Samedi 31 juillet 2021

Société

Le fondateur d’Iwacu élu au Conseil d’Administration de RSF

16/07/2021 13
Le fondateur d’Iwacu élu au Conseil d’Administration de RSF

Le Groupe de Presse Iwacu salue l’élection d’Antoine Kaburahe au Conseil d’Administration de l’organisation Reporters Sans Frontières. Ce vendredi, dans un communiqué de presse, l’organisation a rendu public la composition des dirigeants nouvellement élus. «  C’est un signe de confiance et de reconnaissance sur l’engagement de notre collègue en faveur de la liberté d’expression, c’est aussi un honneur pour tous les journalistes burundais », a réagi Léandre Sikuyavuga, qui a pris la relève de la direction après le départ d’Antoine Kaburahe, contraint de quitter le Burundi pour des raisons de sécurité en novembre 2015. « C’est une bonne nouvelle, pour Iwacu et pour RSF, tous les hommes et femmes épris de la liberté de la presse. C’est une reconnaissance d’un travail de longue haleine de notre collègue au service du droit à l’information et du bon journalisme », se réjouit pour sa part son confrère et ami, Abbas Mbazumutima, le directeur des rédactions du Groupe. En juin dernier, Antoine Kaburahe est d’abord élu par l’ Assemblée Générale de RSF pour un mandat de deux ans au Conseil d’Administration. Le 5 juillet, il est cette fois élu par le Conseil d’Administration pour siéger au Bureau Exécutif de l’organisation composé de sept membres : le Président, le Vice-Président, le trésorier et quatre membres, parmi eux, le journaliste burundais.

Une carrière prolifique

Fils de journaliste, son père Damien Kaburahe a été le premier rédacteur en chef du journal de l’Eglise catholique Ndongozi, Antoine Kaburahe a derrière lui une longue carrière. Il a fait ses premiers pas de journaliste dans les années 90. D’abord à la radiotélévision nationale du Burundi, la RTNB. Il va démissionner pour s’engager dans la presse privée naissante.En radio, il fait partie de la première équipe de la radio indépendante, Umwizero, qui deviendra Bonesha plus tard et, dès 1993, il se lance également dans la presse écrite avec Panafrika, un hebdomadaire qui a connu un bon succès à l’époque. Menacé, il est contraint à un premier exil en 1998 et s’installe en Belgique. Il rentre au Burundi dix ans plus tard pour lancer Iwacu qui deviendra au fil des années un Groupe de Presse très dynamique, mais aussi une véritable « pépinière ». Aujourd’hui, des dizaines de journalistes évoluant dans divers médias au Burundi sont passés par Iwacu.

Diplômé de deux Ecoles Supérieures de Journalisme en France, ESJ Paris et ESJ Lille, Antoine Kaburahe détient aussi une licence en littérature française obtenue avec brio à l’université du Burundi. Figure respectée du journalisme au Burundi et à l’étranger, en mai 2016, il a reçu la médaille d’honneur de la ville de Paris et décoré par la maire, Anne Hidalgo, « pour son engagement en faveur de la liberté de l’information ». Réputé « grand travailleur », parallèlement au journalisme, sa passion, c’est aussi un auteur et éditeur avec déjà de nombreux livres publiés .

Engagé dans la promotion de la culture, à travers la lecture notamment, avec le soutien de l’Ambassade des Etats-Unis au Burundi, en 2012, il a ouvert dans sa province natale, Gitega, un Centre culturel qui abrite « l’American Corner »un Centre culturel qui abrite « l’American Corner », un espace qui met gratuitement à la disposition de la jeunesse notamment des milliers des livres en anglais, des ordinateurs et un accès à l’ internet.

Avec cette entrée dans les organes d’une grande organisation dédiée à lutte pour la liberté d’expression, désormais, le champ d’action dépasse son pays, le Burundi. Antoine Kaburahe en est conscient. « C’est un honneur et une grande responsabilité de continuer mon engagement en faveur de la liberté de la presse au Burundi, certainement, mais aussi à travers le monde avec Reporters Sans Frontières, une organisation internationale, efficace, dynamique et très respectée, je vais donner le meilleur de moi-même », a commenté le fondateur d’Iwacu.
Antoine Kaburahe est âgé de 54 ans, il est père de deux enfants.

Forum des lecteurs d'Iwacu

13 réactions
  1. Toujours a la UNE: MR Kaburahi Antoine. Recoit mes felicitations

  2. Kazoviyo Gertrude

    Félicitations Antoine. votre nomination au CA et au Bureau Exécutif de RSF constitue une reconnaissance de vos mérites.
    Soyez sûr que le Burundi est fier de vos prestations.
    Allez de l’avant.

  3. Régine Cirondeye

    Bravo bravo M. Kaburahe. Même le ciel n’est pas une limite pour ton savoir-faire, cet honneur n’est que le début d’autres exploits. Trudeau père a dit: “Watch me.” Et nous sommes nombreux “watching you.” Cheers, cheers.

  4. roger crettol

    Félicitations, Monsieur Antoine. Voilà une excellente nouvelle !

  5. Ndiku

    Proud… Ever..

  6. Irahoza joas

    Toutes mes félicitations à vous M Antoine kaburahe
    C’est une reconnaissance méritée et je suis vraiment ravi de vous avoir comme l’un de nos plus meilleurs journalistes burundais qui combattent pour la liberté de la presse au Burundi
    Puisse Dieu vous aider dans vos nouvelles responsabilités
    Amen

  7. Kaburahe est un grand bosseur, qui innove beaucoup et qui ne se fatigue pas. A part sa passion du journalisme, il a une autre face que beaucoup ne connaissent pas. Il est entrepreneur engagé. Je peux témoigner ça. Mais il n’est pas ange comme tout être humain et il sait pourquoi je le dis.
    Réponse
    Bonjour JB
    Merci pour tes mots. Nous avons travaillé ensemble et j’en garde un souvenir mitigé. Effectivement, les anges n’existent pas sur terre… Mais aussi, il ne faut jamais se croire “indispensable” dans un projet. Vous savez pourquoi.

  8. Bavuga

    Mille félicitations Antoine Kaburahe. Ton élection à un poste aussi prestigieux est un couronnement de votre brillante carrière. Vous êtes infatigable et avez vraiment marché sur les traces de votre père que j’ai connu dans les années 1966-1970. Vous l’avez même dépassé. Mon chapeau pour votre résilience, votre promptitude à aider et l’excellente qualité de vos articles. J’ose espérer que RSF saura tirer profit de votre expertise pour le rayonnement du journalisme dans le monde et surtout dans les pays où sévit la dictature.

  9. Fercule Musanintore

    Toutes mes felicitations Antoine, tu merites ta nomination, l’agence a de la chance de t’avoir, travailleur integre, tu apporteras lui apporteras beaucoup de ton enthousiame et vision

  10. arsène

    Toutes mes félicitations M. Kaburahe! C’est une reconnaissance méritée.

  11. Balame

    You are a man and we are proud.
    All burundians.

  12. KAMARANYOTA dIEUDONNE

    Mes félicitations à Antoine Kaburahe.

  13. Jean-Claude NDORERE

    Je suis très content de cette reconnaissance. Antoine est toujours le porte flambeau du Burundi pour la liberté d’expression et le pluralisme d’opinions et une presse de qualité. Notre compatriote est un brillant activiste de la tolérance dans une région minée par la partisanerie et les politiques paroissiaux, avec une humilité impressionnante. Nous sommes fiers de l’avoir comme compatriote qui jouie d’une grande notoriété, dans son pays d’accueil et d’adoption, mais qui respire chaque minute un air Burundais malgré la distance. Un homme préoccupé toujours à aider, à porter l’esprir de Lumière et à consolider notre patrimoine Ubuntu. Nous lui sommes très reconnaissant et nous remercions encore une fois RSF d’avoir eu confiance à cet grand homme et à un Burundais!
    Encore une fois Félicitations Antoine Kaburahe!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 316 users online