne touchera pas ces deux partis politiques et encore moins leurs membres influents, c’est vous mêmes qui les soutenez mu mabi bizohitaniza. Murindire ivya mandat nayo igira gatatu ya Nkurunziza canke modification de la Constitution nationale ibara bizokora mu barundi bato bato alors que ceux qui auront émis les ordres de désobéissance civile d’en haut bazoba bari kuri kimwe entre eux abandi bagandagurigwa mu ma barabara au lieu de s’occuper yibibaraba? Uwutazi politique arayibarigwa, et il y a un proverbe français ivuga ngo «quand les éléphants se battent, ce sont les fourmis qui meurent» pour dire que quand des hommes de pouvoir décident de s’affronter, ce sont les personnes qui dépendent d’eux qui en souffre, à savoir les personnes en bas de l’échelle sociale. Méfiez-vous alors de ces mauvaises langues et gens qui ne font que vous induire dans des erreurs et ce, pour leurs propres intérêts et avidité du pouvoir! Abasubiza ivy’abandi babisubize de bonne foi hanyuma uwipfuza kuvangira ce duel ou couple Uprona-Cndd/Fdd sans aucun motif valable aribukako ko amabi adasezerana kandi ko ari question y’umusogonda pour que tout explose. Sachez aussi que ce n’est pas le hutu qui y périra cette fois-ci seul ou se retrouverait seul derrière les frontières du Pays, attendez-vous au pire enfer que le Burundi n’aura jamais connu/vécu. Comptez pas non plus sur la Communauté internationale et encore moins sur l’intervention des pays voisins pour éteindre uwo muzoba mwicaniyeko, il n’y a que votre propre conscience qui est là pour vous guider aujourd’hui même, car demain ce sera trop tard. Ndavuga simvura!

  4. moi

    Mr Nditije,vous avez raison. Quitter ke gouvernement ne veut pas dire que les choses iront mieux. Par contre,ca veut clairement dire que vous cautionner leurs actes. Donc quand il faudra répondre des crimes qui ont été commis durant le règne du parti cndd fdd,vous aussi,l Uprona serait sur le banc des accusés,vous serez complices.

  5. Jean Paul

    Mbega burya, abaronse ubutunzi biciye mu kunyuruza amatungo ya Leta, burya si ubutunzi baba baronse bavuniye umunyagihugu inyuma? Jewe nosaba ko CNTB ihabwa ububasha bwo kubohoza amatungo yosi abantu badashobora gusigura ingene bayaronse. Kuko ni umunyagihu aba yanyazwe ivyiwe: amahera yomwubakiye ibitaro vyiza, ishule ryiza, yoguze imiti, yohemvye umwigisha neza, etc. Aho si kuva muri 2005 gusa, mais depuis. Kuko umurundi yarazingamye, ngo Leta irakenye kumbe imisoro umunyagihugu yatanze, yahereye mu mufuko w’umuntu. NON VRAIMENT, spoliation si inzu gusa, yerekeye abo boooosi baronse amatungo babanje gufatira umunyagihugu mu mugongo. None ko Cour Anti-Corruption isigaye yabaye police des majeurs, CNTB none nihabwe ubushobozi bwo kubohoreza Umurundi X ayo matungo beneyo badashoboye kwerakana aho yavuye.
    Ico kibazo uwokibaza bomurazayo?????

    • kazehe

      Qui, monsieur Jean paul je suis d’accord avec toi, Mais il faut d’abord que la commission accomplisse la prémierère mission et entamene d’autre aprés. kuko ntiboshobora gukora vyose en même temps. Merci

    • messalah

      Police des majeurs!!!biendit Jean Paul

  6. kanyeshamba anthère

    Ewe Burundi Bwacu sha uratwenza. Abo bantu uvuze ubona botwara izo nzego igihugu kikagarukira hehe? Uriko urabatwenga kweli kuko urazi amacakubiri ya bamwe bamwe muri bo ingeye ateye isoni. Iki gihugu ntigikeneye abantu bagaya abanyagihugu nk’uko umenga na bwenge bafise bwo kubona. Wumva arya majambo bavuga ukibaza ngo ni intungane. Ivy’Uburundi biragoye mugenzi, ngo uwutabuzi aburundwamwo, kandi ngo uwuza kuba mu Burundi agira amaso ntagira amatwi , harya benshi ni akarimi gusa kuko batari ku butegetsi nta kindi. Muri kahise, aho inganda zatikira warigeze wumva bavuga, ko bamwe muri bo bakoze n’amashano atavugwa. Ingo dukorere igihugu benewacu bave mu bukene nta kindi kizoteza imbere igihugu, ayo majambo yose wumva ni ubukene butuma abantu baguma baronderera ubuzima muri Leta nta kindi. Komera.

  7. BURUNDI BWACU

    Au fond, le problème de ce pays, est fondé sur le fait que chaque Gouvernement, une fois, au pouvoir, se fait l’illusion de l’ éternel pouvoir. Admettons que les choses changent en 2015 , et l’on a , cette fois-ci, un Gouvernement Dirigé par BAMVUGINYUNVIRA, dans lequel Me RUFYIKIRI Isidore deviendrait le Président de la cour constitutionnelle; Pacifique NININAHAZWE,ministre de la justice; Vital NSHIMIRIMANA président de la CNTBB, RUFYIRI Gabriel, ministre de la bonne Gouvernance; Faustin Ministre de l’Economie des Finances… pensez-vous que certains cassiques au pouvoir vont rester dans ce pays au regards des dégâts qu’ils sont entrain de causer aujourd’hui(corruption à grande échelle; emprisonnement abusif; accaparément des terres, crimes,etc)? Pour que ce pays soit viable DURABLEMENT pour tous, l’on devrait déraciner le virus de la haine et de la brutalité; penser à l’avenir; bâtir un pays où les burundais, toute ethnie, toute région; les étrangers,… vivraient en toute sérennité avec des lois protégeant tous et des institutions traillant pour le peuple et non pour les partis,etc?..

    • manariyos

      Votre futur gouvernement est bien pensé mais tu as oublié de mensionner sinduhije alexis comme premier vice président et mugwengezo porte parole du gouvernement.

    • Bakara

      @BURUNDI BWACU
      Moi je ne crois plus aux miracles! Ceux que tu dénonces disaient la même chose que toi de ceux qui dirigeaient hier! Et ceux que tu voudrais avoir comme dirigeants si demain ils y sont, ne feront très probablement pas de miracles non plus! Ne soyons pas dupes et naïfs, tout en nous disant que l’espoir fait vivre!!!!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 974 users online