Mercredi 08 décembre 2021

Politique

La division des partis politiques, une menace réelle à la démocratie

26/06/2014 9

L’Asbl Initiatives et Changement Burundi Tugenderubuntu réunit pendant deux jours des représentants de la classe politique burundaise, la société civile, les confessions religieuses, etc. Au centre des débats, l’analyse de l’incidence de la division des partis politiques sur les prochaines élections.

Dans les enceintes du « le Chantier de la paix », des participants au 30ème atelier de réflexion échangent  sur ce qui les divise ©Iwacu
Dans les enceintes du « le Chantier de la paix », des participants au 30ème atelier de réflexion échangent sur ce qui les divise ©Iwacu

Le contexte où certains grands partis (FNL, Frodebu, Uprona, etc.) sont divisés pourrait compromettre le bon déroulement des prochaines élections, selon l’Asbl Initiatives et Changement Burundi Tugenderubuntu (ICB). Du 25 au 26 juin, lors de son 30ème atelier, cette Asbl donne l’opportunité à la classe politique, les confessions religieuses et la société civile de réfléchir sur cette question. « La division des formations politiques compromet le pluralisme politique et le débat contradictoire », déclare Jean Marie Vianney Kavumbagu, consultant, dans son exposé. De surcroît, M. Kavumbagu constate qu’un tel contexte se caractérise par des tensions et violences susceptibles de compromettre dangereusement la sécurité des personnes et des biens.

Cependant, Jean Marie Vianney Kavumbagu est optimiste : « A une année des élections, toutes les chances sont encore offertes au gouvernement, aux leaders politiques, etc. pour tirer les leçons du passé. » M. Kavumbagu exhorte les concernés à capitaliser les opportunités déjà existantes afin d’aller aux élections en toute sérénité. Avec le concours des autres acteurs à l’instar des médias, la société civile, les confessions religieuses et la communauté internationale.

En guise de rappel, il y a une semaine, au siège d’ICB baptisé « le Chantier de la paix », les mêmes participants s’étaient rencontrés pour échanger sur l’environnement politique au regard des élections qui pointent à l’horizon.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Uwarugwanye

    Jean-Marie Kavumbagu est parmi ceux qui se faisaient et se font des illusions sur la bonne foi du pouvoir Pierre Nkurunziza. C’est lui qui dirigeait la COSOME en 2010, et il a déclaré que tout est allé pour le mieux. Il est parmi les avocats et témoins que le CNDD-FDD brandit chaque fois qu’on évoque les tricheries et irrégularités dans les élections de 2010: même les observateurs de la COSOME ont approuvé le processus. Aujourd’hui, je sens dans son propos le même flou communicationnnel. Pour cette raison, je lui dirais que le scrutin dans la sérénité n’est pas possible tant que Pierre NKURUNZIZA aura peur et fera peur à son propre parti quant à la défaite possible de son club.

  2. Badogoremy

    Cet atelier est d’une importance capitale, mais c’est dommage de voir ce que le cnddfdd est entrain de faire au sein des partis politique, l’ingerence,la separation dans les partis d’opposition etait une si imporatance preocupation du ministere de l’interieur dans ces derniers mois, exhorter le cnddfd et son gouvernement de ne pas utiliser la force mais par contre de rassambler ces ailes des partis po pour la reunification. Notons qu’on souhaite des elections libres,inclusives, paisible et sereines.

  3. Ngenzebuhoro

    Au temps du Parti unique Uprona on assassinait les opposants politiques, et après on passait au massacre de la masse populaire. Aujourd’hui on parle de coups bas et divisions internes des partis politiques, c’est quasiment une évolution positive si je me permets de le dire ainsi. Restons alors optimistes et les choses se replaceront petit à petit tel le dicton de l’oiseau et son nid !!!

  4. Abdou Diouf

    La division des partis politiques de l’opposition est plutôt, bien vue par le CNDD-FDD, parti au pouvoir, car compatir aux élections avec des adversaires politiques affaiblis lui donner la chance de gagner haut la main, ces futures élections. Un vieux adage français ”diviser pour régner” n’est pas l’invention du CNDD-FDD, mais également, on sait bien qu’on divise c’est qui est divisible, en profitant des faiblesses internes, surtout liées aux ambitions personnelles « Ego-centrisme »C’est dans ce sens que je comprend les dissidences au sein des partis politiques UPRONA,FRODEBU,FNL,UPD-Zigambibanga,et demain peut-être le parti MSD.

  5. borntomakelovenotwar

    Les burundais comprennent bien. La Bible dit remplissez la terre et ils (les foyers) mettent au monde par dizaines. La démocratie veut le multipartisme et chaque famille crée son parti politique. Et quand ont demande de rayer certains partis, tout le monde crie halte.

  6. Well done dear fellow brothers!Please,is seriously requested to any Burundian human to do something to get this government and the ruling party to come to its senses,otherwise only God knows what will happen.

  7. Nzobandora

    Contrairement à ceux qui veulent nous faire croire qu’ils sont sures de gagner en 2015, ils divisent plutôt les partis politiques parce qu’ils craignent la défaite et sont conscient de leur impopularité grandissante vu l’intimidation (administratifs, imbonerakure), la corruption (motards, taxi-vélos) pour attirer les foules tandis que d’autres viendront pour montrer leur présence pour avoir ou garder leur gagne-pain (poste, marché, etc.)

    Tout de même, malgré cette impopularité grandissante le Cndd Fdd reste forte sur le terrain et il faudra une opposition forte, crédible et rassembleur pour le battre en 2015 car Ils feront tout pour se maintenir au pouvoir et il ne faudrait pas trop attendre de cadeaux de leur part; c’est aussi simple que ça.

    • Bien dit bwana Nzobandora.

    • Bugabo

      Oui le Cndd-Fdd est très fort et très lourd qu’il risque de tomber de ses muscles et de son poids comme igitoke gihetse/kivyaye kinini. Il a l’art de diviser les burundais mais n’a pas le sens de jugement ou l’art d’apprécier. Dans tous les cas, le temps joue contre lui bien qu’il croit qu’un Ndayicariye ou la Cour constitutionnelle voleront à son secours. Divivisez et divisez, divisez et redivisez, redivisez et re-redivisez, vous ne saurez plus, le momemnt venu, quelle est la partie qui vous revient ou qui est derrrière vous. Un conseil pour le Cndd-Fdd.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 3 978 users online