EN

Société

Le pont des rencontres

25/09/2019 Alphonse Yikeze Commentaires fermés sur Le pont des rencontres
Le pont des rencontres
Ce pont est devenu pour certains un lieu de rencontres, et de prise de photos

Il est 11heures. Le soleil tape fort sur le bitume. La sueur ruisselle sur les visages. Nous sommes sur l’une des artères les plus fréquentées de Bujumbura: Le boulevard de l’UPRONA. Judith*, habillée d’une blouse blanche, tient une pharmacie dans le voisinage immédiat des parois qui soutiennent «le new bridge». Elle affirme que depuis l’installation de la passerelle, la circulation des gens et des véhicules s’est améliorée: «La circulation est devenue fluide par ici. Avant, c’était l’anarchie».

A l’autre bout de la pharmacie tenue par Judith*, autre son de cloche. Cassandra*, bijoutière, est assise sur son canapé. Interrogée sur le pont visible depuis son échoppe, elle fait la moue, indifférente. Ce pont qui suscite visiblement la curiosité de beaucoup de citadins, ne lui fait aucun effet. «Ce pont ne peut même pas aider les personnes trop âgées et les handicapés à mieux se mouvoir. Pour moi, il ne sert visiblement à rien». Elle pointe le doigt en direction de la chaussée pour nous montrer des gens qui traversent toujours «à l’ancienne», comme pour confirmer son scepticisme. Et, effectivement, deux ou trois personnes viennent de traverser le boulevard en ignorant le pont.

«Question de mode et…..de selfies»

Un jeune homme, visage avenant et souriant, est de ceux et celles qui traversent toujours « à l’ancienne ». «Les Burundais aiment la nouveauté, puis ils s’en lassent vite. C’est le cas avec ce pont». D’après lui, l’affluence vers ce pont aurait d’ailleurs diminué quelques semaines à peine après son inauguration par les pouvoirs publics.

En haut des escaliers, deux jeunes taxis-vélos de profession, Cédric* et Obède*, certifient pour leur part que le pont est devenu un lieu de socialisation: «Ici, on discute, on prend de l’air» et «on s’y prend aussi des selfies», claironne Cédric, bonnet sur la tête, jeans délavé et t-shirt blanc tacheté.

Construit par les pouvoirs publics pour fluidifier la circulation très dense sur cette portion de « l’autoroute », surtout aux heures de pointe, ce pont est devenu pour certains un lieu de rencontres, et de prise de photos. Bref, un lieu de rencontre. 

* Nom d’emprunt

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un recensement polémique

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un recensement polémique

Il est sous les feux de critiques, accusé de tout et de son contraire. Le recensement des fonctionnaires en cours est attaqué sur le fond et la forme. Ces derniers estiment que les questions sont trop nombreuses et manquent d’objectivité. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 369 users online