Dimanche 03 mars 2024

Politique

Kefa Nibizi, président du Codebu, locataire de Mpimba

Kefa Nibizi, président du Codebu, locataire de Mpimba

Selon des sources dignes de foi, le président du parti Codebu, « Iragi rya Ndadaye », connu pour son franc-parler, serait déjà à la prison centrale de Mpimba depuis ce mardi 17 octobre. Il serait poursuivi pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ».

Il était prévu que Kefa Nibizi, réponde ce mardi même à une convocation du procureur général de la République, Léonard Manirakiza, émise le 13 octobre. Rien n’a filtré sur le motif encore moins l’objet de cette convocation. Mais Kefa Nibizi a été convoquée suite à un tweet de son parti, un post qui fait le buzz.

« A ce moment où le Burundi croupit dans la misère sans précédant à cause du leadership défaillant, le parti Codebu invite la population à ne pas céder à la résignation et de prendre l’exemple du Prince Louis Rwagasore pour redresser la situation qui ne fait que s’empirer », un tweet du parti Codebu posté le 13 octobre à la commémoration du 62ème anniversaire de l’Assassinat de ce héros de l’indépendance du Burundi.

Après ce tweet qui a enflammé la toile, le parti de Kefa Nibizi a essayé de rectifier le tir dans une série de messages sur son compte X : « Le Codebu constate avec regret que sa communication n’a pas bénéficié de la meilleure compréhension tel que le parti le voulait et aimerait donner des clarifications ».

Il s’explique : « Le Codebu est convaincu que la défaillance du leadership burundais dans le développement socio-économique commence avec le régime Micombero, qui a dépouillé le Burundi de l’essentiel de ses ressources humaines, des économies qui étaient florissantes ont été ruinées ».

Ce n’est pas tout comme éclaircissements : « Le parti voudrait montrer encore que le régime de Buyoya n’a pas été en reste en brillant par son absence par des projets de développement et la précipitation du pays dans la guerre civile qui a déchiré davantage le tissu social burundais et qui a mis l’économie du pays à genoux ».

Le Codebu continue ses justificatifs : « Le parti regrette aussi qu’actuellement il subsiste des Burundais qui ne daignent pas suivre la vision de bonne gouvernance administrative et économique de son Excellence le Chef de l’Etat et qui ralentissent le développement socio-économique dont les Burundais ont tant besoin ».

Dans l’appel à ne pas céder à la résignation, le parti Codebu affirme sur son compte X qu’il  » invitait la population à travailler d’arrache-pied, à dénoncer sans réserve les chargés de missions publiques incompétents, les fraudeurs, les auteurs de détournements des biens publics et de malversations économiques ».

D’autres sources non confirmées par le parti Codebu affirment que Kefa Nibizi aurait été approché par le parti au pouvoir pour lui demander de faire front commun lors des élections de 2025 mais qu’il aurait décliné poliment cette offre.

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. Kibinakanwa

    A anonyme, James et autres.
    Juste pour vous éclairer le Burundi et le Rwanda sont peut être les 2 pays les plus surpeuplés au monde.
    A ne pas comparer avec Japon, Belgique , Hollande, Hong Kong. etc….
    Leurs population ne vivent pas à la campagne et ne dépendent pas de l’agriculture pour survivre.
    Le Burundi et le Rwanda sont pleins comme des oeufs. It’s a terrible bomb.

  2. Ririkumutima

    A monsieur Mbonerakure,
    Vous dites que les leaders n’y sont pour rien!¡!!@@!
    Ils devraient precher par l’exemple.

    La surpopulation est une bombe .
    Mais voyons combien d’enfants possèdent nos leaders?
    Regardez au sommet de l’Etat!@@!!!.
    Dans les années 80, tous les moyens de l’Etat étaient mobilisés pour expliquer la pertinence de la limitation des naissance.
    Maintenant C’est un silence assourdissant.
    Le président du pays, le président du Sénat. Asdemblée, premier ministre ont …….

  3. Kibinakanwa

    Kefa avait toujours été une caisse de resonnance du CNDD/FDD.
    Meritait il une telle publicité?

    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20231018-burundi-l-opposant-kefa-nibizi-interpell%C3%A9-et-%C3%A9crou%C3%A9

  4. hakizimana jean capistran

    Qui s’explique trop s’accuse de quelque chose . D’ailleurs, mon degre de raisonnement ne me permet pas de faire une liaison entre le message et les explications donnees. ce sont des tatonnements pour faire des yeux doux et ce n’est pas de cette maniere que les partis politiques devraient faire. S’il faut donner une communication, il faut l’expliciter pour que le destinataire comprennent le message sans devoir recourir aux interpretations de tort ou de travers. s’il faut communiquer pour ne rien dire, encore plus un parti politique, vaut mieux se taire. merci

    • stan Siyomana

      @hakizimana jean capistran
      1. Vous ecrivez:« Qui s’explique trop s’accuse de quelque chose … »
      2. Mon commentaire
      Le hero de l’independance du Burundi, le prince Louis Rwagasore a lui-meme dit au peuple burundais: « Vous nous jugerez sur nos actes et votre satisfaction sera notre fierte… »
      Je crois que vu que le Burundi est aujourd’hui classe parmi les pays les plus pauvres du monde (avec un produit interieur brut-PIB par habitant de moins de 300 dollars americains par an), ou le pays exporte tres peu pour pouvoir gagner des devises en quantite suffisante, ou a peine 12% de la population ont acces a l’electricite, ou la ville de Bujumbura manque d’eau potable alors qu’elle est sur le bord du lac Tanganyika, dans le contexte de cette devise du prince Rwagasore, c’est le parti CNDD-FDD qui est au pouvoir depuis 18 ans qui devrait s’accuser de quelque chose.
      Et puis, aujourd’hui l’on voit des exemples en Afrique de l’Ouest (Gabon, Niger, Guinee-Conakry, Burkina Faso) ou la population s’est rendue compte que la democratie telle qu’elle est pratiquee dans leurs pays est trompeuse et EFFECTIVEMENT LA POPULATION A REFUSE DE CEDER A LA RESIGNATION.

      • hakizimana jean capistran

        je suis d’accord avec vous a certains egards mais je considere que kefa n’est pas mieux placee pour donner des lecons de morale. vous evoquez quelque chose de tres important  » le burundi exporte peu pour pouvoir gagner des devises en quantites suffisante ». voila par exemple un point important sur lequel kefa devrait focaliser ses propos pour critiquer et proposer des voies de solutions au lieu de parler des gens comme buyoya qui ne sont plus de ce monde. Le burundi est membre de plusieurs communautes economiques regionales et il a recemment ratifiE l’accord de libre echange continentale africaine( zlecaf). Au lieu de parler des gens , kefa en tant que politique, devrait penser aux defis qui hantent le burundi pour une meilleure integration regionale et continentale afin d’avoir quoi exporter. c’est sur de tels sujet que l’on devrait entendre nos politiciens pour faire avancer le burundi sinon gupfungana ko baracapfunganye. Ayez le courage de confronter le code des investissements du burundi avec la lois budgetaire et tu comprendra que le burundi a encore un chemin a parcourir et ce sont les politiciens qui devraient s’en preocuper au lieu de twiter des messages sujet a interpretation. MERCI a iwacu qui nous permet quand meme de faire de telles echanges

      • Stan Siyomana

        Le nouveau chef d’Etat gabonais est arrive (en tenue militaire) en visite au Burundi. Peut-etre qu’il va expliquer aux burundais comment le peuple gabonais a refuse de ceder a la resignation.
        « Umukuru w’Igihugu w’imfatakibanza wa #Gabon Général de Brigade Brice Clotaire Oligui Nguema ari mu rugendo mu #Burundi. Ku kibuga c’indege Melchior NDADAYE yakiriwe n’Umushikiranganji w’imigenderanire Albert SHINGIRO… »
        https://www.youtube.com/watch?v=MjnpdmqLv8k

  5. Anonyme

    Un autre exemple d’hypocrisie du parti au pouvoir et tout son système depuis le sommet de l’Etat. Dire qu’il y a des choses qui ne vont pas bien, ou encore [appeler] à imiter Rwagasore devient un CRIME. Et pourtant, c’est cela le patriotisme.

  6. Mbonerakure Christophe

    Dans notre pays toute la responsabilité est donc mise sur les épaules du leadership?Et les burundais alors?N’est-ce pas nous mêmes qui produisons des enfants plus vites que nos ressources?En ayant des enfants sans limite,ne pensez-vous pas que nous nous condamnons nous mêmes à la misère,à la pauvreté?Pour être un bon leader il faudrait aussi avoir des citoyens responsables dont le nombre de bouches n’augmente pas de façon irresponsable.Ce pays est surpeuplé par les naissances exponentielles et vous voulez que les leaders plannifient quoi et comment avec une population pareille?Leadership défaillant c’est plutôt burundais défaillants.Surveillez le nombre des enfants que vous produisez et vous aurez la possibilité éventuelle de vivre bien sinon il n’y aura aucun avenir dans notre pays et ce n’est pas la faute des leaders.C’est de notre faute.Essayer de planifier le nombre d’enfants dans vos familles et nous aurons déjà fait un grand pas en avant sinon c’est impossible.Les burundais sont trop nombreux surpreuplés et pas en adéquation avec nos terres ni nos autres ressources.Pays pauvre surpeuplé c’est pays pauvre sans avenir,sans aucune perspective.Le problème ce ne sont pas nos leaders,le problème c’est nous mêmes.Faisons un examen de conscience surtout quand il s’agit de nos chambres à coucher d’où sortent tous ces problèmes.Réduire les naissances est une PRIORITE dans ce pays!Chacun de nous doit faire sa part!

    • Stan Siyomana

      @Mbonerakure Christophe
      Le leadership burundais aurait beau parler de politique de limitation de naissance, mais le citoyen lambda n’en serait pas convaincu quand il voit que plusieurs hauts dirigeants ont 5 ou 8 enfants.
      Et puis, en realite, on dirait que « Kuvyara abo ushobora kurera »/avoir des enfants qu’on peut elever correctement se limite a nourrir ses enfants, leur acheter l’uniforme scolaire et leur payer le transport pour aller a l’ecole primaire ou secondaire. C’est toujours l’Etat burundais qui paie le gros des depenses pour l’education des jeunes burundais de l’ecole primaire a l’universite. L’on se retrouve avec des systemes educatif ou sanitaire en piteux etat, car l’Etat burundais n’a pas assez de ressources financieres.

    • Anonyme

      Ta réponse n’est que partielle et c’est une fuite en avant.
      1. Il est des Pays ou des territoires avec une densité plusieurs multiples à celle du Burundi qui s’en sortent très bien. 2. Même ce nombre d’enfants, c’est un problème de leadership qui s’embourbent : Normalement l’Etat est laïc; mais quand vous avez tous les dirigeants qui sont ou s’improvisent « pasteurs » et « prêtres », ces leaders qui eux-mêmes font chacun entre une demie-douzaine ou une douzaine d’enfants, il leur devient difficile de prêcher la limitation des naissances. Difficile voire impossible de parler de méthodes contraceptives dans certaines religions. Ce n’est pas le nombre d’enfants qui dicte la corruption, et si ça l’est, c’est d’abord chez les « leaders ». 3. Planification vous dites ! Mais, comment ces « leaders » parviennent-ils à planifier les vols des millions de dollars donnés ou prêtés par les instances internationales ? Comment parviennnent-ils à planifier le pillage de l’or, du coltan, des terres rares, du café, du thé, et bien d’autres produits du Burundi et quasiment les devises générées ne reviennent jamais au Burundi ? Le changement de mentalité commence par le leadership. Quand il commence en bas, chez la Population, c’est dngereux.

    • Zaire James

      Chine: 1/3 de la population mondiale(une enfant/couple)
      France avec une population de 67.75 million sur 551,695 km²
      Allemagne avec une population de 83.2 million sur 357,592 km²
      Belgique avec une population de 11.492.641 million sur 30,688 km²
      Cameroun avec une population de 19 598 889 sur 475 442 km
      Ouganda avec une population de 43 million sur 236 040 km2
      Uruguay avec une population de 3,28 million sur 176 215 km2
      RDC avec une population ~ 90 million sur 2.345.410 km2

      La vraie cause du sous-développement en Afrique sub-saharienne est la mauvaise gouvernance et non pas le fait d’avoir beaucoup d’enfants.

      • Stan Siyomana

        @Zaire James
        1. Au Burundi, la densite actuelle estimee a 516 personnes par kilometre carre est un grand probleme par ce que la majorite des burundais vivent encore de l’agriculture/elevage, donc ils n’ont pas assez d’espace.
        https://www.worldometers.info/world-population/burundi-population%20mi2).
        2. L’on pourrait se demander ou en serait la Chine si elle n’avait pas adopte sa politique de planification des naissances.
        a.« La politique de l’enfant unique, ou politique de planification des naissances (en chinois : 计划生育政策 / 計劃生育政策, jìhuà shēngyù zhèngcè, « politique de planification des naissances »), est la politique publique de contrôle des naissances mise en œuvre par la république populaire de Chine de 1979 à 2015.
        Destinée à éviter la surpopulation du pays, elle se manifeste essentiellement par la pénalisation des parents de plus d’un enfant, mais aussi par la réalisation d’avortements et de stérilisations par la force…. »
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_de_l%27enfant_unique
        b. La population de la Chine est passe de 1 milliard de gens en 1979 a 1,43 milliards en 2015, soit une augmentation de 43%.
        c. Le produit interieur brut (PIB) par habitant est passe de 183,95 dollars par an en 1979 a 9.753,38 en 2015 soit une augmentation de 5.202%.
        https://www.google.com/search?q=chine+pib+par+habitant

    • Anonyme

      Le problème de croissance démographique incompatible avec les ressources du Burundi est vrai, mais, à mon avis, éradiquer la corruption et les malversations économiques, la haine, la mauvaise gouvernance et l’exclusion devrait être la priorité des priorités.

  7. Hihi

    Ce qu écrit ce monsieur, personne de sein ne peut le contredire..
    Au Pouvoir de s attacher à lutter avec la plus grande volonté pour reconstruire ce pays, qu en 20 ans ils l ‘ ont vidé de toute sa substance

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 361 users online