Mercredi 30 novembre 2022

Société

Le reporter Jérémie Misago remis au directeur du Journal Iwacu et à sa famille par le SNR

22/11/2022 4
Le reporter Jérémie Misago remis au directeur du Journal Iwacu et à sa famille par le SNR
Le journaliste Jérémie Misago remis au directeur du Journal Iwacu en présence du président de la CNIDH

Accablé de problèmes financiers et déçu par de faux amis qui lui devaient de l’argent pour préparer son mariage, le reporter du Journal Iwacu, Jérémie Misago, introuvable depuis samedi, a été remis ce mardi 22 novembre à sa famille et son directeur, par la police. C’était dans les enceintes du Service national de renseignement (SNR).

Ce sont des agents de ce service qui l’ont retrouvé à Magara dans la province de Rumonge. Ce journaliste s’était retiré dans les montagnes de cette localité pour se recueillir.

N’en pouvant plus et croulant sous le poids de tous ces problèmes, raconte Jérémie Misago, je n’ai pensé à autre chose que d’aller prier dans ces montagnes où des ’’Born again’’ ont l’habitude de se rencontrer pour confier leur peine à Dieu.

Quand j’ai été arrêté, raconte ce reporter du Journal Iwacu, des agents du Service national de renseignements m’ont mis des menottes mais ils ne m’ont pas brutalisé. Quand je suis arrivé dans les enceintes du SNR, ils m’ont enlevé ces menottes, ils ne m’ont pas du tout rudoyé, ils m’ont posé plusieurs questions, ils m’ont demandé de lire le PV et de le signer, ce que j’ai fait.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Pierre Nkurikiye, salue la collaboration du Journal Iwacu « qui a informé à temps les services chargés des enquêtes de la police et la Commission indépendante des droits de l’Homme ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Jereve

    Plus on écrit sur cette « disparition et apparition », plus cela devient confus. Tenez: Misago est allé se recueillir dans les montagnes sans crier gare. Ce n’est pas correct de sa part envers la famille, les amis et les collègues; mais cela peut se comprendre, quelqu’un dont l’âme est accablée peut faire des erreurs de jugement et des mauvaises décisions. Puis on apprend (dans l’article ici) qu’il a été arrêté, menotté et soumis aux interrogatoires par la SNR. Sans brutalité, précise-t-on. Très bien, mais pourquoi ce traitement d’habitude réservé aux personnes suspectes, violentes, dangereuses ou des bandits? Quand on retrouve un « disparu » je dirais normal – c’est le soulagement et le bonheur de toute une nation – on ne le menotte pas, on le ménage.

  2. Gervais

    Depuis la disparution de MISAGO jusqu’à sa réapparution (miraculeux), trois articles ont été publiés par le journal IWACU. A lire leurs contenu, il y a plus de questions que de réponses. Le dossier à l’allure d’une pièce théatre, spécialement la vidéo partagée par MISAGO lui-meme.

    Questions à MISAGO/IWACU

    1) Misago, étais-tu seul dans les dites Montagnes?
    2) La Vidéo, que tu as montée, l’as tu fait sur contraintes et à partir de quel endroit?
    3) Misago, tu disparais le 19 et tu réapparais le 22. Quatres jours en tout. Parmi les 4 jours combien as-tu passé dans les montagnes et combien as-tu passé dans le SNR?
    4) etc.

  3. Watchman

    Unbelievable…

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 933 users online