EN

Politique

La vérité, fruit de la confrontation des témoignages

30/10/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur La vérité, fruit de la confrontation des témoignages
La vérité, fruit de la confrontation des témoignages
Pour Adrien Sindayigaya, il faut des témoignages des différents camps.

Dans la recherche de la vérité ou la gestion des conflits intercommunautaires, ne retenir que les témoignages d’une seule partie conduit à des conclusions biaisées. Adrien Sindayigaya, journaliste formateur sur le journalisme de paix, appelle les acteurs à la neutralité.

Se contenter des témoignages d’une seule partie est une entrave au processus de gestion des conflits ou à la recherche de la vérité sur les crimes du passé. « Ecouter la version d’une seule partie, qui ne fait que blâmer, lancer des injures, vilipender et diaboliser l’autre qui n’a pas eu la chance de s’exprimer, risque d’amener à prendre des décisions biaisées, tendancieuses, qui ne font qu’exacerber le conflit au lieu de le résoudre », indique Adrien Sindayigaya, journaliste formateur sur le journalisme de paix.

Pour lui, l’amplification des conflits et les violences de masse est une conséquence ultime de cette situation. La partie indexée peut répliquer aussi par la violence, ce qui provoque des cycles de vengeance.

Adrien Sindayigaya constate que le fait de juger sur les premières impressions exprimées par une seule partie est motivé par la manipulation et la recherche d’intérêts égoïstes. Dans ces conditions, celui qui devrait les écouter perd sa neutralité. « En principe, le facilitateur ou médiateur n’a pas un intérêt quelconque dans le conflit. Son but ultime est de le résoudre de façon pacifique à la satisfaction de tous ».

Ce journaliste formateur en journalisme de paix rappelle qu’un médiateur ou facilitateur doit avoir une capacité d’écoute attentive. L’inclusivité dans le choix des gens à témoigner crée un espace de dialogue qui permet aux gens de différentes appartenances de s’exprimer. « Une occasion de dégager les frustrations et de purifier les esprits ».

Pour lui, il importe d’écouter tous les témoignages pour confronter les différentes versions des faits et comprendre les sources des frustrations de chacune des parties. Ainsi, ces dernières pourront envisager des solutions.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Revivre l’« amitié entre les peuples »

La Rédaction Commentaires fermés sur Revivre l’« amitié entre les peuples »

En moins d’une année, trois étudiants burundais sont morts dans des circonstances non encore élucidées en Russie. Le décès des deux derniers, Jolivet Makoroka et Egide Nkengurutse, sera annoncé en moins d’un mois, soit le 25 octobre 2020 et le (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 236 users online