Samedi 22 juin 2024

Société

Université du Burundi: une rentrée académique précipitée ?

01/12/2020 Commentaires fermés sur Université du Burundi: une rentrée académique précipitée ?
Université du Burundi: une rentrée académique précipitée ?
Des lauréats qui se font inscrire le jour de la rentrée académique

L’année académique 2020-2021 a débuté ce lundi 30 novembre à l′Université du Burundi. A ce jour de la rentrée, des inscriptions continuent. Iwacu s’y est rendu. Reportage.

Il est 10h du matin ce 30 novembre. Nous sommes au campus Mutanga, de l’Université du Burundi. Devant différentes facultés, des longues files d’attentes se remarquent. En s’approchant un tout petit peu, le constat est que les inscriptions continuent, le jour même de la rentrée académique. «Nous sommes fatiguées, et la tâche prendra encore des jours », lance l′une des dames facilitant l’inscription.

Non loin de la file, Jean-Claude Bizimana, l′air très inquiet, ne sait pas jusqu’à maintenant à quel saint se vouer. Il est parmi les 455 étudiants qui n’ont pas été orientés à l′Université du Burundi. « Je me suis présenté pour essayer de proposer une autre filière, et j’ai été contraint d’attendre la fin des inscriptions pour ceux qui ont été orientés car, notre cas est étrange, m′a répondu l’un des chargés de ces inscriptions », s’est-il lamenté.

Et d’ajouter que bon nombre de ses condisciples ayant le même problème que lui sont dans le désarroi total. Les uns restent chez eux, car ils sont si découragés. Selon lui, c’est déplorable, il y a un nombre important d’étudiants qui ne pourront pas se payer les frais pour le cursus académique dans des universités privées.

Toujours des défis

Il y a quelques jours, le recteur de l’Université du Burundi avait expliqué d’une part que la capacité d’accueil et d’encadrement est largement dépassée pour les filières très sollicitées. Il avait évoqué d’autre part le manque de correspondance entre les sections suivies au post fondamental et les filières organisées à l′Université du Burundi.

A part ceux qui peinent à finaliser les inscriptions ou ceux qui ne sont pas encore orientés, d’autres, déjà inscrits, se trimbalaient dans les enceintes de l’Université du Burundi. Certains auditoires sont encore occupés par leurs aînés de l’année académique 2019-2020.

Malgré les appréhensions, plus d’un saluent cette rentrée académique au mois de novembre, presque trois mois plus tôt que les années antérieures. «Cela aidera dans ce qui est de la régularité des années académiques », se réjouit un étudiant en deuxième année du baccalauréat rencontré sur place.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 2 415 users online