Lundi 27 juin 2022

Publireportages

Lancement de la diffusion de la Stratégie nationale de prise en charge alternative des enfants au Burundi

13/12/2021 Commentaires fermés sur Lancement de la diffusion de la Stratégie nationale de prise en charge alternative des enfants au Burundi
Lancement de la diffusion de la Stratégie nationale de prise en charge alternative des enfants au Burundi
Vue partielle de la salle lors de la cérémonie de lancement par le Secrétaire Permanent au MSNASDHG, en compagnie des délégués de l’Union Européenne et de IRC Burundi

Le Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre (MSNASDHG) a procédé au lancement de la diffusion de la Stratégie Nationale de Prise en Charge Alternative des Enfants au Burundi. Cette stratégie a été élaboré avec l’appui de International Rescue Committee (IRC) avec financement de l’Union Européenne, avec pour objectif de contribuer à créer et promouvoir un environnement dans lequel les enfants sans protection parentale voient leurs droits protégés.

La cérémonie de lancement officiel a eu lieu ce mardi 7 décembre 2021 au Royal Palace Hotel de Bujumbura, sous la houlette de M. Felix NGENDABANYIKWA, Secrétaire Permanent au MSNASDHG, en présence de plusieurs personnalités de marque, dont des Députés, des délégués de plusieurs institutions gouvernementales, des Gouverneurs des plusieurs provinces du pays, ainsi que des représentant des coopérations bilatérales et multilatérales, dont la Délégation de l’Union Européenne au Burundi.

Elaboré avec l’appui de l’International Rescue Committee, la Stratégie Nationale de Prise en Charge Alternative des Enfants au Burundi a pour objectif de contribuer à créer et promouvoir un environnement dans lequel les enfants privés de protection parentale, ou ceux à risque de se retrouver dans une telle situation, bénéficient des soins et protection appropriés et voient leurs droits protégés, conformément à la loi, aux minima des standards de prise en charge pour les enfants en institutions ou ceux privés d’un environnement familial, ainsi qu’aux autres instruments juridiques régissant la protection et le bien-être de l’enfant.

Au Burundi depuis 1996, l’IRC aide les personnes dont la vie et les moyens de subsistance sont brisés par les conflits et les catastrophes naturelles à survivre, à se rétablir et à prendre le contrôle de leur avenir, à travers le soutien aux institutions et aux communautés.

« IRC et ses partenaires se sont toujours alignés aux normes nationales et internationales visant à améliorer la mise en œuvre de la Convention relative aux Droits de l’Enfant et aux dispositions pertinentes d’autres instruments nationaux internationaux concernant la protection et le bien-être des enfants menacés de ou privés de soins parentaux. » a déclaré dans son propos de circonstance Mme Martine NIBASUMBA, Directrice des programmes et déléguée de la Directrice Pays de IRC au Burundi.

« IRC considère que la Famille est le groupe fondamental de la société et l’environnement naturel pour la croissance, le bien-être et la protection des enfants. Donc, tous les efforts devraient principalement viser à permettre à l’enfant de rester ou de retourner sous la garde de ses parents ou, le cas échéant, d’autres membres de la famille proche. », a poursuivi Martine NIBASUMBA.

La stratégie de prise en charge alternative des enfants : un instrument intégré et inclusif

Une saynète de théâtre interactif a été interprétée pour sensibiliser sur les problématiques de la désinstitutionalisation et de la réunification des enfants avec leurs familles

Sur la base d’une évaluation réalisée par le Gouvernement du Burundi en partenariat avec IRC Burundi en février 2017, il existerait actuellement 89 centres de soins résidentiels au Burundi, avec environ 3 559 garçons et filles de pensionnaires, dont 962 enfants handicapés. Et pour la plupart de ces enfants, la prise en charge est considérée comme la norme plutôt que comme une exception.

La Stratégie Nationale de Prise en Charge Alternative des Enfants au Burundi définit donc les processus et procédures en matière de protection de remplacement développés dans un processus participatif et en adéquation avec les engagements pris par le Burundi au niveau international.

« Chaque enfant a toujours besoin d’un adulte ou d’un adulte pour le protéger de tels abus et abus. Les enfants qui ne sont pas avec leurs parents ont besoin de plus d’attention, c’est pourquoi nous avons initié l’élaboration de cette stratégie, en complément aux outres plans et stratégies déjà existantes » a annoncé M. Felix NGENDABANYIKWA, Secrétaire Permanent au MSNASDHG. « Ainsi, en élaborant cette stratégie, nous avons adopté une approche globale, en souhaitant que toutes les parties prenantes se coalisent afin que l’enfant au Burundi puisse avoir une vie meilleure, et que tous gardent en mémoire que chaque enfant est un trésor pour la communauté », a-t-il affirmé lors de son allocution de circonstance.

La Stratégie Nationale de Prise en Charge Alternative des Enfants au Burundi a été élaborée dans le cadre du Projet UMMU – « Umwana mu Muryango » ; une action axée sur le renforcement des systèmes de protection de l’enfance. Le projet vise à améliorer les conditions de vie des enfants privés de soins parentaux à travers la promotion du respect des directives des Nations Unies sur la prise en charge alternative via le renforcement des systèmes de protection de l’enfance.

B-Face, la célébrité locale a interprété la chanson thématique « Umwana mu Muryango »

Piloté par le MSNASDHG, le projet vise à garantir que les enfants du Burundi bénéficient des droits prévus dans la Convention relative aux droits de l’enfant, en veillant à ce que les enfants sans prise en charge parentale au Burundi atteignent leur plein potentiel et aient de meilleurs résultats de vie tel, notamment à travers le renforcement des capacités du Gouvernement, des intervenants et des familles.

Lancée en janvier 2019 et mis en œuvre dans 12 communes des provinces de Bujumbura Marie, Bujumbura Rurale, Gitega et Muyinga, le Projet UMMU sera exécuté durant 42 mois par IRC Burundi et l’ONG locale DUTABARANE, avec l’appui financier de l’Union Européenne.

Selon Anne Carine Larêche, Coordonnatrice du programme Protection de l’Enfance à IRC Burundi, le projet UMMU a déjà permis de renforcer les capacités de prise en charge de 120 prestataires de soins des structures de protection collinaires, communales et provinciales. 1080 enfants à risque de séparation ont aussi bénéficié d’un apprentissage socio-émotionnel, et 2225 parents ont terminé le programme de parentalité positive, tandis que 9600 parents ont été dans des associations villageoises d’épargne et de crédit mis en œuvre par DUTABARANE, renforçant ainsi leurs capacités sociales et économiques à prendre en charge les enfants.

Le Projet UMMU a aussi permis à 84 jeunes en situation de vulnérabilité de participer au programme apprendre à gagner (Learn to Earn), avant de recevoir un appui technique et financier pour faire fonctionner et fructifier leurs petites entreprises.

La cérémonie s’est achevée sur la remise symbolique des certificats à une dizaine de familles dont les parents ayant suivi avec succès les programmes de formation sur la Parentalité positive dispensés par le projet « Umwana mu Muryango ».

Promue à travers le Projet UMMU, la parentalité positive est un style éducatif qui consiste à trouver le juste milieu entre autorité et autorisation. Les règles fixées dans la relation parent-enfant respectent l’épanouissement de l’enfant tout en lui définissant des limites bien précises. Le parent peut alors transmettre sa vision éducative dans un climat de tolérance, de compréhension et de sensibilité.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un projet de loi. Des questions sans réponses

Des arguments ont été avancés pour motiver un tel projet de loi portant sur la nouvelle délimitation. Entre autres la mise en œuvre de la politique nationale de décentralisation, l’harmonisation avec les organisations administratives des pays de la sous-région, une (…)

Online Users

Total 1 379 users online