Société

Uniproba : «Certaines valeurs des Batwa sont en voie d’extinction»

12/09/2019 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur Uniproba : «Certaines valeurs des Batwa sont en voie d’extinction»
Uniproba : «Certaines valeurs des Batwa sont en voie d’extinction»
Emmanuel Nengo : «Certaines valeurs des Batwa doivent être vulgarisées»

L’association Uniproba (Unissons-nous pour la promotion des Batwa), tire sur la sonnette d’alarme. «Les valeurs de ces autochtones existent mais elles sont pour la plupart en voie de disparition», a-t-elle alerté au cours d’un atelier organisé ce mercredi 11 septembre.

Selon Emmanuel Nengo, représentant légal de cette association l’Uniproba, a constaté que les valeurs culturelles et artistiques de ces autochtones doivent être sauvegardées. C’est dans son objectif de défendre et de développer les droits des autochtones burundais.

Une enquête a été effectuée pour inventorier les valeurs culturelles et artistiques des autochtones burundais. Les recherches ont été menées dans 6 provinces et financées par le Bureau de l’Unesco au Burundi.

Selon Constantin Ntiranyibagira, un des superviseurs de cette enquête, les valeurs culturelles et artistiques des Batwa sont menacées, il ne reste que la poterie : «Elle-même est pratiquée par très peu d’autochtones».

Emmanuel Nengo a évoqué quelques valeurs ou pratiques qui risquent de disparaître, c’est notamment le métier de forgeron, la médecine traditionnelle, un des savoir-faire qui n’est plus pratiquée. Il cite également la chasse interdite aujourd’hui par l’Etat dans le but de protéger les réserves naturelles.

Ce n’est pas tout Emmanuel Nengo dit que certains autochtones ont oublié leur langue ou dialecte, «Igitwa». «Son originalité réside dans son accent et son intonation à cause de l’exode rural des Batwa dans le milieu urbain et les jeunes adaptant l’intonation de leurs camarades en milieu scolaire».

Le représentant légal de l’association Uniproba, pointe du doigt la modernité : «Les pratiques faites lors des festivités de mariage et l’habillement ne sont plus respectés. La danse des hommes appelée «umuhamirizo» disparaît».

Pour Libérate Nicayenzi, ancienne députée issue de la communauté des Batwa, la disparition des valeurs culturelles et artistiques serait une perte pour la culture burundaise. Elle appelle la nouvelle génération des ’’autochtones modernisés’’ à participer dans la protection de leurs valeurs.

Emmanuel Nengo demande que des recherches sur tout le pays soient faites pour bien identifier toutes ces valeurs artistiques et culturelles de cette communauté. Il recommande aussi qu’elles soient vulgarisées non seulement aux autochtones mais au reste la population burundaise et même au-delà des frontières.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 336 users online