Mardi 23 avril 2024

Politique

« Par déshumanisation, des violences de masse s’ensuivent et provoquent la destruction de la société »

23/01/2020 Commentaires fermés sur « Par déshumanisation, des violences de masse s’ensuivent et provoquent la destruction de la société »
« Par déshumanisation, des violences de masse s’ensuivent et provoquent la destruction de la société »

Certains discours tenus par les leaders politiques peuvent embraser la société. Jérôme Niyonzima, journaliste et coordinateur média au Search for common ground, nous éclaire sur la déshumanisation, souvent utilisée en période électorale.

Que peut-on entendre par déshumanisation ?

Par déshumanisation, on entend une communication qui déshonore, qui fait perdre la dignité humaine, le caractère humain à un individu, à un groupe de personnes. Ce langage se caractérise par un vocabulaire qui n’est pas propre à l’humanité. C’est-à-dire que des qualificatifs d’un animal ou d’un objet sont collés à une personne. Parfois, ce sont des mots grossiers. Des vocabulaires codés destinés à déshonorer la personne en question.

Un exemple d’un langage déshumanisant ?

Des gens traités de serpent. C’est traduire la rancune, la haine. Cela signifie qu’une personne va être traitée de la manière dont on traite le serpent. Qu’il n’y a rien de bon en elle. C’est une mauvaise image.
Quand est-ce que ce langage est souvent utilisé?
Cette forme de communication se manifeste essentiellement chez les acteurs politiques. Elle est utilisée entre membres de groupes ou lorsque des intérêts sont en jeu. Ils ont l’impression que se partager ces derniers est impossible. C’est également entre deux catégories de personnes en conflit, notamment les incompréhensions du passé non résolues. Ils pensent que sans ternir l’image des autres, ces derniers risquent de s’emparer de ce dont ils ont besoin.

Quelles en sont conséquences?

Il peut y avoir trois types de conséquences. Primo, c’est la discrimination des gens indexés. Ils perdent tous leurs droits et faveurs auxquels ils peuvent aspirer en tant que citoyens de la nation. Ils sont considérés comme des vauriens.

Secundo, c’est l’élimination physique de certains individus. Si les membres d’un groupe sont considérés comme des animaux, ils perdent automatiquement leur valeur humaine. Et si quelqu’un veut les écraser, il va se justifier par le fait d’avoir tué un serpent.

Tertio, ces gens qui subissent cette discrimination ne se laissent pas faire. Ils cherchent à ce que leur dignité soit reconnue. Des violences de masse s’ensuivent et provoquent la destruction de la société.

Que faut-il faire pour prévenir un tel langage en plein processus électoral ?

Les membres de toutes les catégories sociales doivent s’abstenir de faire aux autres ce qu’ils ne veulent pas subir. Qu’ils comprennent que ces conséquences peuvent se répercuter sur eux et leurs groupes.

Les acteurs politiques doivent être sensibilisés aux inconvénients des discours tenus en public. Ils devraient plutôt présenter des projets de société efficaces pour gagner l’électorat.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 329 users online