Société

Comparution en appel des 4 journalistes d’Iwacu, RSF réclame leur libération

06/05/2020 Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Comparution en appel des 4 journalistes d’Iwacu, RSF réclame leur libération
Comparution en appel des 4 journalistes d’Iwacu, RSF réclame leur libération
Les 4 Journalistes d'Iwacu avant leur comparution en appel

Alors que s’ouvre ce mercredi le procès en appel des 4 journalistes burundais arbitrairement emprisonnés depuis plus de six mois, Reporters sans frontières (RSF) exhorte les autorités à prononcer leur libération immédiate et l’abandon total des charges qui pèsent contre ces reporters qui n’ont rien à faire en prison.

C’est dans la matinée de ce mercredi 6 mai 2020 que les 4 journalistes d’Iwacu ont comparu pour la première fois en appel devant la Cour d’Appel de Ntahangwa siégeant en itinérance à Bubanza. Reporters Sans Frontières(RSF) ’’exhorte les autorités à prononcer la libération immédiate et l’abandon total des charges qui pèsent contre ces reporters qui n’ont rien à faire en prison’’.

Emprisonnées depuis plus de 6 mois, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana, sont aujourd’hui, condamnés pour ’’tentative impossible à la complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l ’Etat’’, c’est une peine de deux ans et demi de prison, plus une amende d’un million de francs burundais chacun.

« Si la justice se base sur les faits et dit le droit, la libération et l’acquittement de ces quatre journalistes est la seule issue possible de ce procès en appel », estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.

« Ils n’ont fait que leur métier en allant couvrir un sujet qui aurait amené n’importe quelle rédaction du monde à envoyer une équipe de reporters sur le terrain », rappelle-t-il.

« Nous exhortons les autorités à les libérer et à abandonner les charges qui pèsent contre eux. Ces journalistes, comme l’ensemble de la presse du Burundi, devraient pouvoir aborder tous les sujets, y compris les plus sensibles, sans crainte de représailles à l’approche de l’élection présidentielle du 20 mai », lance Arnaud Froger.

Selon ce responsable du bureau Afrique de RSF, « l’accès à une information libre, indépendante et critique est une condition indispensable à la tenue d’un scrutin crédible et transparent ».
Les quatre journalistes ont été arrêtés le 22 octobre 2019 alors qu’ils étaient partis à Musigati en province de Bubanza couvrir une attaque surprise d’un groupe de rebelles burundais basé dans l’est de la RDC.

Accusés de complicité avec les assaillants, les journalistes n’ont pourtant eu aucun lien avec eux comme l’avait clairement démontré leur procès en première instance.

En vain, le 30 janvier dernier, les quatre reporters ont été condamnés à deux ans et demi de prison ferme, en plus d’une amende d’un million de francs burundais chacun, pour “tentative de complicité d’atteinte à la sécurité de l’État”.

La pétition lancée par RSF pour demander leur libération a déjà recueilli près de 7.000 signatures depuis le début de l’année.

Depuis 2015, le Burundi a reculé de 15 places dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF. Le pays occupe aujourd’hui la 160ème position sur 180 pays.

RSF

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 694 users online