Mardi 16 juillet 2024

Société

Rumonge : Le transport lacustre confronté à beaucoup de défis

01/06/2023 Commentaires fermés sur Rumonge : Le transport lacustre confronté à beaucoup de défis
Rumonge : Le transport lacustre confronté à beaucoup de défis

Après la disparition de 7 personnes, suite à un naufrage dans le lac Tanganyika, les voyageurs par bateau identifient les défis dans ce transport dont un manque de dispositif de secours sur les ports, les voyageurs qui sont transportés dans les mêmes pirogues avec les bagages, des personnes qui voyagent sans gilet de sauvetage et des bateaux de transport en mauvais état.

Il y a plus de deux semaines un bateau du port de Rumonge à destination de la ville côtière de sud Kivu de Baraka en République démocratique du Congo (RDC) a fait naufrage dans le lac Tanganyika et 7 personnes sur les 26 personnes qui étaient à bord ont été portées disparues. Selon un rescapé, ce bateau était lourdement chargé de casiers des produits Brarudi. Le moteur du bateau est tombé en panne en plein lac et il n’a pas pu continuer le voyage. Quelques temps après, un vent violent a balayé le lac Tanganyika et le bateau a coulé sous l’eau. Seuls ceux qui portaient des gilets de sauvetage ont pu être secourus grâce à l’intervention d’un pêcheur qui a alerté les militaires de la marine burundaise. Malheureusement, 7 voyageurs dont 3 hommes 2 femmes et 2 enfants ont été portés disparus. Le rescapé indique que la cause de cet accident est le surchargement et la vétusté du bateau et de son moteur.

Le responsable du port de Rumonge confirme cet accident et indique que les recherches se poursuivent pour retrouver les corps de ces personnes.

Beaucoup de défis 

Les personnes qui voyagent par le lac Tanganyika tirent la sonnette d’alarme et dénoncent des problèmes qui se retrouvent dans le secteur de transport sur le lac Tanganyika. Ils parlent notamment du manque d’un dispositif de secours en cas d’accident : « Il n’y a pas de bateau destiné à cette fin au niveau des ports, pas d’équipe formée pour assurer des secours, pas d’équipement de communication adapté. » Il parle également des bateaux de transport qui sont confondus avec ceux qui transportent des bagages, des personnes qui sont embarquées dans des bateaux avec des bagages, des vieux bateaux qui assurent le transport sans pour autant faire un contrôle technique, des membres d’équipage sans formation technique afin d’assurer un entretien de leurs pirogues ainsi que le manque d’information pour le transport sur le lac Tanganyika.

On cite aussi une légèreté des agents de l’autorité maritime ferroviaire et portuaire qui régule le transport dans le contrôle des bateaux qui laissent ces derniers embarquer des personnes sans qu’elles aient des gilets de sauvetage. Il y a le surchargement qui est la cause principale des accidents au niveau du lac Tanganyika.

Le responsable de l’Autorité maritime ferroviaire et portuaire vient d’indiquer qu’il y aura au niveau des ports des bateaux destinés uniquement à transporter des marchandises et des bateaux qui seront exclusivement réservés au transport des personnes afin de prévenir les accidents.

Il a annoncé d’autres réformes sans pour autant les citer afin de relever certains défis. Certains voyageurs qualifient certains bateaux et pirogues de cercueils navigant vu leur état.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 117 users online