Jeudi 20 janvier 2022

Publireportages

PNUD-Burundi : Une revue annuelle pour une coopération plus dynamique

28/12/2021 Commentaires fermés sur PNUD-Burundi : Une revue annuelle pour une coopération plus dynamique
PNUD-Burundi : Une revue annuelle pour une coopération plus dynamique
La représentante résidente du PNUD au Burundi (à gauche) et la secrétaire permanente au ministère en charge des Finances ouvrant la revue annuelle

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), en collaboration avec le ministère des Finances, du Budget et de la Planification économique, a organisé du 13 au 15 décembre, à Ngozi, la revue annuelle 2021 de son programme pays couvrant la période 2019-2023. Objectif : évaluer les résultats déjà acquis et identifier les priorités pour les deux prochaines années.

A l’issue de sa troisième année de mise en œuvre de ses projets et programmes, le PNUD et ses partenaires ont jeté un regard rétrospectif sur les résultats atteints, les défis et les perspectives pour les 2 années à venir, dans sa coopération avec le gouvernement burundais.

Le staff du PNUD, les représentants de la présidence de la république et les hauts cadres des différents ministères qui ont mis en œuvre les projets, notamment les ministères de l’Intérieur, de la Justice, de l’Environnement, des Finances, des Affaires étrangères et Coopération pour le Développement … ainsi que d’autres partenaires du PNUD ont pris part à cet atelier de trois jours.

Selon la représentante résidente du PNUD au Burundi, Mme Nicole Kouassi, cette évaluation à mi-parcours vise à analyser le pas franchi dans la mise en œuvre du cadre de coopération du PNUD, à tirer les leçons apprises et à relever les défis qui ont servi d’embuches à la réalisation des projets. « Un rendez-vous très important pour l’avenir de la coopération PNUD-gouvernement. »

Pour Mme Kouassi, cette évaluation va permettre de mieux projeter l’avenir à travers une planification nourrie par les réalisations de l’an 2021 qui touche à sa fin.

Cette revue annuelle 2021 permettra également d’analyser de manière approfondie comment les résultats des interventions du PNUD ont impacté la vie des populations pour mieux orienter les actions futures afin de répondre aux objectifs suivants : réduction de la pauvreté et des inégalités, bonne gouvernance, résilience communautaire, environnement, énergie et égalité entre les sexes.

Dans son discours d’ouverture, la secrétaire permanente au ministère en charge des Finances, du Budget et de la Planification économique, Mme Christine Niragira, a affirmé que le gouvernement est reconnaissant envers le PNUD surtout pour son soutien dans les moments les plus difficiles qu’a traversés le pays.

Les changements climatiques, une priorité du programme

Parmi les priorités du gouvernement durant ce quinquennat, l’appui à la résilience de la population face aux changements climatiques.

A cet effet, le gouvernement a mis en place une politique de réduction des risques de catastrophes et de l’adaptation aux changements climatiques avec l’appui du PNUD.

Dans un panorama des réalisations du PNUD que les participants ont suivi avec intérêt, le DG de la protection civile et gestion des catastrophes, Anicet Nibaruta, affirme que le PNUD a appuyé la mise en place d’une plateforme nationale de prévention des risques et de gestion de catastrophes et continue d’appuyer les structures décentralisées dans les provinces. « Nous avons déjà couverts 109 communes sur 119 et mis en places 845 unités collinaires de gestion des risques de catastrophes », se réjouit le DG de la protection civile.

Le PNUD soutient aussi l’élaboration d’une cartographie des risques de catastrophes.

La population qui a directement bénéficié de ce soutien se dit satisfaite. C’est le cas notamment de Silas Ndikuriyo, qui a été déplacé depuis la colline Nyempundu de la province Cibitoke, victime des inondations en décembre 2019. La population de cette localité a été déplacée sur la colline Gisheke dans un village érigé sur financement du PNUD. « Aujourd’hui, nos esprits sont apaisés. Nous étions beaucoup terrifiés par les évènements. »

Pour faire face aux changements climatiques, d’autres activités sont en train d’être menées à travers tout le pays, notamment dans la province Kirundo, souvent victime de déficits hydriques. Le PNUD a appuyé le projet d’irrigation collinaire d’un espace de 570 hectares, la construction d’un réservoir de plus de 600 m3, la mise en place des tuyaux qui vont irriguer les champs, etc. d’après le gouverneur de la province de Kirundo, M. Albert Hatungimana. Dans le cadre de ce projet, la protection de la zone tampon n’a pas été oubliée d’autant plus que Kirundo possède beaucoup de lacs. Un tracé de 40 km au long des lacs Cohoha et Kanzigiri a été réalisé.

La population environnante a reçu des groupes de pompage d’eau afin de pouvoir cultiver hors zone tampon. Cela rend facile l’irrigation même à une longue distance.

Dans ce domaine, il faut ajouter les actions mener dans le cadre de la protection des infrastructures menacées du fait du changement climatique comme la réhabilitation des berges de la rivière Ntahangwa et l’installation des stations météorologiques et hydrologiques indispensables pour alimenter le système d’alerte précoce et les prévisions météos.

Asseoir la bonne gouvernance et un Etat de droit

Les différents ministères partenaires du PNUD qui ont mis en œuvre les projets ont pris part à l’atelier

La justice équitable a été une priorité du gouvernement pour asseoir la bonne gouvernance. Dans cette optique, les tribunaux de grande instance (TGI) ont bénéficié d’un appui logistique pour accélérer les jugements, notamment à travers l’organisation d’audiences foraines. D’après le président du TGI Makamba, Juste Bizimana, désormais les justiciables ont accès facile aux juridictions et leurs dossiers sont traités rapidement.

En matière de conflits fonciers et de violences basées sur le genre, les populations vulnérables témoignent du changement de leur vie. Yungline Nahinkuye est une maman de cinq enfants qui a été dépossédée de son terrain. Elle dormait à la belle étoile, dans les dépotoirs. Malgré sa plainte à la justice avec des preuves solides, elle n’a pas réussi à gagner le procès. Grâce l’appui du PNUD qui lui offert les services d’un avocat, elle a pu gagner le procès, mais l’exécution du jugement rendu fut difficile. Toujours avec l’appui du PNUD, l’affaire a été portée devant l’institution de l’ombudsman pour médiation qui l’a aidé à retrouver sa parcelle.

Ce n’est pas tout. Des parajuristes ont été mis en place sur les collines ce qui a permis de réduire les dossiers qui montent dans les tribunaux. Ils jouent un rôle important dans la médiation communautaire et le maintien de la cohésion sociale.

Dans le cadre de la décentralisation des services administratifs, désormais, tout document administratif ou de voyage (permis de conduire, passeport, laisser-passer, etc.), jadis délivré à Bujumbura seulement, peut être acquis dans les provinces. Depuis 2017, ces documents sont octroyés par les guichets uniques provinciaux (GUP) installés dans 11 provinces du pays. Ils ont eu pour effet le désengorgement de 70% des services centraux. Dans le domaine foncier, des guichets fonciers communaux ont vu le jour, permettant aux populations d’enregistrer et de sécuriser leurs propriétés foncières, qui, désormais peuvent aujourd’hui utiliser leurs certificats fonciers comme garantie auprès des institutions financières.

Egalement des cartes nationales d’identité et des faits d’Etat civil (actes de mariage, de naissance, de décès) ont été distribués gratuitement aux populations vulnérables et à besoins spécifiques comme les batwa, les rapatriés, les personnes vivant avec handicap et les albinos. L’amélioration des performances des services d’état civil depuis les communes jusqu’aux zones, a permis la délivrance de 1.456.799 documents d’état civil en 2021 pendant 10 mois.
Les mêmes personnes ont bénéficié d’une attention particulière en ce qui concerne leur autonomisation socio-économique afin de ne laisser personne de côté.

L’autonomisation de la femme a été également au centre de la préoccupation du PNUD pendant la période sous revue à travers le transfert monétaire aux plus nécessiteuses.

L’accès à l’énergie, l’appui à la planification locale, la protection de l’environnement à travers notamment la contribution déterminée nationale (CDN), la contribution à la lutte contre le SIDA, la tuberculose et la malaria et à COVID-19 figurent aussi parmi les grandes priorités du PNUD dont les réalisations atteintes ont été analysées pendant cette revue du PNUD.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Burundi-Rwanda : vers le réchauffement diplomatique

La rencontre entre le chef d’Etat rwandais avec une délégation burundaise, porteuse d’un message de son homologue ce 10 janvier, est qualifiée de décisive dans la normalisation des relations entre les deux pays. « Le but de la visite était (…)

Online Users

Total 6 110 users online