Politique

Rapport EINUB : la mobilisation ne faiblit pas

Ces manifestants veulent que le rapport d'enquête des sur les droits de l'Homme au Burundi soit annulé.
Ces manifestants veulent que le rapport d’enquête des sur les droits de l’Homme au Burundi soit annulé.

Pour la sixième journée des manifestations, un millier de citadins se sont rassemblés devant les bureaux du Haut-commissariat des droits de l’Homme, ce jeudi 29 septembre. Un seul objectif : « Exprimer le rejet du récent rapport d’Enquête Indépendante des Nations unies (EINUB) et demander son annulation. »

Vers 11h, des femmes, des jeunes, des administrateurs et des cadres de l’Etat et certains députés et sénateurs arrivent sur les lieux. Ils entonnent d’abord l’hymne national et celui de l’Unité nationale. C’est parti pour la manifestation. Un des manifestants demandait que l’on pleure pour exprimer leur désarroi. Et les manifestants « pleuraient sur commande ». Il leur demandait de crier. Et machinalement, les manifestants s’exécutaient.

Sur les pancartes, on pouvait lire : « Faux rapport des Nations unies », « Mensonges », « Non à la manipulation », « Pas de génocide au Burundi », etc. Comme à l’accoutumé, la manifestation a été une occasion pour chanter les louanges au président Nkurunziza. Les manifestants en ont profité pour railler le général Niyombare « qui a mené un coup d’Etat mercredi et jeudi, il était en cavale. »

L’on notera que certains avaient apporté du matériel de couchage. Ils juraient qu’ils ne quitteraient les lieux qu’après l’annulation de ce rapport « biaisé et fondé sur des informations erronées. »

Des policiers et des Imbonerakure encadraient cette manifestation et le Boulevard de l’Uprona était bloqué à la circulation de véhicules.

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. Fofo

    Personnellement, j’aimerais quelqu’un qui peut m’aider à savoir comment on identifie un Imbonerakure!!! Sincèrement, je vis au Burundi, je voyage de temps en temps dans les provinces mais je n’ai jamais rencontré Imbonerakure? Je ne sais même pas comment il ressemble. Comment les ressemblent-ils ces imbonerakure? Portent-ils des uniformes? Je ne veux pas nier qu’ils commettraient des crimes mais j’aimerais vraiment les voir un jour!

  2. dibango

    Il faut l’admetre il ya quelque chose qui n’a pas fonctioné avec ce rapport. …c’est un mensonge de la part de ces “experts de dire qu’ils ont pu produire un tel rapport en deux semaines. …je doute que la collecte de l’information n’a pas bien fonctioné. Ce dont je suis sûr est que la France a toujours eu une responsabilté dans les crises qui ont et qui ebdeuillent toujours l’Afrique francophone . Ecoutez Archives d’Afrique sur la guerre du Biafra et vous comprendrez. Tout le reste est un Jeu d’interêt.

  3. Jonh

    Fais aux autres ce que tu aimerais qu’on te fasse (la bible). ” Des hommes et femmes de la société ont jeté une jeunesse dans la rue, avec une volonté de renverser les institutions.” Mais Ayubu, une autre jeunesse formee et armee est eparpillee dans le Pays pour museler les anti-3eme mandat illegal. Vous le niez, vous manifestez, ceci est une realite. Leurs zele a deja fait des degats enormes connus de tous. A la question de savoir ce que le regime peut faire , que peuvent faire pour toi les familles victimes du 3eme mandat illegal dont le nombre depassent de loin celui dans le rap des NU a part demander la justice et la protection ? Voudrais-tu qu’ils applaudissent un regime qui a pris la vie des leurs, qui les empechent de jouir de leurs droits dans leurs Pays. Encore une fois vous pouvez faire tomber le ciel en niant l’evidence, mais les enquetes existantes et a venir demontrent et demontreront que les tutsis sont plus vises par le regime Nkurunziza. Le rapport de l’ONU ne contient que les faits qui parlent d’eux-memes au Burundi, malheureusement les criminels peuvent rarement admettre et demander pardon.

  4. Jonh

    Que ceux qui peuvent porter leurs voix plus loin informent ceux qui ne savent pas que des milliers de citoyens, les victimes de ces gens dans les rues inclus qui soutiennent le rapport des experts des NU sont la dans le Pays, mais ils n’ont pas le droit d’aller s’exprimer dans la rue. Ils sont surveilles 24/7 hrs pour qu’ils n’ouvrent pas la bouche. Ce sont ces memes gens dans la rue qui ne revent qu’un Burundi pour eux seuls. Tout le monde a vu comment ils ont opprime par les armes les citoyens qui s’exprimaient sur le 3eme mandat illegal pour les empecher de mettre leurs pieds dans ces rues qu’ils veulent monopoliser seuls. Ceci ne font que continuer a diviser les burundais qui n’ont plus les memes droits dans leur Pays. Faut-il alors laisser le Pays aux DDs seuls et decider notre sort ? La communaute internationale ne doit pas se laisser intimider par ces manifestations des gens qui nous tuent. Sinon, ce serait synonyme d’une autorisation d’achever le genocide en cours.

  5. kibwa

    Le régime DD a pris l’option de cacher la fummée quand bien même la maison est en train de consumer . Il a eu des marchands d’âmes dans la société burundaise à les soutenir. Il a pris l’option de diriger une partie de la poppulation par la terreur.
    Personnellement, ce qui me rend triste dans cette architecture de mauvais goûts est que la moyenne d’âge de la clique est autour de 50 ans.
    Alors , quand on a donné l’ordre de tuer, de torturer, d’emasculer, d’éloigner, de séparer des familles entières, on pense vivre comment et où les 20-30 ans qui vous restent à vivre???? Et quid de ses rejetons????
    KIBWA

  6. Kello

    J aurais aimé avoir la réponse de Mr. AYUHU!! Les burundais ne sont pas seulement ceux qui ont le droit de manifester quand ils le veulent, c est aussi ceux qui vivent la peur au ventre, ceux qui vivent frustrés de ne pas être capables de s exprimer sur les questions du moment au Burundi, ceux qui sont arrêtés pour une simple suscipission d appartenance à l’ opposition!!!

    “Notre pays va mal”

  7. Ntazizana

    Non car le pays, les rues, la vérité appartienne t aux seuls CNDDFDD.Même Dieu doit faire attention.

  8. @Kello
    Sorry, j’ai envoyé la réaction par inadvertance, mais je voulais ajouter que c’est impossible actuellement.

  9. Salmia Irikungoma

    On dirait que ce sont les vrais auteurs des massacres, tortures, exils, viols etc… d’une partie de la population au Burundi depuis avril 2015 jusqu’a nos jours. On dirait qu’ils supplient l’ONU et la Communaute Internationale pour qu’ils ne reagissent pas et ne prennent aucune decision d’intervenir au peuple burundais meurtri. Ils soutiennent et ils sont complices, des graves crimes contre l’humanite commis chaque jour par le Service National de Renseignements du Burundi et les jeunes imbonerakure(milice du parti au pouvoir de Bujumbura). Si l’ONU n’intervienne pas au peuple Burundais en danger, il sera coupable de non assistance aux personnes en danger, le genocide des tutsis et des hutus opposants a Nkurunzia ainsi que les militaires ex-FAB.

  10. @Kello
    Sous quel nom?

  11. Kello

    Y a t il moyen de faire une contre manifestation??

  12. roger crettol

    « Non à la manipulation »

    On ne peut que souscrire. Et demander a consulter le « Vrai rapport des Nations unies ».

    Nous sommes là en pleine iDDolâtrie. Une partie des Burundais est religieusement asservie aux thèses de la faction du CNDD-FDD qui se cramponne au pouvoir. Ces inconditionnels voient dans le régime DD le seul rempart contre l’horreur des Dictatures Hima. Cette horreur justifie tout ce qu’entreprend le Régime Béni et Sanctifié par le combat.

    Rien n’a changé, rien ne changera. Jamais ?

    Un régime qui se maintient par la violence ne pacifiera pas une société clivée par des luttes intestines. Cela devrait s’imposer comme une évidence. Mais la foi des iDDolâtres n’a que faire de ces sottes évidences. Dommage.

  13. Nta muntu numwe azokwigera atwara Uburundi Abarundi batamwitoreye canke batamushaka nibaza uwuvyiyumvira yoba afise ubwenge buke cane mbe yoca atwara bande? Igihugu yogitwarirahe? Be muca akenge Barundi benewacu kuko abazungu barabahenda cane.

  14. Kabingo Dora

    Ca va terminer comme ca a commencé. On sait bien que le régime de Buyoya avait fait de même et ne voulait rien entendre des négociations. Il y a été poussé par les circonstances et a initié des négociations en secret. Ceci a été révelé au public grace à un certain Sinduhije Alexis au cours d’une conférence de presse à l’hotel Source du Nil . Vous connaissez la suite .

  15. Ayuhu Jean Pierre

    Monsieur Renovat Ndabashinze
    Monsieur Philippe gendakumana,
    Chers amis du journal Iwacu,
    Au delà de tout esprit partisan, l’on doit admettre que quelques chose n’a pas bien fonctionné dans ce fameux rapport de la discorde. Que les experts aient mis en évidence les violations des droits de l’homme, personne ne peut le contester. Malheureusement, leur rapport est de nature à commettre l’irréparable pour notre pays. Les manipulations contenues dans ce rapport sont de nature à pousser le monde libre à prendre des mesures contre le Burundi et c’est malheureux. Personne ne devrait s’en réjouir et quand on voit des hommes et femmes qui jubilent parce que dans ce rapport le mot “génocide” est mis en avant, c’est triste.
    On peut affirmer et réaffirmer qu’il n y a pas de risque de génocide au Burundi, et qu’il n y aura pas.
    Des hommes et femmes revendiquent des mouvements armés…que peut faire un pouvoir face à ce genre de chose? Les combattre. Y’a -t-il légitimité à agir ainsi, oui…
    Des hommes et femmes de la société ont jeté une jeunesse dans la rue, avec une volonté de renverser les institutions. Que peut faire un pouvoir face à ce genre de chose? Les combattre!
    Or, et là il faut le dire, seuls des quartiers à prédominance tutsi, dit-on, ont été très actifs dans les manifestations et par conséquent victime de la répression. S’agit-il d’un risque de génocide parce que ils sont victimes de cet état? Apprenons à analyser les situations sans état d’âme. C’est le seul moyen de faire jaillir la vérité!
    Oui, ces manifestations sont légitimes et ce rapport a été plus préjudiciable au peuple qu’autre chose!
    Meilleures salutations

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 601 users online