Jeudi 25 avril 2024

Économie

Région Sud/Rumonge : Paralysie des activités commerciales au port

13/06/2023 Commentaires fermés sur Région Sud/Rumonge : Paralysie des activités commerciales au port
Région Sud/Rumonge : Paralysie des activités commerciales au port
Les activités économiques sont presque au point mort suite au manque de bureau de change

Le manque d’un bureau de change au port de Rumonge entraîne la paralysie de toutes les activités commerciales. Les commerçants, les Congolais, les Tanzaniens ainsi que les voyageurs n’arrivent pas à échanger leur monnaie. Ce qui rend difficile les échanges commerciaux. Ils demandent à la Banque de République du Burundi de faciliter l’implantation des bureaux de change pour sauver le commerce.

Il est lundi vers 11 heures. Les bateaux en provenance de la Tanzanie et de la République démocratique du Congo ont accosté au port de Rumonge. Différentes marchandises ont été déchargées et les commerçants tanzaniens et congolais ont déjà vendu leurs marchandises en francs burundais.

Ces commerçants ne savent pas à quel saint se vouer car ils sont dans l’impossibilité d’échanger les francs burundais en leurs monnaies locales car il n’y a pas de bureau de change au port de Rumonge.

Les cambistes qui exerçaient le métier ont été arrêtés par la police. B.W., un commerçant congolais désemparé rencontré au port de Rumonge, indique qu’il est allé chercher le franc congolais dans les banques commerciales sans succès car cette monnaie n’est pas disponible au sein de ces banques.

Il dit qu’ils sont bloqués dans la mesure où ils ne peuvent pas retourner chez eux avec les francs burundais et demande à la banque de la République du Burundi de voir comment trouver une solution à ce problème.

Même son de cloche chez les voyageurs burundais qui voulaient se rendre en R.D.C et en Tanzanie qui ont manqué comment échanger la monnaie locale aux shillings ou en francs congolais et qui sont restés bloqués au niveau de ce port. Cette paralysie a touché aussi d’autres commerces et autres activités au sein de ce port.

H.A, un voyageur qui se dirigeait en Tanzanie indique qu’il est bloqué au port de Rumonge. Il a manqué des shillings tanzaniens et demande que ce problème soit dénoué pour l’intérêt de tout le monde.

L’implantation d’un bureau de change s’avère urgent

Les yeux de toutes ces personnes sont tournés vers la banque de la République du Burundi qui régule l’échange de monnaie au Burundi.

Ces personnes demandent à la banque centrale de faciliter l’implantation des bureaux de change au niveau de ce port sinon le commerce transfrontalier va être paralysé définitivement avec toutes les conséquences que cela comporte sur l’économie en général et le commerce transfrontalier en particulier.

La BRB devrait alléger les conditions d’ouverture d’un bureau de change pour permettre aux ports de l’intérieur et aux postes frontaliers d’être dotés de bureau de change. Ces personnes lancent un appel aux opérateurs économiques de penser à ouvrir des bureaux de change à ce port surtout qu’un prochain port va être construit afin de devenir un port moderne.

Cette situation va favoriser l’émergence des cambistes qui vont continuer d’opérer dans la clandestinité avec toutes les conséquences que cela comporte.

Les banques commerciales de la place ne disposent pas de monnaie étrangère afin de suppléer ce manque de bureaux de change qui s’observe à ce port de Rumonge.

Certains commerçants étrangers ont indiqué qu’ils n’apporteront plus de marchandises au port de Rumonge tant qu’il n’y aura pas de bureau de change.

Rappelons que 9 cambistes qui échangeaient la monnaie au niveau du port de Rumonge ont été arrêtés par la police et le tribunal de grande instance de Rumonge les avait condamnés à verser une amende de cent mille francs burundais pour avoir travaillé dans l’illégalité. Le ministère public n’a pas été satisfait du jugement rendu par le tribunal et ces cambistes croupissent en prison.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 874 users online